Encyclopédie Wikimonde

Francis Poullain

Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Poullain.

Francis Poullain, né le 11 mars 1941 à Warloy-Baillon[1] et mort le 25 janvier 2015[1], fut le PDG de la Société d'application et de revêtement ou SAR, entreprise qui fut à l'origine de l'affaire des HLM de Paris.

Chronologie

  • 3 août 1994 : Francis Poullain est mis en examen. Il est remis en liberté le 8 septembre 1994.
  • 29 septembre 1994 : cité dans le rapport de la DGI comme l'un des bénéficiaires présumés des versements de Francis Poullain, Jean-Claude Méry, promoteur immobilier, ancien membre du comité central du RPR, qui se présente comme collecteur de fonds pour la formation gaulliste, est mis en examen et écroué. C'est le début de l'affaire Méry dont l'épilogue sera la diffusion de la cassette Méry, détaillant le modus operandi des malversations de la mairie de Paris de Jacques Chirac.
  • 13 décembre 1994 : une perquisition, conduite par Éric Halphen, a lieu au siège du Clichois, le journal électoral de Didier Schuller, membre du conseil général des Hauts-de-Seine (RPR) et directeur général de l'office départemental d'HLM des Hauts-de-Seine de 1986 à 1994. Les enquêteurs soupçonnent Francis Poullain de lui avoir acheté plusieurs pages de publicité à un tarif disproportionné (108 000 francs la page), pratique susceptible de dissimuler un financement politique occulte, contrepartie de l'obtention de marchés auprès de l'office HLM des Hauts-de-Seine, présidé par Patrick Balkany. C'est le début de l'affaire des HLM des Hauts-de-Seine.

Affaire des HLM des Hauts-de-Seine

Dans l'affaire des HLM des Hauts-de-Seine, Francis Poullain fut bénéficiaire de marchés publics de l'office HLM des Hauts-de-Seine en contrepartie du financement illégal de la campagne de l'élu RPR Didier Schuller.

Il a été condamné en appel à 15 mois de prison avec sursis et 200 000 euros d'amende de l'entrepreneur en janvier 2007. Le 15 novembre 2007, la Cour de cassation a confirmé cette condamnation.

Notes et références

  1. 1,0 et 1,1 « Francis Poullain », whoswho.fr.

Cet article « Francis Poullain » est issu de Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).