Encyclopédie Wikimonde

Harmonie royale des sapeurs-pompiers d'Athus

Aller à : navigation, rechercher
Cet article a été automatiquement importé, son contenu peut être sujet à caution.

Le contenu des articles engage uniquement la responsabilité de leurs auteurs (visibles dans l'historique).

Vous pouvez modifier l'article pour l'améliorer directement ou retirer ce bandeau si l'article vous semble correct (en supprimant la ligne {{Article importé}}). Si l'article est trop problématique, il peut être supprimé en retirant tout son texte et en expliquant le motif dans la zone « Résumé » de la page de modification.

Harmonie royale des Sapeurs-Pompiers
Pays de résidence Drapeau de la Belgique Belgique
Ville de résidence Athus
Années d'activité Depuis 1872
Type de formation Orchestre d'harmonie
Genre Musique variée
Direction Jean-Luc Becker
Création 1872
Récompenses Prix Camille Schmit en 2011
Distinctions honorifiques Classée en 1ère Division en 2008
Site web http://www.harmonieathus.be

L'Harmonie royale des sapeurs-pompiers d'Athus est un orchestre d'harmonie belge amateur situé à Athus en province de Luxembourg. Elle est actuellement composée d'une quarantaine de musiciens qui se retrouvent lors de leurs répétitions et diverses activités.

Historique de la société

En 1872, un arrêté royal crée le premier corps de sapeurs-pompiers volontaires pour la circonscription Athus–Aubange–Longeau. Ce corps est placé sous les ordres du lieutenant-commandant Joseph Michaëlis. Parmi les premiers pionniers figurent des noms locaux : Michel, Thill, Theisen, Zoller, Bayenet, Cordonnier, Brosius et Weiland.

Les exercices avaient lieu le dimanche. Après ceux-ci, les sapeurs se réunissaient au café Bodson (l'actuelle pharmacie Stévenot).

Quelques sapeurs avaient de sommaires connaissances musicales. Pour agrémenter les sorties et les soirées de manœuvres, ils décidèrent de créer un corps de musique.

Les premières répétitions eurent lieu dans une annexe de la boulangerie de M. Nicolas Arend (rue J.B. Arend). D'autres bâtiments furent successivement occupés par les musiciens. Ils décidèrent de se fixer définitivement dans leur locaux du patro Saint-Louis, à la rue Houillon.

Dates importantes pour l'harmonie

En 1875, l'Harmonie fit l'acquisition d'un drapeau qui fut inauguré le dimanche de la fête locale. Le premier porte-drapeau fut M. Léopold Molitor.

En 1905, après un moment de flottement, M. le docteur Michel-Victor Koerperich, M. le curé Eischer et l'abbé Becker réanimèrent la musique.

En 1923, une partie des musiciens se séparèrent de l'Harmonie pour former « L'Indépendante ».

Le 22 juin 1925, la société de musique obtint le titre de « royale ».

À partir de 1963, l'Harmonie subit un « lifting » : achat d'un nouveau drapeau et nouveaux uniformes.

En 1965 voit une véritable « révolution » : en effet, des jeunes filles prirent place parmi les musiciens.

À partir de 1969, avec l'accord du curé de l'époque et des dirigeants de l'ASBL des Œuvres paroissiales, l'équipe dirigeante de la société s'est attelée à la rénovation et à la modernisation des locaux du patronage. Des travaux furent réalisés durant les cinq années suivantes : adduction d'eau, raccordement aux égouts, toilettes, création d'une salle de réunion, nouveaux plafonds, revêtement de sol et peinture.

En 1975 l'Harmonie reçois lors de la cérémonie d'intronisation de la "Confrérie des maitres de Forges"[1] le trophée du "Mérite Athusien" pour une période d'un an.

En 1983, grâce à l'appui de l'Administration communale, une section de l'école de musique d'Arlon est ouverte à Athus. Grâce à cette initiative, les candidats jeunes musiciens reçoivent une formation excellente, tant en solfège qu'en cours d'instruments. Ces cours de l'école de musique ont eu un effet bénéfique sur le recrutement au sein de l'Harmonie et la qualité des exécutions. Le nombre de places étant limité, certains musiciens ont pu se rendre à l'école de musique de Pétange qui les accueille bien volontiers.

À l'occasion de son 125e anniversaire, en 2000, l'Harmonie a eu la chance de pouvoir accueillir la Musique royale de la force aérienne belge, sous la direction d'Alain Crépin. Un inoubliable souvenir pour tous les membres de la société athusienne puisqu'ils ont pu se joindre aux musiciens professionnels pour interpréter quelques morceaux.

