Encyclopédie Wikimonde

Gabriel Massou

Aller à : navigation, rechercher

Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 118 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

Gabriel Massou, né en dans le Lot, est un homme politique français, membre du Parti communiste français.

Il est président du groupe Front de gauche, Parti communiste français, Gauche unitaire et Alternative citoyenne au Conseil régional d'Île-de-France où il est élu de 1998 à 2015, puis président du groupe Front de Gauche et Citoyens (Parti communiste français – Gauche citoyenne) au Conseil départemental des Hauts-de-France à partir de 2015.

Biographie

Jeunesse et formation

Fils de petits paysans, il fait toutes ses études secondaires à Egletons en Corrèze. De 1969 à 1971, il est à Vierzon dans le Cher où il prépare les grandes écoles (Maths sup-maths spé-techno). Il entre à l'École normale supérieure de Cachan en 1971 où il passe une maîtrise de mécanique et obtient un certificat d'aptitude pédagogique à l'enseignement technique[1]. C'est là qu'il adhère au Parti communiste français, en 1972.

Engagement politique

Nommé en 1975 au lycée technique Vauban à Courbevoie, il devient responsable local du PCF en 1976 et est élu conseiller municipal en 1978. Il est ensuite élu conseiller municipal d'opposition à Villeneuve-la-Garenne. Il enseigne la mécanique au lycée Jean-Jaurès d'Argenteuil.

En 1998, il est élu conseiller régional d'Île-de-France[2]. Membre du groupe communiste, il y préside la commission transport de 1998 à 2004. Il est réélu conseiller régional aux élections régionales de 2004, sur la liste « Gauche populaire et citoyenne » conduite par Marie-George Buffet et Claire Villiers[3]. Il est alors élu président du groupe communiste, Alternative citoyenne, Républicain et Parti de gauche (CACRPG).

Réélu aux élections régionales de 2010 sur la liste « Ensemble pour une région solidaire, écologique et citoyenne » conduite par Pierre Laurent, il est élu président du groupe Front de gauche, Parti communiste français, Gauche unitaire et Alternative citoyenne. Le 12 mai 2011, il est élu président de la commission de suivi du protocole Etat-Région pour le Grand Paris Express[4].

En 2014, il est élu conseiller municipal d'opposition à Villeneuve-la-Garenne, dont le maire est Alain-Bernard Boulanger (UMP).

Le 29 mars 2015 il est élu conseiller départemental des Hauts de Seine en tandem avec Elsa Faucillon dans le canton de Gennevilliers[5]. Il démissionne de son mandat de conseiller municipal pour se mettre en conformité avec la loi sur le cumul des mandats[6]. Au sein du conseil départemental, il est président du Groupe Front de Gauche et Citoyens (Parti Communiste Français – Gauche Citoyenne), membre de la commission permanente et membre de la commission des transports, de la voirie, de l'environnement, de l'assainissement et de la qualité de vie[7].

Vie privée

Il se marie en 1998 et est père de trois enfants.

Dans les medias

Le point de vue du Front de gauche au conseil régional ou au conseil départemental, par la voix de son président de groupe Gabriel Massou, est régulièrement évoqué dans les medias. Qu'il s'agisse par exemple de l'accord entre l'État et la région Ile-de-France sur les transports du Grand Paris en 2011[8], de la dotation de l'État pour la construction du supermétro Grand Paris Express[9] ou encore la constitution des listes en vue des élections régionales de 2015[10].

Notes et références

  1. « Fiche de M. Gabriel Massou (extrait) », sur lesbiographies.com, (consulté le 7 juillet 2018).
  2. « Régionales 1998. Résultats. Ile-de-France », sur liberation.fr, (consulté le 8 juillet 2018).
  3. « Portrait. Gabriel Massou, candidat dans le 92 », sur l'Humanité, (consulté le 9 juillet 2018).
  4. « Société du Grand Paris : Gabriel Massou président de la commission de suivi du protocole Etat-Région », sur mobilicites.com, (consulté le 12 septembre 2014)
  5. « Résultats des élections - Canton Gennevilliers », sur francetvinfo.fr (consulté le 9 juillet 2018).
  6. « Gabriel Massou », sur politiquemania.com (consulté le 8 juillet 2018).
  7. « Gabriel Massou », sur hauts-de-seine.fr (consulté le 8 juillet 2018).
  8. Sophie de Ravinel, « Les Verts et les communistes bloquent le Grand Paris », Le Figaro,‎ (lire en ligne) :

    « "Il ne faut pas confondre vitesse et précipitation », indique Gabriel Massou. « La commission du Débat Public aura deux mois pour rendre ses conclusions après la fin des débats, fin janvier, nous allons donc nourrir leurs conclusions avec nos avis" »

    .
  9. « Grand Paris : le groupe Front de gauche-PCF du conseil régional fustige Bercy », Les Échos,‎ (lire en ligne) :

    « « On aura beau nous expliquer que l'argent est là, mais caché quelque part sous un tapis, reste l'écrit, et le symbole est désastreux ", a déclaré le président du groupe, Gabriel Massou (PCF) »

    .
  10. Daic Audouit, « Pour le communiste d'Ile-de-France, Gabriel Massou, “Bartolone est dans le cadre du système actuel” », sur france3-regions.francetvinfo.fr, (consulté le 10 juillet 2018)

    « Gabriel Massou était l'invité de Samedi Politique sur France 3 Ile-de-France ce 20 juin. Le Front de gauche souhaite constituer des listes "à la Podemos" pour les régionales en Ile-de-France. Il estime que Claude Bartolone "est dans le cadre du système actuel" »

Liens externes


Cet article « Gabriel Massou » est issu de Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 175 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).