Encyclopédie Wikimonde

Groupement pour la défense de l'environnement dans l'arrondissement de Montreuil-sur-Mer

Aller à : navigation, rechercher
GDEAM
[[Fichier:Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 118 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value). |frameless |Logo de l'association GDEAM-62 |upright=1 |alt=Logo de l’association ]]
Logo de l'association GDEAM-62
Cadre
But Information, sensibilisation, activités pédagogiques, formation et protection de l'environnement.
Fondation
Fondation 1972
Identité
Siège Arrondissement de Montreuil-sur-Mer
1 rue de l'église 62170 Attin
Président Mariette Vanbrugghe
Membres Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 118 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).
Site web Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 118 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

GDEAM62 est l'acronyme de Groupement pour la défense de l'environnement dans l'arrondissement de Montreuil-sur-Mer. C'est une association à but non lucratif, de type loi 1901, qui se bat pour la protection de l'environnement et la préservation des milieux naturels et qui par ses actions dynamiques réalise des projets qui s'adressent à chacun.

Buts de l'association

Cette association à but non lucratif, a cinq objectifs ayant tous en commun l'environnement et l'écologie dans le domaine de la sensibilisation.

Son objectif principal concerne la défense de la nature et de l'environnement. Le GDEAM travaille de façon à améliorer la protection des milieux et des habitats naturels, des espèces végétales et animales, des équilibres fondamentaux écologiques ; et également la protection de l'eau, de l'air, des sols, des sites, des paysages et du cadre de vie. Il veut donc combattre la pollution et la nocivité, l'aliénation des chemins ruraux et de randonnée et souhaite un meilleur aménagement du territoire ainsi qu'un urbanisme respectueux de l'environnement.

Deuxièmement, il facilite l'accès à l'éducation écologique dans le public et cherche à sensibiliser les enfants le plus tôt possible. Il met également en place des conférences, des ballades, des séances cinématographiques et tous autres rassemblements ayant un rapport avec l'objectif principal.

Ensuite le GDEAM accomplit des fouilles dans son espace de compétence et dans son milieu naturel voisin pour protéger et gérer ses sites naturels.

Enfin, cette association réalise sur ces derniers, des études scientifiques pour acquérir des informations, de protection et de choix de programmes sur la direction du patrimoine naturel.

Le GDEAM lors de sa création a eu pour unique objectif d'empêcher la construction d'un barrage dans l'estuaire de la Canche (ce projet avait été conçu par le maire du Touquet Paris-Plage pour alimenter l'agglomération lilloise.)

Première action

Projet-barrage-1971.jpg

La première action du GDEAM, en 1972, a eu pour but de combattre un projet de barrage de l'estuaire de la Canche, au Touquet. Ce projet aurait servi à aménager un port de plaisance en noyant les mollières mais le GDEAM a réussi à se battre pour qu'il n'ait pas lieu.

En 1975 Georges Fachon dans un article du journal de Montreuil du 6 avril, rend hommage aux personnes qui se sont opposées au projet et ceux qui étaient pour le GDEAM. Un an plus tard, en 1976, Georges Fachon à fait publier un « Livre blanc » sur l'estuaire de la Canche puisque le projet était toujours d'actualité.

Des scientifiques comme le professeur Grasse, membre de l'Institut viennent au secours de la baie de Canche et soutiennent alors le projet du GDEAM. Le professeur affirme alors que l'estuaire de la Canche est un joyau à préserver. Cette intervention est parue dans La Voix du Nord du jeudi 12 octobre 1972.

Création de l'association du GDEAM

Le GDEAM, Groupement de défense de l'environnement dans l'arrondissement de Montreuil sur Mer est une association créée en janvier 1972. Cette association est basée sur trois piliers qui sont :

– le développement des connaissances au service de l'environnement ;
– l'information, la sensibilisation, les activités pédagogique, la formation ;
– la défense militante de l'environnement.

En 1972, George Fachon, un architecte Montreuillois, fonde l'association du GDEAM afin de combattre un projet touquettois qui est la construction d'un barrage de l'estuaire de la Canche, il a pour but de noyer les mollières afin d'emménager un port de plaisance. L'association se bat pendant plusieurs années avant que ce projet ne soit finalement abandonné. Ce projet est donc à l'origine de la création du GDEAM qui est une association qui suit la loi de 1901 : elle est donc contrainte de suivre plusieurs règles qui vont leur permettre de réaliser leurs projets sur l'environnement et l'écologie.