En 2001 l'Harmonie reçois lors de la cérémonie d'intronisation de la "Confrérie des maitres de Forges"[1] le trophée du "Mérite Athusien" pour la seconde fois et pour une période d'un an.

En 2008, l'Harmonie a présenté le concours de classement organisé par la Fédération musicale du Luxembourg belge à Libramont. Elle y a obtenu la note de 88 % en première division.

En 2010, l'Harmonie a présenté un concert, en partenariat avec les trois autres harmonies de la commune, pour son 135e anniversaire. À cette occasion les 150 musiciens ont eu la chance de jouer des pièces composées et dirigées par M. Philip Sparke.

En 2011, l'harmonie reçoit le prix Camille Schmit. Le Prix Camille Schmit est attribué chaque année à une société méritante affiliée à la fédération musicale du luxembourg belge.

Les principales activités

Les concerts

La société propose chaque année au moins trois concerts sur l'entité d'Athus. Et participe également à plusieurs concerts hors de la ville sur invitation d'autres sociétés musicales.

Concert de printemps

Le concert de printemps est le premier concert de la saison musicale de l'harmonie. Ce concert à lieu au Centre Culturel d'Athus. Une société musicale est invitée pour y donner un concert.

Concert d'automne

Ce concert à lieu au Centre Culturel d'Athus. Une société musicale est invitée pour y donner un concert.

Concert de Noël

Depuis de nombreuses année ce concert à lieu au sein de l'église d'Athus. L'harmonie joue une partie du concert et l'autre partie est dédiée à un groupe ou une personnalité musicale.

Invités
  • 2006: Ensemble de clarinette du conservatoire de Luxembourg
  • 2008: Ensemble vocal "La Sonatine"
  • 2009: Ensemble à plectre de Esch-sur-Alzette
  • 2010: Nathalie Lefevre (clarinettiste) [2]
  • 2012: Maria Palatine (harpiste)[3]
  • 2013: La Chorale "La Tournerie"
  • 2014: Ensemble de Saxophone "7à8"
  • 2015: Ensemble vocal "Vivace"
  • 2016: Ensemble des Cuivres de Belgique

Les défilés

La Hämmelsmarsch

La sortie Hämmelsmarsch[4] (la marche des moutons) a été introduite ici dans les années d'immédiate après-guerre, vraisemblablement par Monsieur Emile Schmeler. Cette tradition nous vient du Grand-Duché de Luxembourg, au départ peut-être de Bohême. Au début du 16ème siècle, Jean Ier de Luxembourg, l'aveugle, duc de Luxembourg et roi de Bohême, accorde aux bergers qui conduisent tous les jours paître les moutons dans leur localité, le privilège de collecter dans leur village, le dimanche de la fête patronale.

Comme il fallait bien reconstituer le parc à instruments après cinq années d'inactivité forcée, les harmonies, ayant besoin d'argent, ont réinstauré cette ancienne tradition. Le dimanche matin de la fête locale, l'harmonie sort en jouant cet air connu. A ce moment, en tête du cortège, on menait les moutons et les membres du comité faisaient du porte à porte pour récolter quelque argent.

La localité s'agrandissant continuellement, il a fallu sortir le samedi après-midi. Puis, à une certaine époque, M. Rottaro mit son camion à la disposition des musiciens pour faire cette sortie, jusqu'au jour où son chauffeur, M. Hanzir, eut un accident mortel de travail.

Depuis lors, les moutons ont disparu, mais les membres de l'harmonie ont continué à faire leur sortie-collecte. C'est ainsi que résonne la Hämmelsmarsch dans les rues d'Athus le premier week-end du mois d'août chaque année.

Procession des communions

L'harmonie participe au cortège des communions, amenant ainsi les communiants depuis la rue du centre jusqu'à l'église

Défilé patriotique

L'harmonie à par le passé participé à divers défilés patriotiques. Depuis quelques années les différentes manifestations patriotiques ont été réparties sur le territoire de la commune d'Aubange. Dès lors ne subsiste que la manifestation de la fête nationale de 21 juillet dans la ville d'Athus. L'harmonie accompagne les autorités de l'église jusqu'au monument aux morts où y résonne après les sonneries, l'hymne national. Ensuite l'harmonie rejoint le bâtiment communal en défilé.

