Encyclopédie Wikimonde

France bonapartiste

Aller à : navigation, rechercher

France bonapartiste
Logo de l’association
Cadre
But Défense du bonapartisme,
Défense des intérêts de la France et de sa population,
Défense de la souveraineté nationale,
Défense de la justice sociale,
Promotion de la culture française
Zone d’influence Drapeau de la France France
Fondation
Fondation 5 mai 2000
Fondateur David Saforcada
Thierry Choffat
Olivier Grunthaler
Christophe Guay
Origine Napoléon Ier
Napoléon III
Identité
Siège 60, boulevard de Maurens
31270 Cugnaux
Président David Saforcada (depuis 2007)
Prince Joachim Murat
(président d'honneur)
Secrétaire général Sébastien Fougères
Affiliation internationale Union bonapartiste
Membres Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 118 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).
Représentativité Brumaire (Trimestriel)
Slogan « Tout pour le peuple, tout par le peuple. »
Site web http://france-bonapartiste.hostei.com/

France bonapartiste, ou FB dans le langage courant, est une association politique française qui est l'héritière du mouvement Rassemblement bonapartiste, lui-même héritier des Comités plébiscitaires créé par le prince Victor et dissous en 1940.

Création

France bonapartiste est née le 5 mai 2000 sous l'impulsion de Thierry Choffat et de Christophe Guay, ainsi que d'anciens du Rassemblement bonapartiste et de la Fédération bonapartiste de Franche-Comté. Ce mouvement revendique 850 membres.

Présidence

Président de 2000 à 2005 : Olivier Grunthaler

Président de 2005 à 2006 : David Saforcada

Président de 2006 à 2007 : Eric Gondy

Président de 2007 à 2012 : Christian Hanry

Président actuel : David Saforcada

Idées politiques

France bonapartiste a « pour vocation de réunir sans exclusive tous ceux qui croient en l'actualité du bonapartisme, qu'ils soient membres de partis politiques, de clubs de réflexion ou non affiliés », qu'ils soient bonapartistes dynastiques (souhaitant le retour au pouvoir de la dynastie impériale Bonaparte) ou bonapartistes républicains (qui trouvent dans l'action de Napoléon Ier et Napoléon III en matière civile et institutionnelle une inspiration pour notre époque). Les grands principes napoléoniens auxquels se réfère France bonapartiste sont : appel au peuple, souveraineté, autorité et progrès social.

France bonapartiste milite pour une Europe confédérale dans le respect des états-nations[1]

Buts et organisation

France bonapartiste a pour but d'inscrire le bonapartisme dans le XXIe siècle en apportant des idées nouvelles tout en respectant et en s'appuyant sur l'héritage des deux Napoléon.

France bonapartiste possède un conseil national bonapartiste qui est l'organe décisionnel principal ; il compte parmi ses membres le prince Joachim Murat (président d'honneur), Thierry Choffat, Francis Choisel, David Saforcada, Sébastien Fougères, Rubène Surcouf, Edouard Kapriélian, Adrien Azarete, Thomas Blaszak, Camille Morel et Max Bouschon.

Au niveau organisation local le mouvement est divisé en coordinations régionales :

  • Alsace : Muriel Bloch.
  • Aquitaine : Éric Barcos.
  • Auvergne : Rubene Surcouf.
  • Bretagne : José Dessaux.
  • Centre : Daniel Ply.
  • Champagne - Ardennes : Christian Hanry.
  • Corse : Françoise Demarck
  • Franche-Comté : Philippe Mégnin.
  • Haute-Normandie : Eddie de Tassigny
  • Ile-de-France : Edouard Kaprielian.
  • Midi - Pyrénées : Jean-Paul Lavergne.
  • Nord - Pas-de-Calais : Thomas Blaszak.
  • Picardie : J.-P. Rambure.
  • Provence - Alpes - Côte d'Azur : Jean-Pierre Napoléoni.

En 2005 France bonapartiste se dote d'une branche jeunesse avec la création du Mouvement des jeunes bonapartistes (MJB).

