Encyclopédie Wikimonde

Geneviève Zadoc-Kahn

Aller à : navigation, rechercher

Geneviève Zadoc-Kahn, née à Paris le et décédée à Boulogne-Billancourt le , était professeur de piano et de musique (en particulier dans les écoles de Boulogne-Billancourt). De l'après-guerre à la fin en 1986, elle a effectué la régie des Musigrains, des cycles de concerts-conférences pédagogiques fondés par Germaine Arbeau-Bonnefoy.

Biographie

Geneviève Zadoc-Kahn était, par son père, la petite-fille du grand rabbin de France Zadoc Kahn et, par sa grand-mère maternelle, l'arrière-petite-fille du grand rabbin de France Salomon Ulmann. Issue de deux familles nombreuses juives, mais également alliées dès sa génération à des chrétiens, elle était, par alliance, la nièce d'Israël Lévi, Julien Weill et Mayer Lambert et la cousine de Louis Vallon et Jacques Monod[1].

Elle a étudié au Conservatoire national supérieur de musique de Paris, où elle a eu parmi ses professeurs son cousin Maurice Franck (1897-1983), également compositeur.

Membre du Parti socialiste, elle a été fréquemment assesseur dans toutes les élections de sa commune. Membre de la Ligue des droits de l'homme, elle a été la présidente de la section de Boulogne-Billancourt à la fin de sa vie.

Vers 1967, elle a dirigé ses élèves des écoles de Boulogne-Billancourt dans une représentation de La Belle Hélène de Jacques Offenbach. En 1984, elle a fait répéter des élèves de ses anciennes écoles en vue de la création de La Sorcière du placard aux balais de Marcel Landowski.

Bibliographie

Références

  1. Sources généalogiques familiales

Cet article « Geneviève Zadoc-Kahn » est issu de Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).