Encyclopédie Wikimonde

Gérard Werth

Aller à : navigation, rechercher

Gérard Werth (Roger Gérald) est un homme politique français[1].

Membre du Parti Communiste[2], il est signataire, lors du IIe congrès du PCF de la motion Renoult, et entre à ce titre au Comité Directeur[3]. Il est ensuite rapidement chargé de l'organisation.

Après la démission de Frossard, en 1923, il entre au bureau politique et devient rapidement permanent du parti. Il est l'un des principaux artisans de la "bolchévisation" du parti[4], mais est accusé rapidement de détournement de fonds à son profit[4],[5]. Bien que l'accusateur, Maurice Chambelland[6], un oppositionnel, soit exclu en 1924, une commission d'enquête interne est tout de même mandatée. Elle ne rend jamais ses conclusions, mais Werth est exclu du parti en février 1925[1].

Références

  1. 1,0 et 1,1 Jean-Louis Panné, "Gérard Werth". In: Jean Maitron, s. d., Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, 1964-1997, [présentation en ligne]
  2. Stéphane Courtois, Marc Lazar, Histoire du Parti Communite Français, Paris: Presses Universitaires de France, 1995
  3. L'Humanité, 6 octobre 1923
  4. 4,0 et 4,1 Robert Wohl, French Communism in the Making, 1914-1924, Stanford University Press, 1966
  5. Siegfried Bahne (éd), Origines et débuts des partis communistes des pays latins (1919 - 1923). Archives de Jules Humbert-Droz, vol. I., Dordrecht: Reidel, 1970.
  6. Robert Wohl, French Communism in the Making, p. 414


Article publié sur Wikimonde Plus.