Encyclopédie Wikimonde

Franklin Servan-Schreiber

Aller à : navigation, rechercher
Franklin Servan-Schreiber

Franklin Servan-Schreiber est un auteur-entrepreneur, né le 7 septembre 1964 à Neuilly-sur-Seine. Il est depuis juillet 2019 CEO et co-fondateur de Transmutex SA, société de technologie de production d’énergie dé-carbonée à base de thorium et d’accélérateur de particules.

Biographie

Franklin Servan-Schreiber est le fils cadet de Jean-Jacques Servan-Schreiber (fondateur de l’Express) et de Sabine née Becq de Fouquières. Il a trois frères : David (mort en 2011), Émile et Édouard. Il a suivi une double formation d'ingénieur électrique et d'historien à l'Université Carnegie-Mellon, aux États-Unis.

Gestion du scandale de l’attribution des JO d’hiver de 2002 à Salt Lake City

En octobre 1998, Franklin Servan-Schreiber devient le directeur des nouveaux médias au Comité international olympique à Lausanne, en Suisse. Deux mois plus tard, le 10 décembre 1998 éclate le scandale sur l’attribution des JO d’hiver à Salt Lake City, où certains membres du CIO sont accusés de corruption. Cela conduira à la démission de 10 membres du Comité olympique et plusieurs auditions devant le Congrès américain. Franklin Servan-Schreiber a supervisé la gestion de cette crise auprès du président Juan Antonio Samaranch. Afin de reconnaitre la place prise dans la gestion de cette crise[1], il est promu en avril 1999, directeur de la communication et des nouveaux médias du CIO. Il quitte l’organisation en 2001 [2]pour se lancer dans entrepreneuriat.

Entrepreneur dans le numérique

En 2005, Franklin Servan-Schreiber crée à Paris la start-up Zoomorama qui propose aux particuliers, aux entreprises et aux photographes une application baptisée Zoomcreator . Cette technologie, basée sur le travail qu'il avait mené au milieu des années 90 [3]dans les laboratoires de Sony Research, permet de créer des widgets et des albums photos et vidéos en très haute définition dans lesquels il est possible de zoomer sur plusieurs photos en même temps créant une très grande facilité de navigation. En avril 2008, le magazine économique Red Herring, sélectionne Zoomoroma comme une des 100 start-up les plus innovantes au monde[4]. Après deux levées de fonds (450 000 € en avril 2007 et 1 M € en juin 2008[5]), la société arrête toute activité en juin 2010, victime de la crise financière de 2009 qui a stoppé net son développement.

Engagement dans la lutte contre la pollution plastique

Entre 2015 et 2017, Franklin Servan-Schreiber accompagne le développement [6]de l’ONG, Race for water, créée en 2010 par Marco Simeoni, afin de sensibiliser l’opinion publique à la pollution plastique dans les océans. Après avoir été volontaire, il occupe notamment la fonction conseiller stratégique, porte-parole et de directeur de la communication[7],[8]afin de participer au lancement de l’«Odyssée de l'espoir», 300 jours de navigation dans le monde entier[9],[10]afin de faire des prélèvements de micro-plastiques sur les plages et organiser des conférences dans chaque ville étape, dont les Nations Unies lors de l’escale à New York. L’Odyssée est suivie sur le blog du National Geographic[11] aux États-Unis.

Développement d’une nouvelle technologie d’énergie décarbonée

Très concerné par le réchauffement climatique, Franklin Servan-Schreiber co-crée en juillet 2019 la société Transmutex SA , inspirée des travaux précurseurs du professeur Carlo Rubbia, (prix Nobel de Physiques en 1984). La société développe une technologie testée et validée au CERN de Genève. Celle-ci utilise un accélérateur de particules [12]pour initier une réaction de fission dans du combustible à base de thorium, minerai commun et faiblement radioactif. Cette solution promet de réduire la radioactivité des déchets nucléaires long-vie déjà existant de 300 000 ans à 500 ans[13], tout en créant de l’énergie décarbonée. Cette percée technologique serait révolutionnaire pour la filière nucléaire.

Fonds pour Paris

Par ailleurs, Franklin Servan-Schreiber est président du comité investissement et stratégie du Fonds pour Paris [14] dirigé par Anne-Sylvie Schneider[15] qui a financé entre autres la rénovation des 6 fontaines des Champs Élysées financées[16] à 60 % par le Qatar, réalisées par les frères Bouroullec, ou le bouquet de Tulipes[17] de Jeff Koons.

