Encyclopédie Wikimonde

Flore Levine-Cousyns

Aller à : navigation, rechercher
Erreur Lua dans Module:Wikidata/Outils à la ligne 95 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

Flore Levine-Cousyns, née à Anvers, en Belgique, le [1] et décédée à Anvers le [1], est une pianiste concertiste belge[2][réf. insuffisante],[3] et professeur de piano au Koninklijk Conservatorium Antwerpen [4],[5], nommée Chevalier de l'Ordre de la Couronne et Chevalier de l'Ordre de Léopold[réf. nécessaire]. Elle-même était disciple d'Émile Bosquet (né à Bruxelles en 1878 - décédé à Bruxelles en 1958)[6], pianiste virtuose de réputation internationale, lui-même disciple de Ferruccio Busoni, il fut un des premiers dans l'Histoire à remporter le Premier Prix du Concours Anton Rubinstein (en) à Vienne en 1900.

Biographie

Flore Levine (photo de jeunesse).

Flore Levine étudia au Koninklijk Conservatorium Antwerpen auprès de Flor Alpaerts, d'August De Boeck (harmonie), de Lodewijk Mortelmans (contrepoint) et dans la classe de piano d'Émile Bosquet, pour qui elle gardera un profond attachement toute sa vie. En 1919, elle obtient son Diplôme supérieur de piano avec la plus grande distinction, interprétant entre autres le Concerto n°  1 en mi bémol majeur de Franz Liszt.

Également passionnée par ses contemporains, Flore Levine fut l'interprète de nombreuses créations (e. a. Darius Milhaud). Pianiste-concertiste de grande renommée, elle partagera la scène plus tard avec une autre pianiste, Mit Scapus - Van Dommelen (née à Anvers en 1892 - décédée à Anvers en 1989), avec qui elle donna de nombreux concerts. Flore Levine a aussi été liée, tant sur le plan personnel que professionnel, à la pianiste-claveciniste Wanda Landowska.

Flore Levine fut professeur de piano au Koninklijk Conservatorium Antwerpen de 1931 à 1964. Ensuite, elle continua à enseigner le piano pendant plus de 25 ans dans différentes écoles de musique et en cours privés. Elle forma ainsi plusieurs de générations de pianistes dont, Lucette Alleman (voir bibliographie), qui obtint en 1958 le Prix de Virtuosité du Gouvernement Belge et fut lauréate du Concours international d'exécution musicale de Genève la même année.

Flore Levine (au centre), entourée par ses élèves Godelieve Berger (à gauche), Lucette Alleman (à droite).

Comme professeur et pédagogue, Flore Levine fut très appréciée par ses élèves, à qui elle a su transmettre le respect et l'amour profond de la musique. Continuellement à la recherche d'approfondissement à travers diverses méthodes pianistiques, elle était dans la lignée de Karl Leimer - Walter Gieseking, de Heinrich Neuhaus et de Marie Jaëll[réf. nécessaire]. La qualité du son était essentielle, basée sur une technique de souplesse et de rebondissement à partir du clavier, sans jamais « forcer » le jeu.

« Madame Levine savait écouter comme personne d'autre au monde. Elle avait l'art d'exprimer ses remarques critiques sur le jeu pianistique, avec beaucoup de précision, sans jamais blesser, tout en y ajoutant souvent un brin d'humour. Elle parlait de l'interprétation de la musique, en faisant écouter les interprétations des plus grands pianistes tout en les commentant et cherchait toujours des solutions aux problèmes techniques (souvent, en les essayant de plusieurs manières, en cherchant et en les démontrant elle-même au piano). Tout ceci était transmis avec le profond respect de l'interprétation et de l'opinion de chaque élève. Après chaque cours, on rentrait avec un enrichissement tant sur le plan musical qu'humain. Le jeu pianistique de Flore Levine rayonnait à travers une sonorité ronde et ample. Sur le plan humain, elle avait énormément à donner au monde. Très érudite, passionnée de littérature et pour toute autre forme d'art, elle s'intéressait également à ce qui se passait ‘dans le monde’. Malgré son grand âge, elle est toujours restée très vive et jeune d'esprit. »

— Témoignage de Godelieve Berger, ancienne élève de Flore Levine, Gazet van Antwerpen, 1989[réf. insuffisante]

Références

  1. 1,0 et 1,1 Conservatorium in beeld.
  2. (nl) « LEUVEN », Vooruit,‎ , p. 5 (lire en ligne)
  3. Erik Zwysen, André Felleman (Borgerhout, 1902 - Auschwitz, 1943) - Référence à Flore Cousyns.
  4. Koninklijk Conservatorium Antwerpen .
  5. Site officiel de l'une de ses élèves carinegutlerner.com (en français et en anglais) Stéphane Friédérich, Pianiste, novembre-décembre 2012. n° 77. .
  6. Émile Bosquet (1878-1958).

Bibliographie

  • Koninklijk Vlaams Conservatorium Antwerpen 1898 - School, Conservatorium, Hogeschool - 1998, Traditie en vernieuwing Hogeschool Antwerpen Departement Dramatische Kunst, Muziek en Dans, 1998. Desguinelei 25, B 2018 Antwerpen. ISBN 90-804285-1-5. D 1998/3370/1.(Traduction en français). Conservatoire Royal Flamand d'Anvers 1898 - École, Conservatoire, École Supérieure -1998, Tradition et renouveau. École Supérieure d'Anvers, Département de Théâtre, Musique et Danse, 1998. Desguinelei 25, B 2018 Anvers. (Flore Levine-Cousyns, pp.117-118, 120-121, 150, 159, 402, 453. Émile Bosquet pp.91, 95, 115-120, 122, 148-149, 412. Mit Scapus pp. 59, 94, 117, 120-121, 141-142, 149, 152, 155, 197, 401-402, 412, 453. Lucette Alleman pp. 116, 120, 127, 184, 199. Karl Leimer p. 119.)
  • Begaafde pianiste en invloedrijke pianolerares, In Memoriam Flore Levine-Cousyns. (Traduction en français). Pianiste talentueuse et Professeur de piano influente, In Memoriam Flore Levine-Cousyns. Gazet van Antwerpen, 11 mai 1989.
Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 175 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).