Depuis l'association accueille 300 adhérents et 4 salariés, elle organise des expositions, des centaines de sorties guidés par an et des animations scolaires ou grand public le but étant toujours de mettre leur 35 ans d'expérience et d'indépendance au service de l'environnement et des milieux naturels, et de protéger la biodiversité actuelle.

Le GDEAM réalise différentes études, des atlas naturalistes où ils exposent leurs connaissances des milieux. Il réalise des études portant sur la botanique, l'ornithologie, ou encore l'entomologie.

Depuis sa création en 1972, le GDEAM veille à la préservation de la nature et est contre les projets qui seraient néfastes pour l'environnement. L'association met en place des œuvres ou actions de sensibilisation non seulement pour les adultes mais aussi pour les enfants dans les écoles.

Les bénévoles et les salariés prennent en compte les caractéristiques de la nature en fonction des aménagements ou projets proposés. Le GDEAM prend donc en charge les milieux de la vallée de l'Authie, de la Vallée de la Course et de la Canche (littoraux, forêts...).

Actions

Législatif

Le GDEAM s'appuie sur des lois pour la protection de l'environnement.

La loi Lalonde

Le GDEAM veille à maintenir la loi Lalonde du 3 janvier 1991, sur la circulation des engins motorisés.

Cette loi lutte contre la circulation des véhicules dans les espaces naturels, pour garder l'environnement dans un état convenable afin de préserver l'épanouissement des habitants et des touristes.

La loi littoral

La Loi littoral date de 1986 et fait partie des articles du code de l'urbanisme.

La loi littoral est une loi française qui veille à protéger les milieux des excès des opérations économiques sur un bien, pour permettre au public de se rendre sur les littoraux.

Grâce au GDEAM[1] et à la loi du littoral, depuis 2001 la pointe nord du Touquet est un site défini comme protégé et classé.

Voici un exemple des opérations menées sur le permis de construire de juin 2009 à septembre 2009 :

13 juin 2009 : le GDEAM  demande au maire du Touquet de rapporter deux permis de construire délivrés en forêt, suite aux deux articles de la Loi Littoral.

3 août 2009 : le maire du Touquet refuse le daté du 24 juillet

Août 2009 : le maire du Touquet continue à délivrer des permis de construire en forêt.

À partir du 24 août 2009 : le GDEAM  dépose l'annulation des permis de construire des maisons individuelles auprès du Tribunal Administratif de Lille

8 septembre 2009 : audience publique

16 septembre 2009 : l'ordonnance suspend le permis de construire sur la base de l'article L.146-4-1

La loi de 1930 et les directives européennes sur les zones spéciales

La loi de 1930 s'intéresse plus particulièrement aux « monuments naturels et aux sites dont la conservation ou la préservation présente, du point de vue artistique, historique, scientifique, légendaire ou pittoresque, un intérêt général ». L'objectif est avant tout de conserver les caractéristiques du site, l'esprit des lieux, et de les préserver de toutes atteintes graves.

La loi de 1930, une loi française réinstaurée au niveau européen avec les zones spéciales de Conservation et de protections spéciales.

Zones spéciales de Conservation (ZSC) : Les zones spéciales de conservation sont issues d'une loi européenne. Cette loi est instaurée et appliquée par la Directive en 1992 et a pour objectif la conservation de sites écologiques présentant soit des habitats naturels ou semi-naturels d'intérêt communautaire pour leur rôle écologique primordial qu'ils jouent (liste des habitats établie par l'annexe I de la directive Habitats); des espèces de faune et de flore d'intérêt communautaire pour le rôle essentiel qu'ils tiennent dans l'écosystème (liste établie en annexe de la directive Habitats).

Zone de protection spéciale (ZPS)[2] : La directive Oiseaux de 1979, mise en place par l'Union européenne pour mettre en place des ZPS ou Zones de protection spéciale  afin d'assurer un bon état de conservation des espèces d'oiseaux menacées, vulnérables ou rares. Ces ZPS sont directement issues des anciennes ZICO (zone importante pour la conservation des oiseaux).

Sensibilisation du public

Sorties et randonnées

Le GDEAM organise des sorties dans la nature pour sensibiliser les gens sur la beauté de la faune et de la flore.

Par exemple dans les remparts de Montreuil-sur-Mer ou encore dans ses alentours.

L'association propose aussi des randonnées à thèmes. Ces randonnées permettent une immersion totale dans la nature. Nous pouvons nous promener dans divers milieux, comme « les marais de la Capelle » ou encore « le bois de Créquy à Torcy ».

