Encyclopédie Wikimonde

Garnet Hertz

Aller à : navigation, rechercher

Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 114 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value). Garnet Hertz (né en 1973) est un artiste et intellectuel canadien[1]. Hertz est populaire pour ses œuvres d’art électronique, pour ses recherches dans le champ de critical making (en)[2] et il est reconnu dans la sphère internationale pour ses participations à des événements tels que le SIGGRAPH[3], le festival Ars Electronica[4], le festival Dutch Electronic Art Festival (DEAF)[4] et la Biennale de Montréal[5].

Œuvre

Dans l'ensemble de son oeuvre et dès ses premières réalisations, Garnet Hertz explore l’art comme forme interrogative. Par exemple, son œuvre Desktop (1997) s’annonce comme l’extension du bureau d’ordinateur d’un téléspectateur ; ce travail disponible en ligne expose les limites du tangible par l’intermédiaire de représentations numériques[6]. C’est aussi un projet qui s’apparente à The Simulator (1997) dans sa proposition de réalité fausse, projet interactif également en ligne témoignant « des différences entre l’existence physique et le monde digital[5] » par une série de mises en situation banales dans lesquelles le spectateur doit prendre des décisions pour faire évoluer l'oeuvre.

Hertz est reconnu pour ses œuvres robotiques d’insectes vivants et de machinerie électronique. Dans son travail de 2001, Fly with Implanted Web Server, les téléspectateurs d’un URL spécifique ont la possibilité de visiter l’intérieur ainsi que la vision de la mouche[7],[8],[9]. Son Cockroach Controlled Mobile Robot (2007) exploite les ondes audio du sifflement d’un cafard géant de Madagascar pour contrôler un robot qui se déplace dans la galerie[10],[11],[12],[13]. Bien que le rôle de l’insecte n’aie pas d’implication directement biologique, puisque c’est plutôt par une reproduction audio que l’insecte agit sur l’œuvre, Hertz est tout de même à l’origine du développement d’une « manière très concrète d’utiliser un animal comme partie de la motricité et de la coordination d’un système robotique[14] ».

Parallèlement à ce projet, il est présenté au DEAF de 2007 au sein de l’exposition d’art interactif contemporain Interact or Die! avec son œuvre intitulée Experiments in Galvanism (créée en 2003) où un serveur web est intégré au corps d’une grenouille, permettant aux spectateurs participants d’agiter la grenouille par des dispositifs informatiques. Œuvre inspirée du physicien italien Luigi Galvani, l’œuvre d’Hertz exploite la technologie de l’électricité et de l’internet en soulignant son caractère naturel[15].

Certaines de ses réalisations concernent la remise en cause des technologies de médias obsolètes[16],[17]. Son œuvre Outrun (2010) transforme la cabine d’un jeu d’arcade en un véhicule qu’il est possible de conduire sur rue. Alors que le véhicule est conduit, il convertit ce que sa caméra enregistre de la rue réelle en une vue d’un écran vidéo 8-bits du jeu vidéo d’origine que le conducteur utilise alors pour naviguer. C’est par ce contraste volontaire entre la réalité tangible et la dimension d’un jeu de réalité augmentée qu’Hertz souligne le caractère « pervertisseur[18] » des jeux technologiques. Il tente de « perturber le quotidien en mettant en évidence et en inversant les comportements conventionnels par l'humour et le paradoxe[18] ».

Actif dans la scène de l’art de type numérique, il développe en 2010 un projet intitulé Dead Media où il propose des approches de l’archéologie des médias[19] dans un but de recycler des objets technologiques périmés, ces « zombies de l’histoire des médias – ces déchets qui refusent de disparaître[19] » par le moyen de la création artistique ; ce qui, dans un deuxième temps, adresse une réflexion sur la pollution de la consommation technologique. 

Liste d'œuvres

  • Surrogate (1995), vidéo VHS exposant l’avidité des hommes pour la télévision
  • TV + Beans (1995), installation de fragments fonctionnels d’une télévision entremêlés à des pousses de haricots
  • Luminous Experiment (1995), installation où par le jeu de noirceur d'un sous-sol en excavation, des pièces de télévision s’allument vivement à l’arrivée de participants
  • Cathedral (1997), projet en collaboration avec Mike Misanchuk pour la réalisation d’un CDROM incluant des fragments de vidéos interactifs, des bases de réalité virtuelle et des croquis de l’espace
  • The Simulator (1997), travail d'interaction en ligne où le participant doit effectuer une série de décisions anodines de la vie quotidienne
  • Interface (1995-1996), système robotique contrôlé par Internet
  • Coredump (2000), machine conçue dans le but de reproduire graphiquement les gestes de participants enregistrés sur Internet
  • Pixel VGA (2011), série d’installation d’écrans d’ordinateurs clignotants des mêmes couleurs en synchronisme
  • Doom (2011), projection vidéo de réalité augmentée déformant les participants en monstres du jeu « Doom »
  • Critical Making (2012), projet artisanal d’un livre de plus de 350 pages fait à la main avec la collaboration de 70 artistes
  • Videodome, (2013) projection en direct du visage du spectateur via plusieurs caméras miniatures disposées à des angles diverses
  • Phone Safe 1 et Phone Safe 2 (2015), installations sous forme de coffres à l’intérieur desquels les participants insèrent leur téléphone, et en appuyant sur ses boutons, elle se verrouille pour un temps donné

Une liste détaillée en complément de celle-ci est disponible sur le site web de l’artiste[4].

