Encyclopédie Wikimonde

Greeters de Belgique

Aller à : navigation, rechercher

Les Greeters sont des habitants passionnés par leur ville ou leur région soucieux de partager leurs coups de cœur et bons plans avec des voyageurs le temps d'une rencontre authentique, hors des sentiers battus. Ils souhaitent la bienvenue. Il s'agit d'une forme de tourisme participatif où la population locale participe à l'accueil touristique et les voyageurs s'impliquent dans la vie locale. En Belgique, en 2013, cinq réseaux se sont développés : Bruxelles, Charleroi-Thudinie, Mons, Namur et Verviers, tous membres du réseau international Global Greeter Network.

Histoire

Le concept Greeter (terme venant du verbe en anglais, "to greet", signifiant « souhaiter la bienvenue avec amabilité ») est né à New-York en 1992 grâce à Lynn Brooks, qui a fondé le premier réseau d'ambassadeurs bénévoles (Big Apple Greeter). D'autres villes ont suivi l'exemple et depuis le début des années 2000, l'expérience s'est développée en Europe avec comme premier réseau, les Greeters de Nantes en France. En 2005, un réseau international se crée pour rassembler les différentes initiatives : Global Greeter Network. C'est en 2010 qu'apparait le réseau des Greeters en Belgique à l'initiative de l'association Tourisme autrement.

Naissance du réseau des Greeters de Belgique

En 2008, l'association Tourisme autrement découvre le concept des Greeters, lors du forum organisé, à Nantes, portant sur les nouvelles formes du tourisme. Marie-Paule Eskénazi, directrice de cette association, y était invitée pour présenter son dernier ouvrage "Le Tourisme autrement". Les valeurs véhiculées par les Greeters, à savoir la rencontre respectueuse entre le visiteur et le visité, la découverte de l'Autre et l'enthousiasme partagé pour les lieux d'accueil correspondant tout à fait à celles de Tourisme autrement, l'association propose de lancer un réseau à Bruxelles pour contribuer à valoriser une image positive de la capitale. En février 2010, le Ministre en charge du tourisme ainsi que le secrétaire d'état en charge de la culture lui confient une mission de faisabilité et le 18 mai 2010, ils annoncent la création du réseau des Greeters de Bruxelles comme projet pilote. Visit Brussels et Wallonie-Bruxelles Tourisme y apportant leur appui.

Le projet bénéficie rapidement d'un grand enthousiasme et les Greeters arrivent ensuite en Wallonie: Charleroi-Thudinie, Mons, Namur et Verviers. Plus de 200 Greeters natifs ou d'adoption, sont devenus membres en 3 ans. Chaque réseau wallon (en province de Namur, à Mons, ainsi que dans le Pays de Charleroi et de Val de Sambre et Thudinie) a une vingtaine de bénévoles passionnés. Différentes antennes en Wallonie (Liège ou Tournai) feront prochainement leur apparition en tant que Greeters. Les Greeters de Belgique représentent le concept au niveau national et international, et montent des actions de communication et de gestion commune. Depuis 2012, les différentes antennes partagent une ligne d'action commune dans le cadre de la promotion et du développement des réseaux des Greeters belges.

Organisation

Les organisateurs mettent en relation, gracieusement, au travers d'une rencontre unique, un habitant passionné par sa ville et des visiteurs (maximum 6 personnes). Cette rencontre représente une offre complémentaire aux visites guidées car l'objectif des bénévoles est de montrer les endroits cachés, les coins inconnus et prioritairement d'avoir un échange multiculturel et personnel avec les touristes. Les Greeters favorisent la découverte des différentes régions de Belgique autrement. Les inscriptions se font par l'intermédiaire d'un site web deux semaines avant la date prévue. Les Greeters sont disponibles 7 jours sur 7 et les rencontres se font en différentes langues. De même, les candidats Greeters s'inscrivent via le site avant d'être membre.