Chantiers

  • Chantier de formation de plessage :

Tout d'abord, le plessage est une technique qui permet de tailler des haies ; Cette technique sert également à restaurer de vieilles haies sans forcément en replanter. Le GDEAM[3] veut justement pouvoir restaurer les haies à l'aide de branches en utilisant la technique du plessage. Ils organisent donc des animations chantier pour faire découvrir au public cette technique pour qu'ils la reproduisent eux-mêmes en évitant de détruire les vieilles haies.

  • Débroussaillage des plantes envahissantes :

L'association organise aussi des animations pour retirer les plantes toxiques qui se propagent très vite dans la nature et deviennent envahissantes. Le GDEAM utilise cette animation pour montrer que l'on peut tous faire un geste pour rendre la nature plus belle.

Conférences et stages

Le GDEAM organise régulièrement des conférences liées aux thèmes abordés par l'association. Ainsi en 2015, ils en ont organisés une ayant pour thème « Les grands bouleversements du XXIe siècle ». Elles sont ouvertes à tout public.

Formation et stages :

Dans le même style que les conférences, le GDEAM propose des formations avec des thèmes variés, toujours sur le thème de la nature, comme celle en décembre 2015 sur le rapport « philosophie et nature » : « Pour une éthique de l'environnement ».

Sensibilisation scolaire

Le GDEAM effectue des actions de sensibilisation auprès des jeunes enfants mais également auprès des collégiens et lycéens, comme dans le cadre du Troc'Livres[4], organisé chaque année depuis 2009 au sein du Lycée Eugène Woillez de Montreuil sur Mer.

De nombreuses activités sont proposées aux enfants par le GDEAM. Tous les établissements scolaires publics et privés sous contrat, de la maternelle au lycée, du Nord-Pas de Calais, peuvent bénéficier des services du GDEAM. L'association fait découvrir des lieux divers comme la baie d'Authie, la baie de Canche, Berck-sur-Mer, Merlimont, Montreuil[5]. Le relief est différent en fonction du site visité, il peut y avoir du sable, de la vase, des dunes, une différente faune et flore, des fleuves, des forêt. Un encadrant du GDEAM définit les activités en fonction de l'âge des enfants. Pour les plus jeunes, l'approche sensorielle est privilégiée.

  • Activité sensorielle :

Les activités sensorielles se passent sur la dune ou l'estran, lieux propices à l'apprentissage des enfants dans ce domaine. Ils font un travail sur le sens auditif. Ils écoutent les oiseaux, la mer, le vent. Ils travaillent sur la perception visuelle, les couleurs et leurs nuances[6].

  • Tri sélectif :

Il y a également une activité de ramassage de déchets qui est organisée. La première approche collective permet de dire quels sont les deux pôles des constituants en laisse de mer. Puis, on entre dans le détail sur la provenance des déchets. Il existe des déchets de matière animale, végétale, des déchets de pêches, de produits alimentaires... Un grand tableau est progressivement tracé sur le sable sur la base des types de déchets qui peuvent être distingués. Les enfants apportent des déchets qu'ils mettent dans le tableau, de nouvelles catégories apparaissent comme les cartouches de chasse, les granules de plastique[7]...

« Moins d'emballages, c'est plus sage ! » l'un des slogans de ces journées :

De nombreuses classes sont déjà sensibilisées au tri sélectif. Mais on n'informe pas assez les enfants sur l'importance de la quantité de déchets produits par notre consommation. Une vraie démarche éco-responsable est expliquée aux enfants : réduire la quantité d'emballage pour un produit, et donc réduire la quantité d'emballages à jeter[8].

Abri à oiseaux2.jpg
  • Refuges à insectes :

Construction à partir de matériaux de récupération. Dans l'école maternelle de Saint-Josse, une classe de 26 élèves de moyenne et grande sections effectue ce projet qui se déroule en 4 séances accompagné de Wilfried Vigeant, guide et animateur du GDEAM.

Les enfants ont construit un refuge à insectes à partir de matériaux de récupération, de foin, de paille, d'argile...

Ce refuge pourra accueillir des insectes tels que les perce-oreilles, les coccinelles[9].

Gestion des milieux naturels

Voici les lieux gérés par l'association sur chaque commune :

-La rive nord de la Baie d'Authie[10] avec 119 ha est un grand site de vases et près salés, allant de Groffliers à Berck

-Les mollières[11] qui est un vaste ensemble de formations prairiales semi-naturelles, en arrière du massif dunaire de la rive nord de la baie

- Natura 2000 s'associe au GDEAM et s'occupe de deux zones : ZPS et ZCS qui regroupent ces deux sites.