Liste d'expositions

  • 1994, exposition Staging Identities, galerie Gordon Snelgrove, Canada
  • 1995, exposition Furniture Works, galerie AKA, Canada
  • 1995, exposition TV/Grow tenue par lui-même à la galerie AKA, Canada
  • 1995, exposition Emporium, tenue par lui-même à la galerie AKA, Canada
  • 1996, exposition Stretching the Negative dirigée par Brenda Pelkey à la galerie Grodon Snelgrove, Canada
  • 1997, exposition Web Projects tenue par Frank Teksum à l’Atelier Nord, Norvège
  • 1997, exposition Incomplete Dislocations, tenue par la collaboration de Liz Mac Dougall, Andres Guibert, Julie Lapalme et Bob Rogers à la galerie Eye Level, Canada
  • 1997, exposition Desktop IS, dirigée par Alexei Shulgin sur le web
  • 1998, exposition Images sur le web, tenue par le jury chair Maurice Benayoun à l’IMAGINA 98 à Monaco
  • 1998, exposition Cyberarts 98 : .Net à l’Ars Electronica 1998 à Linz en Autriche
  • 1998, exposition Arts Électroniques présentée à la 1re Bienhale de Montréal, dirigée par Sylvie Parent, Montréal, Canada
  • 2002, exposition Reload, tenue par Hayal Pzanti et Mehmet Sinan au Musée d’Art Contemporain d’Istanbul en Turquie
  • 2003, exposition Twitch avec David Rokeby, tenue par Risa Horowitz à l’Ace Art Inc., à Winnipeg, Canada
  • 2004, exposition Hybrid Vigor, dirigée par Simon Penny au Centre Beall pour l’Art et la Technologie à Irvine, États-Unis
  • 2004, exposition Control and Communication in the Animal and the Machine, par son Machine Project à Los Angeles, États-Unis
  • 2005, exposition Hybrid Vigor 2005, dirigée par Simon Penny au Centre Beall pour l’Art et la Technologie à Irvine, États-Unis
  • 2005, exposition Hybrid Creatures and Paradox Machines, dirigée par Gerfried Stocker au Ars Electronica 2005 de Linz, Autriche
  • 2007, exposition au Dutch Electronic Art Festival (DEAF07) de Rotterdam, Pays-Bas
  • 2008, exposition Evolution Haute Couture : Art and Science in the Post-Biological Age, tenue par Dmitry Bulatov au Festival International du Film de Moscou, Russie
  • 2008, exposition Robotic Art avec Haakon Faste et Shih CHeh Huang, tenue par Cristina Trivellin et Martina Coletti au Studio d’Ars Oscar Signorini Prize Exhibition de Milan, Italie
  • 2009, exposition In Memory of the Dead Media Handbook, tenue par Cristina Trivellin et Martina Coletti au Studio d’Ars de Milan, Italie
  • 2010, participation au festival NEXT 2010 d’Aarhus, Danemark
  • 2010, participation au  10.10.10 Experimental Media Art Festival au Centre Beall pour l’Art et la Technologie à Irvine, États-Unis
  • 2011, exposition Beautiful Mistakes au Next 2011 Festival d’Aarhus, Danemark
  • 2012, exposition Catalyst Arts, tenue à Belfast, Royaume-Uni
  • 2013, exposition See Yourself Sensing, tenue par Madeline Schwartzman à la galerie Natalie & James Thompson, SJSU School of Art & Design, États-Unis
  • 2013, exposition Science Art 3, tenue par Anush Zeynalyan au Central House of Artists de Moscou, Russie
  • 2015, participation à l’International Symposium of Electronic Art 2015 à Vancouver, Canada
  • 2016, exposition All Around Us, tenue aux galleries Wood Street de Pittsburg, États-Unis
  • 2016, exposition XXI Triennale di Milano à Milan, Italie 

Une liste détaillée en complément de celle-ci est aussi disponible sur le site web de l’artiste[4].

Carrière académique

Hertz est Chaire de Recherche du Canada en Design et Arts médiatiques à l’Emily Carr University of Art and Design (en)[20]. Hertz fut précédemment scientifique de recherche et artiste en résidence au département d’informatique à l’université de Californie à Irvine et fut aussi désigné Faculty au Media Design Program à l’Art Center College of Design[2]. Récemment, il fut désigné dans le but de guider les projets d'étudiants en arts visuels de l'université d'Ottawa[4].

