Encyclopédie Wikimonde

Glossaire de Robert Misrahi

Aller à : navigation, rechercher

Robert Misrahi a construit sa philosophie du bonheur comme une manière de vivre, une éthique, un cheminement initiatique. Il a choisi d'utiliser un vocabulaire vernaculaire pour construire toute son œuvre. Il a quelquefois pris l'initiative de limiter la polysémie de certains mots et/ou d'actualiser leur définition pour se rapprocher du présent usage.

Une biographie[1] et plusieurs de ses ouvrages possèdent un glossaire[2] et il a synthétisé son dictionnaire dans 100 mots pour construire son bonheur[3].

L’œuvre de Robert Misrahi se veut un prolongement de celle de Spinoza et en particulier L'Éthique dont il a écrit un dictionnaire[4].

Son dictionnaire

Les termes sélectionnés sont ceux qui sont les plus souvent utilisés dans l’œuvre et sont représentatifs des points d'étape et des phases du cheminement initiatique que l'auteur préconise. Nombreux sont les termes repris à l’Éthique de Spinoza et mis en place dans le cadre de la pensée de Misrahi.

Accomplissement

Acte

Les actes de la Joie : fonder, aimer, se réjouir[5].

Affect

Amour tout-autre

Anthropologie philosophique

(l')Autre

« Le désir de la présence d'Autrui, de son attention ou de son affection est présent dans l'individu humain dès son enfance. [.] Le désir et la pensée que j'ai d'autrui ne sont possibles qu'en raison de [la] spécularité [de mon esprit et] selon deux voies : celle de la réversibilité [et celle] de la réciprocité »[6]..

Bonheur

Château

C'est dans l'ouvrage La construction d'un château : Comment faire de sa vie une œuvre[7] que Robert Misrahi présente son concept de Château. Le concept évoque deux métaphores : la construction de soi comme une citadelle intérieure et l'installation d'un chez-soi comme une demeure.

Il parlera aussi de Demeure pour évoquer ce lieu particulier que tout philosophe aménage pour se sentir et se construire lui-même, pour exister, pour y vivre son amour.

Michel Onfray évoque ce concept et le livre[8] en ironisant sur le lyrisme allégorique employé par l'auteur.

Commencement

Conscience

Construction

Conversion

Dans l'ouvrage Les voies de l'accomplissement[9] Misrahi la voit comme « le saut ichtéen, le saut du poisson » qui lui permet de passer un rapide pour remonter la rivière : saut dans l'inconnu demandant de dépasser un seuil d'énergie, de traverser le monde hostile de l'aérien, et dont les conditions de réception ne sont pas garanties à la prise de décision.

Crise

Désir

Démocratie Existentielle

Misrahi évoque le développement de la démocratie vers la Démocratie Existentielle[10]. Cette dernière vise à réaliser le Désir profond de chaque sujet, c'est-à-dire l'accomplissement de son existence. La Démocratie Existentielle, par ses institutions qui ont pour tâche de réaliser en chaque domaine les conditions objectives du bonheur d'être et de vivre, porte dans les faits la cohérence du projet démocratique :

  • reconnaître d'une part l'égalité juridique des individus comme citoyens et électeurs (juridique),
  • et garantir d'autre part l'épanouissement et la joie de ces mêmes individus comme sujets et comme Désirs (existentielle).

Éthique structurée de la joie et du bonheur

Les principes de l'éthique sont clairement posés comme une œuvre humaine, comme le fruit d'une réflexion sur l'existence du Sujet et sur ses relations à autrui[11].

Robert Misrahi donne un résumé de sa pensée[12] :

  • Le travail personnel et la Conversion,
  • Le travail politique de la Démocratie et de la Laïcité : L'éducation, la formation et les institutions démocratiques et laïques,
  • et enfin, le combat ferme contre l'empiricité des consciences : leur paresse, leur dogmatisme et leur aveuglement volontaire (qui peuvent être simultanés).

Fondation fondement

Instauration

Joie

Liberté élaborée

Misrahi propose à chaque personne de réfléchir et travailler pour passer de la liberté anarchique et aveugle de la spontanéité à un deuxième niveau de la Liberté qui élabore et intègre plus et mieux la responsabilité, l'indépendance et l'autonomie de l'individu dans la société tout en développant son éthique et son accomplissement[13]. Il s'agit de passer d'une liberté malheureuse (Le désir dépendant et libre dans la contrainte et la souffrance) à une Liberté accomplie (qui accepte les contraintes, par la réflexion positive et non le renoncement ou la résignation, que le sujet s'est choisies et qu'il peut toujours modifier)

Préférable

Réciprocité et réversibilité

Robert Misrahi souhaite distinguer la réciprocité et la réversibilité dans l'analyse de la relation entre deux sujets libres et égaux.

