Encyclopédie Wikimonde

Guillaume de Gourcuff

Aller à : navigation, rechercher

Guillaume de Gourcuff, Seigneur de Trémenec, est un noble breton ayant participé à la Sixième croisade en 1248. Il est le fondateur de la famille Gourcuff, grande famille bretonne s'il en est. Un acte daté de Limisso, en avril 1249, a fait admettre les armes de cette famille à Versailles.

Considérations historiques succinctes.

Gourcuff ou Gourcun, sr. de Tréménec, en Plovan, — de Kervennec, en Plomeur, — de Kerbiquet, en Kerfeunteun, — de Penanguer, — de Kerourchant, — de Penarpont, — de Kergolant, — de Kerdanet et de Mescosquer, en Poullan, a figuré aux reformations de 1426 à 1536 avec les nobles et gentilshommes des paroisses de Plovan, Pontcroix, Kerfeunteun, ancien évêché de Cornouailles. (Anc. Réf., t. III). À la grande réformation faite sous Louis XIV, cette maison a fourni les preuves de sept générations, et, par arrêt du 9 janvier 1669, déclarée noble d'ancienne extraction. Blason : D'azur, à la croix pattée d'argent, chargée d'un croissant de gueules, en abyme. Les Gourcuff, dont les srs. de Kerven, de Saint-Spé, de Keromnès, etc., sont un ramage, remontent à Guillaume, croisé en 1248.

Famille d'origine noble ou notable sûre, citée par les sources bibliographiques traditionnelles qui témoignent comme cette famille ait laissé ses traces dans le temps. Lieu d'origine de cette famille : Cornouaille. On la retrouve en différentes époques et en diverses localités. Bien que les renseignements ne soient pas certains quant à la date de son origine et à son emplacement sur le territoire, il est certes possible d'avoir la confirmation de la noblesse acquise en lisant le blason. Il est certain cependant que jadis, dans la succession de faits historiques de petite ou grande envergure, la souche originaire ait pu donner lieu à de nombreuses branches fleuries dans diverses régions françaises. Il serait superflu de rappeler ici tout qui a été écrit sur le blason, sur la noblesse et sur l'origine du nom de cette famille. Nous ne saurions mieux faire que vous indiquer l'introduction de J.B. Rietstap en tête de son ouvrage " L’Armorial Général , qui a eu l'approbation de toutes les personnes compétentes en cette matière. La distinction familiale représentée ici sous forme de blason, survit à travers les siècles grâce à des précieux témoignages qui nous ont permis de rapporter les exploits et les gestes de cette noble famille. Armes de cette famille: D'azur à la croix pattée d'argent chargée en cœur d'un croissantde gueules. Titres nobiliaires de cette famille: anobli en 1669, extraction simple (famille dont la filiation noble prouvée ne dépasse pas le XVIe siècle)[1].

Épopée de Guillaume de Gourcuff

Les extraits suivants sont purement fictifs, la reconstitution historique fort mauvaise, mais ils pourront frapper l'imagination du lecteur.

"Partis aux aurores de notre manoir, nous estions transis dans le froid de la Cornouaille brumeuse."

Ô fils de Dieu ! Après avoir promis à Dieu de maintenir la paix dans votre pays et d'aider fidèlement l'Église à conserver ses droits, et en tenant cette promesse plus vigoureusement que d'ordinaire, vous qui venez de profiter de la correction que Dieu vous envoie, vous allez pouvoir recevoir votre récompense en appliquant votre vaillance à une autre tâche. C'est une affaire qui concerne Dieu et qui vous regarde vous-mêmes, et qui s'est révélée tout récemment 1. Il importe que, sans tarder, vous vous portiez au secours de vos frères qui habitent les pays d'Orient et qui déjà bien souvent ont réclamé votre aide. 

En effet, comme la plupart d'entre vous le savent déjà, un peuple venu de Perse, les Turcs, a envahi leur pays. Ils se sont avancés jusqu'à la mer Méditerranée et plus précisément jusqu'à ce qu'on appelle le Bras Saint-Georges 2. Dans le pays de Romanie 3, ils s'étendent continuellement au détriment des terres des chrétiens, après avoir vaincu ceux-ci à sept reprises en leur faisant la guerre. Beaucoup sont tombés sous leurs coups ; beaucoup ont été réduits en esclavage. Ces Turcs détruisent les églises ; ils saccagent le royaume de Dieu. 

Si vous demeuriez encore quelque temps sans rien faire, les fidèles de Dieu seraient encore plus largement victimes de cette invasion. Aussi je vous exhorte et je vous supplie – et ce n'est pas moi qui vous y exhorte, c'est le Seigneur lui-même – vous, les hérauts du Christ 4, à persuader à tous, à quelque classe de la société qu'ils appartiennent, chevaliers ou piétons, riches ou pauvres, par vos fréquentes prédications, de se rendre à temps au secours des chrétiens et de repousser ce peuple néfaste loin de nos territoires. Je le dis à ceux qui sont ici, je le mande à ceux qui sont absents : le Christ l'ordonne. 

À tous ceux qui y partiront et qui mourront en route, que ce soit sur terre ou sur mer, ou qui perdront la vie en combattant les païens, la rémission de leurs péchés sera accordée. Et je l'accorde à ceux qui participeront à ce voyage, en vertu de l'autorité que je tiens de Dieu. 

Quelle honte, si un peuple aussi méprisé, aussi dégradé, esclave des démons, l'emportait sur la nation qui s'adonne au culte de Dieu et qui s'honore du nom de chrétienne ! Quels reproches le Seigneur Lui-même vous adresserait si vous ne trouviez pas d'hommes qui soient dignes, comme vous, du nom de chrétiens ! 

Qu'ils aillent donc au combat contre les Infidèles – un combat qui vaut d'être engagé et qui mérite de s'achever en victoire –, ceux-là qui jusqu'ici s'adonnaient à des guerres privées et abusives, au grand dam des fidèles ! Qu'ils soient désormais des chevaliers du Christ, ceux-là qui n'étaient que des brigands ! Qu'ils luttent maintenant, à bon droit, contre les barbares, ceux-là qui se battaient contre leurs frères et leurs parents ! Ce sont les récompenses éternelles qu'ils vont gagner, ceux qui se faisaient mercenaires pour quelques misérables sous. Ils travailleront pour un double honneur, ceux-là qui se fatiguaient au détriment de leur corps et de leur âme. Ils étaient ici tristes et pauvres ; ils seront là-bas joyeux et riches. Ici, ils étaient les ennemis du Seigneur ; là-bas, ils seront ses amis !

Notes et références

  1. « Gourcuff family - Gourcuff lastname origin - Heraldry and family Gourcuff history with coat of arms », sur www.heraldrysinstitute.com (consulté le 24 novembre 2015)


Cet article « Guillaume de Gourcuff » est issu de Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 175 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).