Prix

En 2008, Hertz remporte le prix Oscar Signorini pour son art robotique[21]. En 2003, Hertz remporte un Canada-University of Saskatchewan Fulbright Award pour poursuivre des études à l’University of California Irvine dans un programme interdisciplinaire d’art, d'informatique et d’ingénierie électrique[22]

Notes et références

  1. (en) Government of Canada, Canadian Heritage, Canadian Heritage Information Network, « Artists in Canada », sur app.pch.gc.ca (consulté le 15 février 2017)
  2. 2,0 et 2,1 (en) « Critical Making », We Make Money Not Art,‎ (lire en ligne)
  3. « Reports from SIGGRAPH 2004, Los Angeles », sur www.siggraph.org (consulté le 15 février 2017)
  4. 4,0, 4,1, 4,2, 4,3 et 4,4 « Garnet Hertz - CV (September 2016) », sur www.conceptlab.com (consulté le 15 février 2017)
  5. 5,0 et 5,1 « Garnet Hertz, Oeuvres Multimédia et Internet », sur La Biennale de Montréal 1998 (consulté le 15 février 2017)
  6. (en) Michele White, The Body and the Screen: Theories of Internet Spectatorship, MIT Press, (ISBN 9780262232494, lire en ligne)
  7. (en) Corrado Federici, Leslie Anne Boldt-Irons et Ernesto Virgulti, Images and Imagery: Frames, Borders, Limits : Interdisciplinary Perspectives, Peter Lang, (ISBN 9780820474236, lire en ligne)
  8. (en) Susan Schreibman, Ray Siemens et John Unsworth, A New Companion to Digital Humanities, John Wiley & Sons, (ISBN 9781118680599, lire en ligne)
  9. (en) Jussi Parikka, What is Media Archaeology?, John Wiley & Sons, (ISBN 9780745661391, lire en ligne)
  10. (en) Jeffrey A. Lockwood, Six-Legged Soldiers: Using Insects as Weapons of War, Oxford University Press, (ISBN 9780199733538, lire en ligne)
  11. (en) Andrew Pickering, The Cybernetic Brain: Sketches of Another Future, University of Chicago Press, (ISBN 9780226667928, lire en ligne)
  12. (en) Matthias Rauterberg et Marco Combetto, Entertainment Computing - ICEC 2006: 5th International Conference, Cambridge, UK, September 20-22, 2006, Proceedings, Springer, (ISBN 9783540452614, lire en ligne)
  13. (en) Cecilia Di Chio, Alexandros Agapitos, Stefano Cagnoni et Carlos Cotta, Applications of Evolutionary Computation: EvoApplications 2012: EvoCOMNET, EvoCOMPLEX, EvoFIN, EvoGAMES, EvoHOT, EvoIASP, EvoNUM, EvoPAR, EvoRISK, EvoSTIM, and EvoSTOC, Málaga, Spain, April 11-13, 2012, Proceedings, Springer, (ISBN 9783642291784, lire en ligne)
  14. (en) Jussi Parikka, Insect Media: An Archaeology of Animals and Technology, U of Minnesota Press, (ISBN 9780816667390, lire en ligne)
  15. (en) « Experiments in Galvanism », sur V2_Institute for the Unstable Media (consulté le 15 février 2017)
  16. (en) Gary Hall, Pirate Philosophy: For a Digital Posthumanities, MIT Press, (ISBN 9780262034401, lire en ligne (https://books.google.ca/books?id=cXb5CwAAQBAJ&pg=PA209&redir_esc=y#v=onepage&q&f=false))
  17. (en) Bruce Sterling, « Design Fiction: OutRun by Garnet Hertz », WIRED,‎ (lire en ligne)
  18. 18,0 et 18,1 Garnet Hertz, « OutRun: Perversive Games and Designing the De-simulation of Eight-bit Driving », Proceedings of the Fifth International Conference on the Foundations of Digital Games, ACM, série FDG '10,‎ , p. 72–78 (ISBN 9781605589374, DOI 10.1145/1822348.1822358, lire en ligne)
  19. 19,0 et 19,1 (en) Jussi Parikka, « FCJ-116 Media Ecologies and Imaginary Media: Transversal Expansions, Contractions, and Foldings », The Fibreculture Journal, no issue 17 2011: unnatural ecologies,‎ (lire en ligne)
  20. (en) « Discover! | First Canada Research Chairs Appointed at Emily Carr », sur www.connect.ecuad.ca (consulté le 15 février 2017)
  21. « CTheory.net », sur www.ctheory.net (consulté le 20 février 2017)
  22. (en) « Search - University of Saskatchewan », sur www.usask.ca (consulté le 20 février 2017)

Cet article « Garnet Hertz » est issu de Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 175 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).