Cortège des "Maitres de Forges"

Le dernier dimanche du mois de septembre, l'harmonie accompagne la confrérie des Maitres de Forges pour leur chapitre annuel. Suite à l'accueil, par la confrérie à la maison communale, l'harmonie rejoint en cortège, à travers Athus l'église pour l'office. Suite à cet office un dépôt de gerbe est fait par la confrérie au monument aux mort. L'harmonie rejoint alors l centre culturel en défilant.

Les repas

La soirée "Alsacienne"

Depuis plusieurs années l'harmonie organise un repas choucroute communément appelé « repas alsacien » en l'honneur du plat typique de la région. Cette soirée est animée par une partie des musiciens de l'harmonie, qui interprètes divers airs d'animation.

Le Barbecue

Le premier week-end de juillet l'harmonie organise un barbecue géant ou plus d'une centaines de convives se retrouve. Cette activité marque généralement le début de la « pause musicale » permettant aux musiciens de profiter des vacances de juillet et août.

Le repas de Sainte Cécile

Vers 1950, le comité de l'harmonie décida de récompenser les musiciens en leur offrant un repas de saison à l'occasion de la fête de Sainte Cécile, patronne des musiciens et des choristes.

Le menu, très apprécié de chacun, est simple : gibier, pommes de terre, compote de pommes, gaufrettes et pommes. Quant à l'organisation et la préparation, ce fut plus complexe. Le gibier, acheté en entier, est découpé à la ferme de Nicolas Schmeler, puis mariné et cuit chez François Cordonnier sans oublier le secret de la marinade détenu par Eugène Cordonnier. La compote de pommes, les gaufrettes et les pommes sont offertes et préparées par le Docteur Koerperich et sa soeur. Les pommes de terre sont offertes et préparées par les religieuses de la Doctrine Chrétienne qui logent dans l'école de la rue Houillon tout près du "Patronage", lieu de répétitions de l'harmonie. C'est au "Patronage", dépourvu d'eau et de raccordement aux égouts, que se déroule le repas. L'eau chaude pour la vaisselle est approvisionnée chez les religieuses. Les aliments préparés et cuits sont acheminés à la salle de répétitions aménagée pour la circonstance. Quelques courageux musiciens utilisent une charrette pour amener la viande de la Grand rue au haut de la rue Houillon, que de difficultés quand le verglas recouvrait le sol, Jacky Steffen enfilait alors les bas de laine par dessus les souliers pour garantir une meilleure stabilité et éviter la catastrophe de la charrette et des casseroles de viande. Quelques années plus tard, Roland Berns cuit la viande dans les cuves de sa boucherie. Le travail est facilité, mais le problème de transport subsiste.

En 1961, l'inauguration de l'école Sainte Anne avec sa cuisine moderne est une aubaine pour l'harmonie qui reçoit l'autorisation d'y organiser le repas de Sainte Cécile. Une équipe composée essentiellement d'épouse de musiciens sous la responsabilité de Joséphine Schmeler et de Linda Arend assure l'intendance.

Au début des années 80 le repas, réservé aux membres de l'harmonie et à leur famille, est étendu aux amis et sympathisants de la société. Le nombre de convives ne cesse d'augmenter d'année en année. La place manque, le repas se fait à la salle de gymnastique de l'école Sainte Anne avec tous les inconvénients qui s'y rapportent. La place continue à manquer et depuis 1994 le réfectoire de l'école IMMA rue Luttgens et sa cuisine super équipée accueille agréablement les organisateurs et les convives de l'harmonie au banquet Sainte Cécile.

Le "secret" d'Eugène Cordonnier a été transmis aux responsables actuels du repas qui offrent un menu gastronomique : Apéritif - Potage mimosa - Gibier, pommes de terre ou pâtes, compote de pommes, poires aux airelles - Jambon, salade - Fromages - Dessert.

Liste des instruments présents

Les bois

  • Flûtes
  • Piccolos
  • Basson
  • Clarinettes
  • Clarinette basse
  • Saxophones alto
  • Saxophones ténors
  • Saxophone baryton

Les cuivres

  • Trompettes
  • Cors
  • Trombones
  • Euphoniums
  • Tubas basses

Les percussions

  • Trois percussionnistes sur des instruments classiques comme des accessoires insolites.

Liens externes

Sources

Recherches personnelles dans les cahiers archives de l'harmonie [travail inédit ?]

Maitres de Forges

Notes et références

  1. 1,0 et 1,1 Liste des remise du mérite athusien
  2. Ensemble de musique de chambre Oxalys
  3. Article de "L'avenir du Luxembourg" 5/12/2012
  4. Harmonique publication de septembre 2011
Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 163 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).