Responsables nationaux :

  • Rubène Surcouf (2005-2008)
  • Thomas Blaszak (2008)

Actions, politique générale et élections

France bonapartiste a soutenu Jean-Pierre Chevènement durant la campagne présidentielle de 2002.

Elle a participé au référendum de 2005 concernant le traité constitutionnel européen dans le camp du Non.

France bonapartiste est allié à Debout la République de Nicolas Dupont-Aignan depuis 2007.

France bonapartiste était membre de l'Union du peuple français, qu'elle a quittée en octobre 2008, pour renforcer son association avec le parti Debout la République au conseil national duquel elle appartenait en tant qu'organisation associée.

En octobre 2011, à la suite des propos tenu par Nicolas Dupont-Aignan sur Napoléon Ier, France bonapartiste cesse toute collaboration avec Debout la République.

Le 8 novembre 2011, France bonapartiste décide de présenter un candidat à l'élection présidentielle de 2012.

N'ayant pas obtenu les 500 signatures, France bonapartiste renoue l'alliance avec Debout la République et soutient activement Nicolas Dupont-Aignan pendant sa campagne.

Élections municipales

Élections municipales de 2004

Thierry Choffat est élu conseiller municipal à la mairie de Fraimbois en Meurthe-et-Moselle.

Élections municipales de 2008

Thierry Choffat, fondateur de FB, est élu premier adjoint au maire de Fraimbois en Meurthe-et-Moselle (54).

Christian Bourdeille est adjoint au maire de Gretz-Armainvilliers (77).

Élections cantonales

Élections cantonales de 2004

2004 : Jean-Paul Lavergne, canton de Montastruc-la-Conseillère (31) = 0,86 %.

2004 : David Saforcada, canton de Saint-Gaudens (31) = 0,90 %.

Élections cantonales de 2011

2011 : David Saforcada, canton de Saint Gaudens 8e circonscription de Haute-Garonne = 3,51 %

Élections législatives

Élections législatives de 1997

1997 : Thierry Choffat, ancien secrétaire général du Rassemblement bonapartiste, candidat dans la 3e circonscription du Doubs (Montbéliard). Il obtient plus de 3 % des suffrages exprimés, dépassant parfois 10 % voire 15 % dans certaines communes.

Élections législatives de 2007

2007 : David Saforcada, 8e circonscription de Haute-Garonne = 0,35 %[2]

Élections législatives de 2012

  • 8ème circonscription de Haute Garonne, David Saforcada (suppléant) : 1,34 %
  • 3ème circonscription du Lot et Garonne, Camille Morel (candidate) : 1,13 %
  • 17ème circonscription de Paris, Edouard Kapriélian (suppléant) : 0,43 %
  • 10ème circonscription de Seine et Marne, Cuong Pham-Phou (candidat) : 1,18 %

Élections régionales françaises de 2010

Lors des élections régionales de 2010, France bonapartiste a soutenu les listes présentées par Debout la République, sur lesquelles certains de ses membres ont figuré en Île-de-France et en Midi-Pyrénées.

Ses scores peuvent paraître faibles si l'on ne tient pas compte du fait qu'ils ont été obtenus avec des moyens financiers réduits et sans aucune couverture médiatique.

Élections présidentielles

Élection présidentielle de 2012

Le 9 novembre 2011, David Saforcada est désigné candidat officiel de France bonapartiste à l'élection présidentielle par le CNB. Devant l'impossibilité d'obtenir les 500 parrainages nécessaires pour son candidat, France Bonapartiste décide le 2 mars 2012 de soutenir la candidature de Nicolas Dupont-Aignan.

Bibliographie

Jacques-Olivier Boudon, Les habits neufs de Napoléon, Paris, Bourin Éditeur, coll. « Place de la Sorbonne », , 167 p., 22 cm (ISBN 978-2-84941-130-8, notice BnF no FRBNF42050143, présentation en ligne)

Notes et références

Cet article « France bonapartiste » est issu de Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).