Charte

Le réseau des Greeters de Belgique se rassemble autour d'une charte reprenant les valeurs fondamentales à laquelle les bénévoles s'engagent pour le bon fonctionnement de l'équipe. En bref : « Le réseau des Greeters est basé sur le bénévolat des hôtes. Ils possèdent des atouts majeurs : passion de leur ville, l'envie de la partager et le sens de l'accueil » ; « Tous les visiteurs sont concernés, mais ils ne peuvent jamais être plus de six. En aucune façon, ils ne donnent de rétribution ou de pourboire au Greeter » ; « Les rencontres sont réservées via le site web et se situent en dehors des sentiers battus à l'exclusion des visites guidées tels que tour de ville, musées, expositions, etc ». L'acceptation de ces valeurs permet le succès des rencontres et du réseau des Greeters de Belgique.

Notes et références


Lancement du réseau Greeters à Charleroi-Thudinie[1]

Lancement du réseau Greeters à Mons[2]

Lancement du réseau Greeters à Namur[3]

Geoffroy Fabré, « Les Greeters belges rassemblés pour leur trois ans d'existence », RTBF,‎ (lire en ligne)

Yolaine de Kerchove, « Greeters, un passeport pour visiter une ville », L'avenir,‎ (lire en ligne)

G. B., « Bruxelles, par les Bruxellois », La Libre,‎ (lire en ligne)

Paul Simier, « Coup de cœur à Bruxelles », Journal de Montréal,‎ (lire en ligne (http://cluster006.ovh.net/~greeters/brussels/ckfinder/userfiles/files/Journal%20de%20Montr%C3%A9al%20-%20Juin%202012.pdf))

Christine Simon, « La super active qui investit dans le « tourisme autrement » », Entre Les Lignes[le lien externe a été retiré],‎ (lire en ligne (http://www.entreleslignes.be/entre-les-lignes/mikro--makro/1365-la-super-active-qui-investit-dans-le-l-tourisme-autrement-r.html))

(es) Salomé Garcia, « ¿Pagar por un guía turístico o visitar gratis con un greeter? », El País,‎ (lire en ligne (http://smoda.elpais.com/articulos/pagar-por-un-guia-turistico-o-visitar-gratis-con-un-greeter/1965))

N. C., « “Greeters ”, pour visiter Namur gratuitement », Sudpresse,‎ (lire en ligne (http://archives.sudpresse.be/namur-tourisme-%26%238220-greeters-%26%238221-pour-visiter_t-20120425-H3TY1Z.html?queryand=greeters&firstHit=0&sort=datedesc&by=20&when=-1&pos=0&all=0&nav=0))

(nl) Bianca Debaets, « Greeter Netwerk: Brussel op alternatieve wijze ontdekken is bescheiden succes », Nieuws[le lien externe a été retiré],‎ (lire en ligne (http://www.nieuws.be/nieuws/Greeter_Netwerk_Brussel_op_alternatieve_wijze_ontdekken_is_bescheiden_succes_6d5f4ee6.aspx))

(en) Jonathan Ramael, « AUTHENTIC ACTIVITIES IN BRUSSELS: Rediscovering the capital », BBT Online[le lien externe a été retiré],‎ (lire en ligne (http://www.bbtonline.eu/Library/destinations/destinations112012.php))

Laurie Dieffembacq, « Greeters: UN GUIDE BÉNÉVOLE ET PERSONNEL POUR LES TOURISTES », La Capitale,‎ (lire en ligne (http://cluster006.ovh.net/~greeters/brussels/ckfinder/userfiles/files/La%20Capitale%20-%20Mars%202012%20-%20Apprenez%20%C3%A0%20parler%20bruxellois.pdf))

François Robert, « Tourisme Visiter Bruxelles autrement, une idée qui vient de la Grosse Pomme », Le Soir,‎ (lire en ligne (http://archives.lesoir.be/tourisme-visiter-bruxelles-autrement-une-idee-qui_t-20100519-00X1HL.html?query=Greeters&queryor=Greeters&firstHit=10&by=10&when=-1&sort=datedesc&pos=12&all=16&nav=1))

Article publié sur Wikimonde Plus.