Encyclopédie Wikimonde

Francine Minville

Aller à : navigation, rechercher
Francine Minville
Description de cette image, également commentée ci-après
Francine Minville, auteure et parolière
Nom de naissance Francine Minville
Naissance (55 ans)
Montréal (Canada)
Nationalité Drapeau du Québec Drapeau du Canada, Québec, Canada
Pays de résidence Canada
Profession
Auteure
Activité principale
Poésie et chanson
Autres activités
Parolière
Distinctions
  • 16e Concours Artistique International Amico Rom (Lanciano, Italie, 2009).
  • Concours Europoésie au profit de l’Unicef (Paris, France, 2009).
  • Concours En Scène Drummondville (Québec, Canada, 2010).
  • XVe concours d’Art Contemporain de l’Atelier Z (Paris, France, 2010).
  • Accademia Internazionale Il Convivio (Castiglione di Sicilia, Italie, 2010).
Ascendants
Pierre Miville dit le Suisse, Marie-Catherine de Baillon, famille irlandaise O’Brien
Conjoint
Guy Boulianne, auteur et éditeur

Compléments

œuvres principales : C'est ça la vie ! (2009), Le mal dans sa Divinité (2009), Platon le suricate (2010)

Francine Minville (né le 8 mai 1963 à Montréal au Québec - ) est une auteure, poétesse et parolière québécoise.

Biographie

Née à Montréal en 1963, Francine Minville travaille depuis plusieurs années dans divers domaines artistique et culturel. En 1980, alors qu’elle n’avait que 17 ans, elle s’aventura dans la ville de Puerto Rico pour y travailler au sein d’une équipe québécoise pour le parc d’attraction Les Amusements spectaculaires. En 1982, lors de son cours de coiffure à l’école G.V.L, elle fût approchée pour coiffer les acteurs sur le plateau de tournage de la seconde version du film Les Plouffes. En 1984, elle participa au concours Miss Montréal où elle remporta le prix pour le défilé de mode.

Deux ans plus tard, elle prit un cours de cinéma à l’Académie de théâtre et cinéma de Montréal. Par cet intermédiaire, elle tint le rôle principal dans le film Creasy Weekend du producteur James P. Blakes de la Californie. Par la suite, elle fût modèle pour le magazine de mode Marie-Pier. En 1987, elle travailla à titre de chorégraphe pour les défilés de mode et spectacles à l’Académie Marie Papillon et en 1989, elle fût finaliste pour le concours d’hôtesse à l’émission La roue chanceuse à la télévision Quatre-Saisons.

Dans le domaine littéraire, Francine Minville prit sa plume afin d’atténuer sa colère face à toute l’injustice dans le monde. En juin 2009, elle publiait aux Éditions Dédicaces son premier recueil de poésie C’est ça la vie ! et quatre mois plus tard, un deuxième recueil intitulé Le mal dans sa divinité. Son poème La guerre à tout prix fut publié dans l’anthologie Poésie du Rêve – Rêves de poésie éditée par les Dossiers d’Aquitaine en France[1] et il fut aussi sélectionné au Festival des Poètes à Paris en septembre 2009. Un mois plus tard, Francine Minville remportait la deuxième place de la catégorie Recueil de poésie au 16e Concours Artistique International Amico Rom organisé par l’Associazione Thèm Romanò, à Lanciano en Italie. En novembre 2009, elle remportait le deuxième prix au concours Europoésie à Paris sur le thème Protection de l’enfance au profit de l’Unicef.

En février 2010, Francine Minville fut finaliste au concours En Scène Drummondville dans la catégorie Parolier avec son texte La guerre à tout prix[2] et en avril suivant, elle remporta une place dans la catégorie Vidéo au XVe concours d’Art Contemporain de l’Atelier Z à Paris avec sa vidéo-poésie Laissez-moi mourir. Cinq mois après, elle remportait le Prix Spécial de Poésie Étrangère de l’Accademia Internazionale Il Convivio, à Castiglione di Sicilia, en Italie, pour son recueil de poésie C’est ça la vie !. La mention a été décernée par le Jury du Prix Poesia Prosa e arti figurative – Il Convivio 2010.

