Encyclopédie Wikimonde

Franklin Loufrani

Aller à : navigation, rechercher

Franklin Loufrani (né le 25 octobre 1942 à Alger, en Algérie) est le Président de Smiley Company, société possédant les droits sur le logo et le nom Smiley dans de nombreux pays. [1]

Histoire

Franklin Loufrani a travaillé plus de 50 ans dans le milieu du journalisme et a également occupé des postes d'encadrement dans le domaine des droits et licences.[2]

Il débute en 1960 comme rédacteur en chef au journal France Soir et comme rédacteur publicitaire pour l'agence de publicité Masius-Landa. En 1969, il crée le département des licences de la maison d'édition française Hachette de concéder les droits relatifs à Babar et d'autres personnages issus de leurs ouvrages.

En 1972, Loufrani devient la première personne à déposer et promouvoir le dessin Smiley.[3] Il l'utilise alors pour mettre en avant les nouvelles positives du journal France-Soir. Il nomme tout simplement le dessin "Smiley" et commence à en concéder les droits par le biais de sa société, Knowledge Management International (KIM).[4]

Il progresse encore et devient en 1973 président-directeur général de Junior Productions, entité gérant les droits des sociétés Marvel Comics, Hanna-Barbera Productions, Larry Harmon et d'autres grosses propriétés intellectuelles américaines, ainsi que des propriétés émergentes japonaises telles que Goldorak(Yūfō Robo Gurendaizā au Japon), Princesse Saphir (Ribon no Kishi au Japon) et bien d'autres.[5]

En 1977, il lance Télé-Junior S.A., où il occupe les postes de président et directeur de la publication de Télé-Junior. En 1978, il devient également directeur de la publication de Télé-Parade. Loufrani peut s'attribuer le mérite d'une démarche innovante pour l'époque consistant à publier et distribuer des magazines, disques, cassettes audio et vidéo pour promouvoir l'exposition de ses licences de propriétés, devenant ainsi la première personne à promouvoir ses licences (Marvel, Hanna Barbera, Larry Harmon) à travers l'édition et les campagnes média.[6]

En 1980 Loufrani est nommé Secrétaire Général du S.P.P.S. (Syndicat des Publications Périodiques Spécialisées) et c'est en août de cette même année qu'il crée la SARL Junior d'aujourd'hui, sous-division de Femmes d'aujourd'hui.

Alors que la réputation de Loufrani dans le monde de l'édition est grandissante, il devient en 1981 membre du conseil d'administration de la F.N.P.H.P. (Fédération Nationale de la Presse Hebdomadaire et Périodique), avant de devenir membre de la commission publicitaire de cette même F.N.P.H.P. en 1984.

En octobre 1981, il rachète les parts de la SARL Junior d'aujourd'hui à Femmes d'aujourd'hui et s'approprie également "Télé-Junior" et ses droits d'exploitation au profit de sa société SARL Junior Productions.

Durant tout ce temps, Franklin Loufrani a continué de développer Smiley pour en faire une licence de propriété de renommée internationale, et c'est à Londres en 1996 que Nicolas Loufrani rejoint son père et la marque Smiley. Ensemble ils lancent la société de licences Smiley,[4] reprenant l'ensemble des droits de marque que Franklin Loufrani avait maintenu autour du logo Smiley depuis 1971.[7]

Création de la marque Smiley

En 1971, Loufrani est mis au défi par Pierre Lazareff, rédacteur en chef du grand journal français France Soir, de créer une campagne diffusant de la bonne humeur à une période où les mauvaises nouvelles prédominent. Il émet alors l'idée d'un simple logo à utiliser pour mettre en avant les nouvelles positives.[8]

Le logo est officiellement déposé auprès de l'INPI, Institut national de la propriété industrielle, le 1er octobre 1971 dans les classes biens et services 1, 2, 4, 9, 14, 15, 16, 18, 20, 21, 24, 25, 28, 29, 30, 32, 33, 34, 35, 38, 39, 41.

Le logo Smiley voit le jour le samedi 1er janvier 1972, lorsque le journal français France Soir imprime la campagne de promotion antimorosité "Prenez le temps de sourire". Il s'agit là de la première publication connue et datée de l'annonce de la propriété des droits du logo Smiley.[9]

Très vite, la promotion fait des adeptes et différentes opportunités de licences s'offrent à Smiley dans des domaines divers et variés. La propriété devient un phénomène majeur de merchandising.

La campagne Smiley est également relayée par d'autres journaux européens tels que De Telegraaf, Blick et Lavanguardia.

La SmileyWorld Association

En 2005 les Loufrani créent l'association caritative The SmileyWorld Association (SWA).[10] <ref>http://www.fusion-consulting.com/fashion-denimwear/nicolas-loufrani-smiley-company</ref> Ils décident alors de

reverser une partie des bénéfices de la société pour promouvoir des projets sociaux à travers le monde.


Article publié sur Wikimonde Plus.