Encyclopédie Wikimonde

Georges Maury

Aller à : navigation, rechercher

Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 115 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

Jean Georges Maury ou Georges Maury, né le à Goudourville et mort le à Moissac, est un peintre français.

Influencé par le courant postimpressionniste, il compose essentiellement des huiles sur toile évoquant la vie et les paysages de campagne et d'Orient. Il a réalisé les illustrations de la Création dans l'église Saint-Julien de Brioude, aujourd'hui affublée du surnom de « chapelle Sixtine du Tarn-et-Garonne[1] ».

Biographie

Georges Maury naît le à Goudourville, dans une famille d'agriculteurs. Attiré très tôt par la peinture, il est pendant trois ans l'élève de Louis Cazottes, puis travaille à Paris dans l'atelier Jean-Louis Godon, artiste qui fut chargé de réaliser la décoration du Salon doré au Palais de l'Élysée sous le Second Empire.

À son retour dans le Sud-Ouest, il s'arrête chez Léon Millet à Bordeaux. Auprès de lui, il précise une technique picturale qui va le conduire, en 1899, à produire la décoration intérieure de l'église Saint-Julien de Brioude, dans son village natal[2], aujourd'hui surnommée la « chapelle Sixtine du Tarn-et-Garonne », ses voûtes étant couvertes de scènes de l'Ancien Testament[3],[4]. Elles représentent la résurrection de Lazare et la Mise au tombeau[5].

Par la suite, il obtient une bourse et rentre à l'École nationale des arts décoratifs. Il obtient à l'issue de cette formation un poste de dessin au collège de Pézenas. Il se marie en 1909 à Jeanne Chantot, elle aussi originaire de Goudourville, avant d'être nommé au lycée d'Albi l'année suivante, où il restera jusqu'en 1920. En 1914, il est mobilisé au Maroc dans les troupes d'occupation en tant que postier cycliste

En 1925, après avoir perdu son épouse, il rejoint Toulouse pour occuper le poste de professeur de dessin au lycée des garçons. Durant cette époque, il collabore avec des revues régionales en tant qu'illustrateur. Il participe ainsi à un hommage au poète Jasmin. Il a également exposé plusieurs de ses toiles au Salon des Amis de l'Art de Bordeaux en 1925 et 1931.

Georges Maury s'éteint le à Moissac et est inhumé au cimetière de La Dérocade.

Style

Impressionnisme

L'œuvre de Maury s'inscrit dans le courant postimpressionniste.

Pierre Arrou, chroniqueur pour la revue Le Divan, de passage à la Cathédrale Sainte-Cécile pour y rencontrer Gabriel Soulages, le décrit comme un « athlète de la peinture à l'huile, [écrasant] du bleu charron et du rouge sang-de-bœuf sur une grande toile qui [menace] de crever sous la poussée de sa truelle de maçon ».

Il signe à la peinture rouge G. Maury, en appuyant sur le Y.

Orientalisme

Mobilisé en 1914, il rejoint les troupes d'occupation au Maroc occidental pour y servir dans le service de poste en tant que cycliste. Le pays lui inspirera de nombreuses toiles, comme la Sortie du pacha.[réf. souhaitée] Son œuvre est largement marquée par ce séjour. Les nombreuses Fantasia qu'il produit s'inspirent directement de son expérience dans le pays.[réf. souhaitée]

Notes et références

  1. « Église Saint-Julien-de-Brioude, Goudourville », sur Religiana (consulté le 12 décembre 2020)
  2. Base Mérimée PA00095753, inscription en mai 1927 [1].
  3. « Les peintures murales du Tarn-et-Garonne - Escapades et découvertes », sur www.escapetdecouv.com, (consulté le 11 décembre 2020)
  4. « À la découverte des peintures murales … en Tarn et Garonne « PARLONS EN ! », sur www.o-p-i.fr (consulté le 12 décembre 2020)
  5. « Eglise Saint-Julien à Goudourville - Site et monument historiques - Goudourville », sur Site Officiel du Tourisme en Tarn et Garonne (consulté le 12 décembre 2020)

Lien externe

Erreur Lua dans package.lua à la ligne 80 : module 'Module:Bases/architecture' not found.

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).