Œuvres

En septembre 2016, Franklin Servan-Schreiber publie son premier livre, Quatre frères, un ami et la recherche du sens de la vie[18],[19]. Après la mort de son frère David à l’âge de 50 ans, Franklin Servan-Schreiber s’interroge sur le sens à donner à nos existences. Il raconte dans les 100 premières pages poignantes, les derniers mois de la vie de son frère atteint d’une rechute de sa tumeur au cerveau. Dans une deuxième partie, il partage ses réflexions à travers la présentation d’études méconnues sur les conditions permettant de réussir sa vie. La fin du livre explique de façon très pédagogique ce que nous pouvons apprendre de la physique quantique sur le mystère de l’être humain. Plusieurs critiques[20],[21],[22],[23] ont été publiées sur ce premier ouvrage.

Franklin Servan Schreiber est par ailleurs à l’origine du livre On peut se dire au revoir plusieurs fois[24] de son frère David, alors gravement touché par la rechute de sa tumeur au cerveau. Il a enregistré son frère, en collaboration avec la journaliste Ursula Gauthier, afin que David puisse produire ce témoignage avant de mourir quelques semaines après la publication.

Notes et références

  1. (en) RUTH NICHOLAS, « Profile: Franklin Servan-Schreiber, IOC-Reigniting the Olympic flame », sur prweek.com, (consulté le 7 mai 2020)
  2. (en) « IOC COMMUNICATIONS DIRECTOR LEAVES POST - Olympic News », sur International Olympic Committee, (consulté le 5 mai 2020)
  3. (en) « Zooming user interface », dans Wikipedia, (lire en ligne)
  4. « Toute l'actualité Applications métier », sur www.lemondeinformatique.fr (consulté le 5 mai 2020)
  5. « Le créateur de widgets Zoomorama lève 1 M€ pour se développer hors de France », sur lemondeinformatique.fr, (consulté le 7 mai 2020)
  6. Katell Brélivet, « Race for water, le navire de l'espoir », (consulté le 7 mai 2020)
  7. Franklin Servan-Schreiber, « Ce bateau montre que les énergies propres sont l'avenir », sur huffingtonpost.fr, (consulté le 7 mai 2020)
  8. Giulietta Gamberini, « Boosté par l'éolien et l'hydrogène planetsolar attaque un deuxième tour du monde », sur latribune.fr, (consulté le 7 mai 2020)
  9. Pierre Monnier, « Race For Water, le bateau 100% écolo est prêt pour un tour du monde », sur usinenouvelle.com, (consulté le 7 mai 2020)
  10. (en) Melanie Gosling, « team reveals allarming effects of plastic in oceans », sur iol.co.za, (consulté le 7 mai 2020)
  11. (en-US) « Race for Water Foundation », sur National Geographic Society Newsroom (consulté le 5 mai 2020)
  12. (en) « About Transmutex » (consulté le 7 mai 2020)
  13. (en) « Transmutex SA », sur startup.ch (consulté le 7 mai 2020)
  14. « Conseil d'administration », sur fonds.paris (consulté le 7 mai 2020)
  15. Martine Robert, « Le fonds pour Paris offre des fontaines aux Champs Elysées », sur lesechos.fr, (consulté le 7 mai 2020)
  16. Jean-Marc Adolphe, « Quand l'argent du Qatar arrose la Ville de Paris », sur mediapart.fr, (consulté le 7 mai 2020)
  17. Mathilde Serrel, « Jeff Koons, la guerre des Tulipes n'aura pas lieu ? », sur franceculture.fr (consulté le 7 mai 2020)
  18. « Quatre frères, un ami et la recherche du sens de la vie », sur Babelio (consulté le 5 mai 2020)
  19. « Franklin Servan-Schreiber », sur lesrendezvousdelabaule.com (consulté le 7 mai 2020)
  20. Psychologies.com, Quatre frères, un ami et la recherche du sens de la vie - Franklin Servan-Schreiber - Livre - (ISBN 978-2-221-19579-6) [lire en ligne (page consultée le 2020-05-05)] 
  21. Paris Match, « Le clan Servan-Schreiber : tous pour David », sur parismatch.com (consulté le 5 mai 2020)
  22. « Franklin Servan-Schreiber, quatre frères, un ami, la quête du sens de la vie - Radio », sur Play RTS (consulté le 5 mai 2020)
  23. « Franklin Servan-Schreiber concilie bonheur, science et conscience », sur La Cité (consulté le 5 mai 2020)
  24. Psychologies.com, On peut se dire au revoir plusieurs fois - David Servan-Schreiber - Livre - [lire en ligne (page consultée le 2020-05-05)] 

Liens externes

  • Erreur Lua dans Module:Autorité à la ligne 518 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).
  • Erreur Lua dans package.lua à la ligne 80 : module 'Module:Bases/architecture' not found.
  • Erreur de script : le module « Dictionnaires » n’existe pas.

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).