Encyclopédie Wikimonde

Frédéric Lasserre

Aller à : navigation, rechercher

Frédéric Lasserre, né en 1967 à Montréal, est un géographe québécois.

Parcours professionnel

Docteur et professeur-chercheur en géographie actuellement à l'Université Laval au Québec, chercheur à l'institut québécois des hautes études internationales (IQHEI) où il dirige l'Observatoire de recherches international sur l'eau (ORIE)[1] et le Groupe d'Étude et de Recherche sur l'Asie contemporaine, Frédéric Lasserre est associé à la Chaire Raoul-Dandurand en Études stratégiques et diplomatiques (Université du Québec à Montréal) ainsi qu'à l'OEG, l'Observatoire européen et géopolitique (Lyon) sur les transformations de l'Europe centrale et orientale, puis après un séjour au Japon comme correspondant d'Hérodote (revue) et conseiller en affaires internationales au ministère québécois de l'industrie et du Commerce. Frédéric Lasserre est directeur du projet de l'ArcticNet, réseau de centres d'excellence au Canada ayant pour but d'étudier les impacts du changement climatique et de l'anthropisation de la côte canadienne de l'océan Arctique. Chercheur principal du programme « IDEAUX » pour une Intégration des politiques de Développement de l'Eau, d'Aménagement et d'Urbanisme en faveur des milieuX aquatiques, il est également chercheur régulier à l'Institut Environnement, développement et société (IEDS).

Bourses et distinctions

  • Pour L'éveil du dragon : les défis du développement de la Chine au XXI° siècle : prix du Livre d'Affaires 2006.
  • Obtention de la Bourse de meilleur mémoire de DEA, Bourse d'excellence, Université Paris VIII, en 1991.
  • Prix universitaire de meilleur mémoire de DEA, à la Faculté de Géographie-Histoire-Aménagement à l'Université Paris VIII, en 1991.

La problématique de l'eau

C'est tout d'abord la raréfaction de l'eau potable que Frédéric Lasserre pointe du doigt comme source de tension entre les États. Va-t-on vers une guerre de l'eau ? C'est la question que pose le géographe. La guerre de l'eau fut un débat géopolitique des années 2000 qui a mobilisé sur cette problématique.

En effet, en raisons de nombreux facteurs tels qu'énergétique, agricole ou pour acquérir un confort de vie, l'homme puise dans cette ressource qu'il pense inépuisable. Certes cette dernière, comme le précise l'auteur, est abondante à la surface du globe mais l'eau potable reste mal répartie dans l'espace mais aussi dans le temps. Les grands fleuves tarissent en aval, des écosystèmes entiers sont détruits et l'eau devient impropre à la consommation suite aux pollutions anthropiques. L'eau est une ressource vitale, une ressource dont on ne peut se passer. L'eau, comme élément essentiel à la vie, fait donc l'objet de convoitise. C'est le cas de litiges entre Israël et la Palestine, mais également entre le Pakistan et l'Inde autour de l'Indus. Le Tigre et l'Euphrate, tout comme le Nil, font l'objet de négociations difficiles entre les différentes nations que ces fleuves traversent. Il s'agit en effet d'approvisionner tout le monde en eau avec abondance pour que chacun puisse en bénéficier pour sa population et ses activités. Mais le partage reste délicat à arbitrer. L'eau est un enjeu politique aussi. Pourquoi tant de de problématiques autour de cette ressource ? C'est que l'eau est utilisé pour l'irrigation, et par là à nourrir les hommes. Et, comme la population mondiale augmente, les États cherchent à accroître la production alimentaire par l'appropriation de la terre. Ce contrôle de la terre agricole demande une irrigation plus efficace et des nouvelles technologies plus coûteuses pour amener l'eau. Le partage de l'eau est alors envisagé, non plus sous l'angle du partage mais sous celui du conflit.

