Encyclopédie Wikimonde

Gérard Perreau-Bezouille

Aller à : navigation, rechercher

Gérard Perreau-Bezouille est un élu local, dirigeant sportif, né en 1951, agrégé d'économie gestion, Chevalier de la Légion d'Honneur.

Premier Adjoint de Nanterre

Gérard Perreau-Bezouille est premier adjoint de la ville de Nanterre[1]. Après avoir occupé les fonctions de maire adjoint aux sports et aux jumelages, puis avoir été délégué à la communication aux systèmes d'informations, il exerce les fonctions de maire adjoint aux finances puis de président du groupe C.I.C. (« Communistes et d'Initiative Citoyenne »).

Impliqué dans les processus de démocratie participative, liant expérimentation pratique et analyses diverses (articles, colloques…), à Nanterre il anime successivement la mise en place des « Cahiers pour la Ville » (élections de 1995), puis les Assises pour la ville (à partir de 1997), du Comité Local de la Démocratie Participative, des « appels à projets » (dispositif original de budget participatif adapté aux conditions françaises). Il propose et met en place « l'Agora - Maison des Initiatives Citoyennes » et Le Cyber à la fusion des quels il travaille dans la dernière période.

Administrateur, depuis sa création, de l'EPASA (Etablissement Public D'aménagement Seine Arche), il s'investit beaucoup pour une prospective durable et solidaire, un aménagement sensible, accordant une place spécifique à l'imagination et à l'action sur l'espace public, au respect des différences d'échelle et de temps.

Militant altermondialiste : Il participe puis anime, pour le compte de la ville de Nanterre, plusieurs Forums des Autorités Locales dans le cadre du FSM de porto Alegre.

Membre du Conseil scientifique d'ATTAC France[2], il travaille à plusieurs reprises sur des ateliers dans le cadre de l'Université d'été et du Réseau « villes d'ATTAC »

Animateur politique du réseau FALp pour des métropoles solidaires[3], il collabore également au pilotage de l'O.I.D.P. Observatoire International de la Démocratie Participative)[4], est membre du bureau de Cités Unies France et participe régulièrement au Conseil Mondial de C.G.L.U.

Tuerie de Nanterre (27 mars 2002)

Lors de la tuerie de Nanterre (27 mars 2002), il maitrise, avec sept autres élus et un agent communal, Richard Durn qui vient de tuer huit élus et d'en blesser dix-neuf autres (dont quatorze grièvement). Il raconte : «écrire c'est tenter d'exorciser » ; son texte est publié dans plusieurs revues. Plus récemment, il déclare à Agnès BERT (Richard DURN : autopsie d'un massacre -50’ France 3)[5] « sauver la vie des autres ça ne donne pas de droits, que des devoirs »

Dirigeant sportif

Coprésident, avec Patrick Baqué, Président des Girondins de Bordeaux Omnisports, de la Fédération Française des Clubs Omnisports[6], il contribue à la structuration de son organisation et développe, à côté de sa dimension service, une fonction de force de proposition, de lieu de réflexion, de relance de l'omnisports autour du concept de « sport vivant ». La fédération se rapproche alors du groupe des 17 et du mouvement des Assises Nationales du Sport. Il est par exemple choisi, en novembre 1998, lors des Assises de Lille sur le thème " Sport et société: quelle cohérence ?" pour interroger, en compagnie de Serge ROY président de la FNOMS, Marie-George Buffet, alors Ministre des Sports, et Aimé Jacquet auréolé de sa victoire au mondial de Football.

Enseignant, formateur, auteur, éditeur

Il conserve, tout au long de sa vie, une activité d'enseignant ou de formateur de formateurs, après un détachement à l'Ecole Normale Supérieure de Saint-Cloud puis au CARFI (Centre Académique de Ressources et de Formation en Informatique). Il publie aux éditions FOUCHER puis aux éditions PRplus, qu'il fonde en 1989 avec Jean-François RUET, plusieurs ouvrages pédagogiques et didactiques à propos de l'informatique (La pratique du Basic, Les fichiers BASIC, Comprendre et Pratiquer l'informatique, Travaux Professionnels sur dBase II…) puis anime une collection de supports de formation (transparents, ensembles pédagogiques…). Passionné par la modélisation, il collabore à plusieurs outils de simulation comme La pratique du Minitel, MATIGNON (logiciel retenu au CAPES de SES)[7] et rédige plusieurs articles en ce sens.

Ouvrages sur Mnemosyne, le site de l'INRP[1]

Notes et références

Cet article « Gérard Perreau-Bezouille » est issu de Wikimonde Plus.