Encyclopédie Wikimonde

Franck Margain

Aller à : navigation, rechercher

Franck Margain
Illustration.
Franck Margain, en septembre 2010.
Fonctions
Vice-président du Parti chrétien-démocrate
Conseiller régional d'Île-de-France
En fonction depuis
Biographie
Nationalité Française
Parti politique UMP-PCD
Enfants 3 garçons et une fille
Diplômé de Université Paris II DESS de Gestion financière
Profession Cadre supérieur dans les secteurs bancaire et financier

Franck Margain est un homme politique français. Il est vice-président du Parti Chrétien Démocrate depuis 2009 et conseiller régional UMP en Île-de-France [1] depuis mars 2010. Il a fondé le Cercle les Sarments en 2010. Il est candidat aux élections législatives de juin 2012 dans la huitième circonscription de Paris[2]. Le 9 février 2013, il se déclare candidat à la primaire UMP aux municipales de 2014 à Paris[3].

Biographie

Éléments personnels

Franck Margain est né le 21 mai 1961. Il a quatre enfants, 3 garçons et une fille.

Après des études en finances, il poursuit une carrière internationale dans les secteurs bancaire et financier où il deviendra successivement Trésorier adjoint de Bouygues (1984), responsable des ventes institutionnelles d'HSBC (2000) puis l'un des responsables des activités de marchés de Deutsche Bank (2010)[4].

Carrière politique

En 1980, il devient membre des jeunes Giscardiens et milite à Lyon. Il anime la campagne présidentielle de Valéry Giscard d'Estaing et devient l'un des jeunes soutiens de Raymond Barre.

Pendant plusieurs années, Franck Margain privilégie ses nombreux engagements associatifs minorant son engagement politique actif.

En 2002, au début de la campagne présidentielle, il rencontre Christine Boutin avec qui il se trouve de nombreuses affinités politiques. Il est nommé délégué départemental des Yvelines du Forum des républicains sociaux (FRS) et participe à la création de l'Union pour un mouvement populaire en tant que membre fondateur.

En 2005, il devient Secrétaire national du FRS chargé des affaires sociales et se fait connaître par son expertise sur les problématiques de redistribution économique et sociale.

En 2009, il devient délégué pour Paris du Parti Chrétien Démocrate qui succède au Forum des républicains sociaux, et Délégué régional chargé de l'Île-de-France. La même année, il est nommé vice-Président du PCD.

En 2010, il est élu conseiller régional des Yvelines sur les listes de Valérie Pécresse, ministre de l'Enseignement supérieur de la Recherche et tête de liste UMP en Île-de-France et devient membre de la commission du développement économique de la région. Il siège au groupe des élus de Paris.

En 2011, il remet un rapport sur la dépendance dans l'exclusion à Roselyne Bachelot, alors Ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale

Il se fait principalement connaître lorsqu'il s'oppose à l'implantation de "salles de shoot" en Île-de-France[5]. La même année, il crée le Cercle des Sarments, un cercle de réflexion qui a pour objet d'intégrer la dimension spirituelle dans le débat politique.

En 2011, il annonce son intention d'être candidat aux élections législatives de 2012 dans la 8e circonscription de Paris, couvrant principalement le 12e arrondissement de Paris et une plus petite partie du 20e arrondissement. Par médias interposés, il s'oppose frontalement au parachutage de Charles Beigbeder dans la circonscription, qu'il considère « sans légitimité politique ni crédibilité locale »[6],[7].

En 2012, il publie un livre Sortir de la crise, Le point de vue d'un banquier chrétien, paru aux éditions Gascogne[8].

En 2013, le 9 février, il annonce sa candidature à la primaire UMP de 2014 aux municipales de Paris[9].

Engagement associatif

En 1978, Franck Margain s'engage au sein de l'association des Petits frères des Pauvres.

En 1994, il est membre fondateur de "New Ways", une organisation non gouvernementale basée à Londres, dédiée aux enfants du Tiers monde et qui lutte contre la malnutrition et pour l'éducation.

Depuis 2009, il devient membre de la "Bagagerie", une association de quartier du XIIe arrondissement de Paris qui lutte contre l'exclusion sociale. Il est également actif au sein de l'association "Défense de la langue française".

Franck Margain reste également engagé dans d'autres associations ou communautés dont la vocation reste principalement d'enrayer la malnutrition et le manque d'éducation, notamment en Afrique.

Prises de position connues

Lors de ses récentes prises de positions, Franck Margain s'est principalement exprimé sur les questions éducatives et sociales. Il a défend notamment le principe du revenu de base inconditionnel.

Franck Margain est également connu dans les milieux associatifs pour ses idées contre l'exclusion, la pauvreté ou la marginalisation. Il s'est aussi longuement battu pour améliorer les conditions de détention dans les prisons françaises.

En 1992, lors du référendum sur le traité de Maastricht, et en 2005, pour le référendum sur le traité établissant une Constitution pour l'Europe, Franck Margain appelle à voter "Oui", contre l'avis du Forum des républicains sociaux lors de ce dernier scrutin.

En 2009, Franck Margain s'est manifesté contre le "pass contraception" défendu par Ségolène Royal, au motif que cela renforçait la perte du droit des parents dans les choix éducatifs de leurs enfants.

Il a soutenu Christine Boutin contre l'accouchement sous X, justifiant sa position dans l'intérêt de l'enfant qui doit, selon lui, toujours pouvoir avoir accès à la connaissance de sa filiation et de son patrimoine génétique familial (notamment pour soigner certaines maladies, par exemple).

Enfin, Franck Margain s'est dit en faveur de la culture de cellules souches provenant du cordon ombilical mais opposé à la culture des cellules souches embryonnaires.

Autres mandats

Membre du conseil d'administration de l'Atelier francilien de l'Économie sociale et solidaire.

Membre du conseil d'administration du Fonds régional d'art contemporain d'Île-de-France.

En 2010, il est nommé par le préfet de la région Île-de-France représentant de la région auprès de l'Enseignement Libre.

Références

Lien externe

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).