Alors, les guerres de l'eau sont elles imminentes ? C'est la question que chercha à se poser le chercheur suite au constat des différentes tentions qui peut exister entre les États. Il est à remarquer que l'eau est un facteur parmi tant d'autres à l'origine des conflits. L'eau est encore un droit international encore flou, les États se l'accaparent selon leurs intérêts au dépens des autres. Les traités eux-mêmes posent parfois la question de leur légitimité et de leur durabilité. Il s'agit donc pour Frédéric Lasserre de définir une approche globale et équitable qui permettrait d'éviter ces guerres de l'eau, mais aussi d'approfondir la Convention des Nations Unies de 1997 en rapport avec l'eau, que le géographe trouve beaucoup trop ambigu[2],[3],[4].

La problématique des frontières

La recomposition politique en Asie centrale

Les changements climatiques en Arctique

Bibliographie

  • 1996, Le Dragon et la mer. Stratégies politiques chinoises en mer de Chine du Sud., L'Harmattan, Montréal et Paris.
  • 1997, Vietnam : futur tigre d'Asie ?, Presses du Gouvernement du Québec, Montréal.
  • 1998, Le Canada d'un mythe à l'autre. Territoire et représentation du territoire, HMH/ Presses Universitaires de Lyon, Montréal et Lyon.
  • 2003, L'eau, enjeu mondial : Géopolitique du partage de l'eau, Paris, Le Serpent à Plumes.
  • 2005, Transfert massif d'eau. Outils de développement ou instrument de pouvoir ?, Québec, Presses de l'Université du Québec.
  • 2005, L'éveil du dragon : les défis du développement de la Chine au XXI° siècle, Québec, Presse de l'Université Québec.
  • 2009, Écologie, irrigation, diplomatie. Comment éviter les guerres de l'eau., Paris, Delavilla.
  • 2010, Passages et mers arctiques. Géopolitique d'une région en mutation., Québec : Presses de l'Université du Québec.

Collaboration

  • 2004, Eaux et territoires : tension, coopérations et géopolitique de l'eau, (dirigé avec Luc Descroix, Anne Le Strat et Jean Burton), Condé-sur-Noireau, Harmattan.
  • 2004, L'eau dans tous ses états : Chine, Australie, Sénégal, États-Unis, Mexique, Moyen-Orient..., (dirigé avec Luc Descroix et Collectif) Condé-sur-Noireau, Harmattan.
  • 2006, Politiques de l'eau : grands principes et réalités locales, (dirigé avec Alexandre Brun et Collectif) Québec, Presses de l'Université du Québec.
  • 2006, Politiques locales de l'eau dans le monde, l'application difficile des grands principes. (dirigé avec Alexandre Brun), Québec, Presses de l'Université du Québec.
  • 2008, Manuel de géopolitique. Enjeux de pouvoir sur des territoires. (dirigé avec Emmanuel Gonon), Paris, Armand Colin, coll. U.
  • 2009, Écologie, irrigation, diplomatie, comment éviter les guerres de l'eau : l'eau au cœur des conflits du XXI° siècle, (dirigé avec Michel Rocard), Éditions de Lavilla.
  • 2009, Asie centrale et Caucase : une sécurité mondialisée, (dirigé avec Thomas Juneau et Gérard Hervouet), Québec, Presses de l'université du Québec.
  • 2011, Le monde dans tous ses États : une approche géographique, (dirigé avec Jean-Luis Klein) (2° édition), Québec, Presses de l'Université du Québec.
  • 2012, Gestion de l'eau : Approche territoriale et institutionnelle, (dirigé avec Alexandre Brun et Collectif) Québec, Presses de l'Université du Québec.

Notes et références

  1. L'Observatoire de recherches Internationales sur l'eau (ORIE)
  2. 2003, L'eau, enjeu mondial : Géopolitique du partage de l'eau, Paris, Le Serpent à Plumes.
  3. 2009, Écologie, irrigation, diplomatie. Comment éviter les guerres de l'eau., Paris, Delavilla
  4. 2004, Eaux et territoires : tension, coopérations et géopolitique de l'eau, (dirigé avec Luc Descroix, Anne Le Strat et Jean Burton), Condé-sur-Noireau, Harmattan.

Cet article « Frédéric Lasserre » est issu de Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).