Encyclopédie Wikimonde

François Marquier

Aller à : navigation, rechercher

François Marquier
François Marquier

Surnom Casoar
Arme Transmissions
Commandement Transmissions de l'armée de l'air (Madagascar, Maroc, Afrique Orientale)
Chef du STI (Algérie)
Service des transmissions de Rennes puis Toulouse
Conflits Seconde Guerre mondiale
Algérie
Famille Marquier-Canteneur-Salvignol

François Jean Marquier est un lieutenant-colonel de l'armée de l'air et un résistant, né le 18 décembre 1912 à Albi (Tarn) et mort le 14 octobre 1973 à Azas (Haute-Garonne).

Biographie

Jeunes années

Engagé dans l'aéronautique militaire à l'âge de 18 ans, il devait y faire une brillante carrière. En janvier 1935, il obtient son grade de sergent puis le 20 juin son brevet de Radio-télégraphe en avion.

Seconde Guerre mondiale

Ne supportant pas l'inaction et la captivité, François Marquier entre le 1er décembre 1942 dans le Réseau Alliance en tant que Radio-Equipe à Alger. Son ascension est fulgurante, il devient en quelques mois Chef Radio des Liaisons avec Alger et un membre très important du réseau. À la suite d'une dénonciation d'un agent double, il est arrêté par l'OVRA qui le remette à la Gestapo le 20 août 1943.

Interné du 20 juillet 1943 au 23 juin 1944 pour les motifs d'« espionnage et d'aide aux puissances alliées » il se comporta de façon exemplaire durant ses interrogatoires en ne mettant en cause aucun des membres de l'organisation connus de lui. Cette conduite lui conféra une citation à l'ordre de la division le 5 janvier 1945.

Carte de membre du Réseau Alliance de 1948

Incidents d'Algérie

Au lendemain de la défaite allemande, François Marquier part s'installer sur le continent africain ou il commanda, entre 1945 et 1959, les transmissions de l'armée de l'air à Madagascar, en Afrique orientale puis au Maroc. De 1954 à 1959 il s'installe en Algérie afin d'y créer et de commander le groupement des transmissions de l'air basé à Mouzzaïaville (B.A. 140).Il y obtient son certificat de commandant le 14 juin 1955.

Admis en congé du personnel naviguant à la fin de 1959, il entrait comme ingénieur contractuel au Service des Transmissions de l'Intérieur en Algérie. Affecté d'abord à Alger comme adjoint à l'ingénieur en chef, chef du STI, il exécute de nombreuses missions d'inspection à travers l'ensemble du territoire algérien, faisant bénéficier les Services Départementaux et les Centres de Sous-Préfectures de sa grande expérience dans le domaine de la technique et de l'exploitation radio-électrique.

En 1961, il fut chargé par son chef de service de la création du centre de transmissions du nouveau siège de la Délégation générale du Gouvernement à Rocher-Noir (Boumerdès). En avril 1962, il était chargé des fonctions de chef du Service régional des Transmissions pour l'Ouest algérien à Oran. Ce poste comportait à l'époque de très grands risques et demandait, outre les qualités techniques et de commandement habituelles, le dévouement, le tact et l'autorité requis par les circonstances. En particulier, François Marquier sut s'imposer aux nouvelles autorités algériennes, assurant une transition particulièrement délicate.

Retour en France

Rentré en France à la fin 1962, il est chargé de nombreuses missions, en particulier en liaison avec le Service de coopération technique internationale de police.

De mai 1965 au début 1967, il dirige le Service régional des transmissions de Rennes dans d'excellentes conditions, qui lui valurent en particulier l'estime du Corps préfectoral et des autorités de Police de la région. Affecté ensuite à Toulouse, il a notamment créé puis diriger l'Atelier national de réparation de matériel téléphoniques.

Le 14 octobre 1973, alors qu'il assiste à un match de rugby à Ceret, pris dans l'euphorie de la victoire il décède d'une anévrisme de l'aorte malgré les efforts du médecin présent sur place. Il est enterré à Azas avec le grade de colonel de réserve de l'armée de l'air.

Distinctions

Rubans

Legion Honneur Commandeur ribbon.svg Medaille militaire ribbon.svg Croix de Guerre 1939-1945 ribbon.svg Croix de Guerre des Theatres d'Operations Exterieurs ribbon.svg
Croix de la Valeur Militaire ribbon.svg Croix du Combattant Volontaire de la Resistance ribbon.svg Croix du Combattant (1930 France) ribbon.svg Medaille de l'Internement pour faits de Resistance ribbon.svg
Medaille commemorative de la Guerre 1939-1945 ribbon.svg Medaille d'Outre-Mer (Coloniale) ribbon.svg Medaille commemorative des Operations de securite et de Maintien de l'ordre ribbon.svg Ordre de l'Etoile d'Anjouan Chevalier ribbon.svg

Intitulés des décorations françaises

Voir aussi

Articles connexes

Notes et références

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).