« La réversibilité est la possibilité de réaliser en sens inverse tout mouvement de la conscience allant vers l'autre »[14]. « En miroir, on peut échanger des agressions [.] ou des promesses [œil pour œil, dent pour dent]. On peut élever la relation en miroir de la violence à la raison, de la guerre au contrat. L'autre , perçu comme [.] ennemi peut être ensuite perçu comme partenaire »[6].

« La réciprocité est une relation plus intense que la réversibilité. La réciprocité suppose en effet plus que la conscience d'autrui ; elle suppose une affirmation de sa valeur et elle se double d'une volonté de donation. La réciprocité est bien consciente de l'équivalence des mouvements inverses de deux consciences, mais elle vit cette équivalence au-delà du calcul. C'est [.] une reconnaissance active de l'autre [.] sans calcul des "biens échangés". [.] une décision libre et sans calcul, non un "dû" mais un don »[15]. « Chacun reconnaît en l'autre un sujet et se [sait reconnu] par l'autre comme un sujet. De là nait unejoie »[6].

« L'origine de la réciprocité [.] est [.] le mouvement même du Désir dans la recherche d'une plénitude significative, plénitude qui ne peut s'achever et s'accomplir que dans et par la relation ». « La réciprocité étant, comme la responsabilité, une modalité du rapport à autrui. La réciprocité est à entendre au sens d'une réciprocité sans calcul et sans contrat, au contraire de la réversibilité ». « La réciprocité est l'un des éléments fondamentaux d'une éthique de la Joie et du Bonheur »[16].

Réflexion, Réflexivité

Spécularité

Robert Misrahi synthétise les travaux de la recherche sur les neurones miroirs : « La conscience individuelle ne peut être consciente d'une autre individualité qu'en raison de sa propre nature de conscience. [Puisque] je puis me saisir moi-même (comme en un miroir), je suis capable de saisir l'autre, comme une conscience, [.] une intelligence. Cette spécularité [.] et cette relation spéculaire (de deux ou plusieurs consciences qui sont réflexivement miroirs les unes des autres) peuvent se développer concrètement selon la voie de la réversibilité ou de la réciprocité »[6].

Subversion

La philosophie du bonheur est subversion dans la mesure où, face au pessimisme et et au dolorisme de la société, elle tente d'instaurer un régime existentiel totalement autre (joie) et exactement contraire de celui qu'elle critique. Elle veut inverser le rapport entre le monde-objet et le Désir-sujet. Le Désir-sujet, qui se qualifie après la conversion et le (re)commencement de l'existence, manifeste et instaure sa souveraineté par rapport à l'objet (influences, société, lois économiques, valeurs). Rien n'échappe au renversement : croyances, doctrines, idoles, habitudes de penser et manières de vivre[17].

Tout autre

Notes et références

  1. Robert Misrahi : L'existence comme itinéraire, Lormont, Le bord de l'eau, , 173 p. (ISBN 9782356871800) 
  2. Le Travail de la liberté, Paris, Le Bord de l'eau, coll. « Nouveaux classiques », , 292 p. (ISBN 9782356873859) 
  3. Misrahi 2004
  4. 100 mots sur L’Éthique de Spinoza, Paris, Les Empêcheurs de tourner en rond, , 413 p. (ISBN 9782846710657) 
  5. Misrahi 2004, p. 162
  6. 6,0, 6,1, 6,2 et 6,3 Misrahi 2004, p. 49 à 52
  7. La construction d'un château : Comment faire de sa vie une œuvre, Paris, Entrelacs, , 170 p. (ISBN 9782908606409).
    1ère édition au Seuil 1981
     
  8. La résistance au nihilisme (2) : Vladimir Jankélévitch, Robert Misrahi, Mikel Dufrenne, Pierre Hadot, coll. « Contre histoire de la philosophie » (no 26)
  9. Misrahi 2016, p. 129
  10. Misrahi 2008, p. 194, 216
  11. Misrahi 2004, p. 159
  12. Spinoza, Paris, Éditions Médicis-Entrelacs, , 274 p. (ISBN 9782908606256) 
  13. Misrahi 2008, p. 195, 224
  14. Misrahi 2004, p. 323
  15. Misrahi 2004, p. 325
  16. Misrahi 2004, p. 326
  17. Misrahi 2008, p. 233

Voir aussi

Bibliographie

Document utilisé pour la rédaction de l’article : Les ouvrages utilisés pour la création de la structure de l'article :

Document utilisé pour la rédaction de l’article 100 mots pour construire son bonheur, Les Empêcheurs de tourner en rond, , 443 p. (ISBN 9782846710640) .

Document utilisé pour la rédaction de l’article Le Travail de la liberté, Paris, Le Bord de l'eau, coll. « Nouveaux classiques », , 292 p. (ISBN 9782356873859) .

Document utilisé pour la rédaction de l’article Les voies de l'accomplissement - Itinéraire pour l'existence dans la littérature et la philosophie, Paris, Belles Lettres, coll. « Encre Marine », , 160 p. (ISBN 9782350881133) .

Bibliographie complémentaire

Articles connexes

Liens externes

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).