- Des coteaux crayeux.

-De toute la partie du Nord du Touquet-Paris-Plage qui est un site protégé.

-Des dunes et marais arrière littoraux de la plaine maritime picarde.

-De la forêt

-Des bocages et prairies humides

-Des dunes

-Des marais

Merlimont est un site protégé.

Carte des actions.png

Inventaire et études[12]

Pour la conservation de la nature et de ses milieux, il est nécessaire de bien les connaître. C'est dans cette optique que le GDEAM réalise des inventaires et des études. Ainsi, la faune et la flore sont répertoriées dans des ouvrages, où photographies et textes explicatifs se côtoient. Ces livres sont disponibles dans différents lieux, évidemment dans les locaux du GDEAM (sur rendez-vous) mais aussi dans des bibliothèques, des établissements scolaires ou encore des offices de tourisme.

Les inventaires et études réalisés  entre 1995 et 2008
Sur la faune Sur la flore
Inventaires - Inventaire sommaire des lépidoptères hétérocères dans les secteurs de la réserve naturelle de baie de Canche (et ZPS) fréquentés par l'Engoulevent d'Europe en 1995.

- Inventaire des lépidoptères de la réserve volontaire du Molinet en Boulonnais en 1996.

Inventaire des amphibiens et reptiles des prairies humides péri-urbaines de la commune de Cucq (62). Facon David, Morizot Hugues et Royo Audrey en 2003.

- Inventaire floristique et approche faunistique des remparts de Montreuil-sur-mer en 2003.

-Inventaire des odonates (odonata)et coléoptères aquatiques sur quelques mares du Boulonnais en 2006.

- La Rainette arboricole Hyla arborea (Linné, 1758) en vallée de la Canche, phase I - Inventaire et cartographie

des sites de chant de la rainette arboricole en basse vallée de la Canche en 2006.

- La Rainette arboricole Hyla arborea (Linné, 1758) en vallée de la Canche, phase II - Inventaire et cartographie des sites de chant de la rainette arboricole dans la vallée de la Canche entre Montreuil-sur-Mer et Hesdin en 2008.

- Inventaire des coteaux calcaires de la vallée de la Course (62) en 1995.

- Inventaire des coteaux calcaires des vallées du Bras de Brone et de la Créquoise en 1996.

-Inventaire des coteaux calcaires remarquables du Nord-ouest Montreuillois en 1998.

-Inventaire des saules têtards ainsi que de la flore et de la faune associées sur la commune de Saulchoy en 2004.

-Inventaire floristique et faunistique du bois de Rombly en 2006.

- Inventaire et cartographie des habitats et des espèces végétales remarquables du massif dunaire interne du Communal de Merlimont (communes de Merlimont et Cucq, Pas-de-Calais) en 2007.

Études - Étude de la migration des amphibiens (Condette) en 1996.

- Étude du patrimoine faunistique des systèmes landicoles : Communal de Sorrus en 1997.

- Étude du patrimoine faunistique des systèmes landicoles : Communal du Moulinel de Saint-Josse en 1997.

- Étude batrachologique du lac des Miroirs en 1997.

- Étude des populations d'amphibiens de la vallée de la Canche, sites de Valencendre et Guisy en 1998.

- Étude du patrimoine faunistique des systèmes landicoles : Données complémentaires en 1998.  

- Étude de la répartition et de l'écologie du Liparis loeselii sur le littoral du Nord/ Pas-de-Calais, volet 1 en 1996.

- Étude de la répartition et de l'écologie du Liparis loeselii sur le littoral du Nord/ Pas-de-Calais, volet 2 en 1998.

- Étude de la répartition et de l'écologie du Liparis loeselii sur le littoral du Nord/ Pas-de-Calais, volet 3 en 1999.

Autres ouvrages réalisés entre 1995 et 2008

Sur la typologie :

- Typologie des pannes dunaires sur le littoral du Pas-de-Calais, volet 1 en 2000.

- Typologie des pannes dunaires sur le littoral du Pas-de-Calais, volet 2  en 2001.

- Évolution de l'occupation des sols des zones humides arrière-dunaires entre Canche et Authie (partie Nord)  en 2002.

- Prairies humides - Flore et phytosociologie Partie Nord en 2003.

- Synthèse et actualisation des connaissances des zones péri-urbaines de Merlimont/Cucq en 2003.

- Prairies humides - Flore et phytosociologie Partie Sud en 2005.

- Diagnostic de la valeur patrimoniale de quelques zones humides en basse vallée de la Canche en 2008.