En 2013, l’auteure publie le livre pour enfant Platon le Suricate.[3],[4] Elle fit la lecture de son livre devant les élèves de trois écoles primaires de la Commission scolaire de la Pointe-de-l’Île, à Montréal, dans le cadre de la 18e Journée mondiale du livre et du droit d’auteur.[5]

Francine Minville participe à plusieurs salons du livre dont ceux de Baltimore (États-Unis), Montréal, Trois-Rivières, Sherbrooke (Québec, Canada), Paris, Carcassonne, Mennecy (France), Genève (Suisse).[6] Elle participa à plusieurs reprises à l'événement littéraire international Expozine à Montréal (Québec, Canada). Elle est aussi l'une des co-productrices du court-métrage Douleur d’enfant, réalisé par Aline Viens et Pascal Chaumont.[7]

Armoiries de Francine Minville

Ascendants

Du côté paternel, Francine Minville descend de Pierre Miville, dit le Suisse, maître menuisier, pionnier et capitaine de la côte de Lauzon au Québec. Du côté maternel (Brien) elle descend de la très vieille et illustre famille irlandaise, les O’Brien, descendants du roi d’Irlande Brian Boru. Elle descend aussi d'une des Filles du Roi, Marie-Catherine de Baillon[8], de la vieille noblesse de France, descendante de Charlemagne.[9]

Francine Minville est d'ailleurs une citoyenne (lady et chevaleresse) du Royaume de Nova Francia, une micronation québécoise axée sur l'histoire, les arts et la culture.

Francine Minville est membre à vie du Clan O’Brien, en Irlande.

Œuvre

Livres – Recueils

  • 2009 : C’est ça la vie ! (recueil de poésie).
  • 2009 : Le mal dans sa divinité (recueil de poésie).
  • 2009 : Anthologie Poésie du Rêve – Rêves de poésie (anthologie).
  • 2010 : Platon le Suricate (jeunesse).

Prix et Distinctions

  • 2009 : Deuxième place de la catégorie Recueil de poésie, 16e Concours Artistique International Amico Rom (Lanciano, Italie).
  • 2009 : Deuxième prix au concours Europoésie sur le thème Protection de l’enfance au profit de l’Unicef (Paris, France).
  • 2010 : Finaliste au concours En Scène Drummondville, catégorie Parolier (Québec, Canada).
  • 2010 : Remporte une place dans la catégorie Vidéo au XVe concours d’Art Contemporain de l’Atelier Z (Paris, France).
  • 2010 : Prix spécial de Poésie Étrangère de l’Accademia Internazionale Il Convivio (Castiglione di Sicilia, Italie).

Notes et références

  1. Francine Minville : La guerre à tout prix. Anthologie Poésie du Rêve – Rêves de poésie. Dossiers d’Aquitaine, France (juillet 2009).
  2. Francine Minville est finaliste au concours En Scène Drummondville, catégorie « Parolier » avec son texte La guerre à tout prix (Québec, février 2010).
  3. Sandra Paré : Platon le suricate. Fanfan & Schmurl nous présentent un livre très distrayant, La Métropole (21 février 2013).
  4. Anne-Marie Lobbe, livres jeunesse. Journal de Montréal (23 février 2013).
  5. TC Média : Platon le Suricate à l'école Alphonse-Pesant. Journal Métro (9 avril 2013)
  6. Livres pour tous : L’auteure Francine Minville présentera son livre pour enfants, Platon le Suricate, au prochain Salon du livre et de la presse de Genève, du 30 avril au 4 mai prochain, en Suisse. Atelier des médias (RFI), 25 avril 2014.
  7. Douleur d’enfant, par Aline Viens et Pascal Chaumont. Productions Chaumont, 2014.
  8. Armorial général de la France des D’Hozier ou Registres de la noblesse de France. Registre septième, Firmin Didot Frères, Fils et Cie. Paris 1868, p. 65.
  9. Official Journal of American-Canadian Genealogical Society, Issue #82, Volume 25, Number 4. ISSN 1076 3902. Manchester, New Hampshire, United States.

Voir aussi

Liens externes

Cet article « Francine Minville » est issu de Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 175 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).