Sur la faune :

- Répartition, évolution et relations spatio-temporelles macrozoobenthos/ limicoles en baie de Canche (62) en 2002.

- Coléoptères aquatiques en RBD de Merlimont en 2002.

- Rhopalocères, Zygénidés et Orthoptères des coteaux calcaires de Dannes et de Camiers en 2002.

- Lépidoptères hétérocères en réserve biologique de Merlimont en 2004.

- Coléoptères aquatiques du Communal de Sorrus en 2004.

- Essai sur la bio indication par les odonates en vallée de la Canche en 2006.

- Coléoptères aquatiques : Marais de Tigny (Tigny-Noyelle, Pas-de-Calais) en 2006.

- Coléoptères aquatiques : Marais de Roussent (Pas-de-Calais) en 2006.

- Poster et plaquette sur les coléoptères aquatiques en 2006.

- Suivi pluri-annuel des populations de cinq espèces protégées en baie de Canche en 2007.

- "Papillons de nuit" (Lepidoptères et hétérocères) - Camiers Saint-Cécile en 2007.

- Suivi des populations de Bernaches du Canada, Cygnes tuberculés et Ouette d'Égypte en basse vallée de la Canche et vallée de la Course en 2008.

- Analyse de la répartition, description de l'habitat et suivi de population de Vertigo angustior (Jeffreys, 1830) sur le littoral du Pas-de-Calais en 2008.

Sur la flore :

- Propositions de gestion des stations de Liparis loeseli sur le littoral du Nord/ Pas-de-Calais en 2000.

Financements

Les adhésions

L'adhésion au GDEAM permet de participer aux réunions, à la vie interne à l'association, mais également aux sorties nature guidées gratuitement.

Il peut y avoir autant d'adhérents que possible, leur nombre est donc illimité. Tout le monde peut adhérer au GDEAM après concertation avec le comité.

Le trésorier de l'association est chargé des finances ou de gérer la rentrée des fonds qui peuvent provenir de cotisations par exemple. Il paye les dépenses décidées par le président et rend compte de sa gestion, tous les ans à l'occasion de l'assemblée générale. Il dépose dans un établissement choisi par le comité des fonds et valeurs qui composent l'actif de l'association[13].

L'année 2014 voit le passage de 300 à 330 adhérents. Mariette Vanbrugghe, présidente du GDEAM, a d'ailleurs déclaré « Cela montre l'efficacité du bouche-à-oreille relayé par nos adhérents et l'intérêt des échanges avec les autres associations »

La cotisation est décidée à l'année par le comité et le règlement doit avoir lieu avant l'assemblée générale. L'association recevra les dons, les legs et les fondations qui pourront être faits. Sans démission immédiate, l'absence de règlement de la cotisation peut être considérée comme la démission de l'adhérent. 

Les subventions

Les animations, les sensibilisations, les études et l'éducation à l'environnement ont la possibilité d'être soutenues financièrement par différents partenaires quand ces dernières suivent leurs politiques et leurs orientations en matière d'environnement.

Les partenaires financiers[14] de l'association sont : Nord-Pas-de-Calais, Fondation Nature & Découvertes, Fonds européen de développement régional, Nord–Pas–de–Calais écologie, Agence de l'eau Artois Picardie.

Liens externes / Ils parlent du GDEAM

Quelques liens presse

Notes et références

  1. GDEAM
  2. ZPS Natura 2000
  3. Site officiel du GDEAM
  4. Article à propos de la première édition du Troc'Livres
  5. siteGDEAM animations scolaires
  6. site GDEAM animations scolaires
  7. site GDEAM animations scolaires (http://www.gdeam.com/articles.php?lng=fr&pg=5245)
  8. siteGDEAM animations scolaires (http://www.gdeam.com/articles.php?lng=fr&pg=5058)
  9. siteGDEAM animations scolaires (http://www.gdeam.com/articles.php?lng=fr&pg=50846)
  10. site GDEAM la Baie d'Authie (http://www.gdeam.com/articles.php?lng=fr&pg=1011)
  11. Site GDEAM les mollières (http://www.gdeam.com/articles.php?lng=fr&pg=1012)
  12. Liste des inventaires et études réalisées par le GDEAM depuis 1995
  13. Site La Voix du Nord
  14. Site GDEAM Les partenaires (http://www.gdeam.com/articles.php?lng=fr&pg=151)

Cet article « Groupement pour la défense de l'environnement dans l'arrondissement de Montreuil-sur-Mer » est issu de Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).