Encyclopédie Wikimonde

Hector Iglesias

Aller à : navigation, rechercher
Hector Iglesias
Naissance
Auteur
Langue d’écriture Français, basque et espagnol

Hector Iglesias est un spécialiste en études basques et hispaniques dont les recherches ont trait, entre autres, à la linguistique, au folklore, à l'histoire, à l'anthropologie, à la bibliographie et à la littérature des territoires basques, occitans et ibériques[1].

Hector Iglesias a été membre associé du Centre de recherche sur la langue et les textes basques (IKER) du CNRS de 1999 jusqu'en 2007[2].

Noms de lieux et de personnes à Bayonne, Anglet et Biarritz au XVIIIeème siècle.jpg

Études et recherches

En 2000, il soutient sa thèse de doctorat ayant pour objet l'Onomastique du secteur littoral de Bayonne-Anglet-Biarritz au XVIIIe siècle[3], thèse de doctorat soutenue le 10 avril 2000 au département interuniversitaire d'études basques de l'UFR pluridisciplinaire de Bayonne[4], préparée sous l'égide de l'université Michel de Montaigne - Bordeaux III et la direction de Jean-Baptiste Orpustan.

La thèse d'Hector Iglesias, publiée par la maison d'édition Elkar[5] sous le titre Noms de lieux et de personnes à Bayonne, Anglet et Biarritz au XVIIIe siècle[6], recevra en 2001 le prix Eusko Ikaskuntza-Ville de Bayonne décerné à la fois par la ville de Bayonne et la Société d'études basques - Eusko Ikaskuntza[7].

Première traduction en basque de l'ouvrage d'Augustin Chaho

En 2008, il publie, en collaboration avec le professeur Vahan Sarkissian[8],[9],[10], de l'université d'État d'Erevan, République d'Arménie, la première traduction en basque de l'ouvrage La légende d'Aïtor de l'écrivain souletin du XIXe siècle Augustin Chaho[11].

Préface du traducteur, Hector Iglesias[12] : « C'est à la demande de Vahan Sarkissian, professeur à l'université d'État d'Erevan en Arménie et spécialiste internationalement reconnu de la langue basque, que nous avons traduit pour la première fois du français au basque un des nombreux textes du célèbre écrivain souletin Joseph-Augustin Chaho, à savoir l'extrait d'un ouvrage publié en 1847, Histoire primitive des Euskariens-Basques, langue, poésie, mœurs et caractère de ce peuple : introduction à son histoire ancienne et moderne[13]. Il s'agit d'un long chapitre intitulé « Aïtor. - Légende cantabre »[14] qui avait été publié antérieurement dans l'Ariel[15], le journal fondé en 1844 par Chaho ».[16],[17]

La théorie de la « basquisation » linguistique tardive

Hector Iglesias est un partisan convaincu de la théorie, défendue au demeurant depuis longtemps par beaucoup de spécialistes[18], selon laquelle les actuelles provinces basques d'Alava (ancien territoire à la fois des Caristes et des Vardules), de Biscaye (ancien territoire des Caristii ou Caristes et des Autrigons) et du Guipuzcoa (ancien territoire des Vardules) ont été manifestement « basquisées » du point de vue linguistique au cours des Ve et VIe siècles de notre ère[19].

Les territoires des Autrigones, Caristii, Varduli, Vascones et Berones durant l'Antiquité

L'étude d'Hector Iglesias — présentée dans un article ayant pour objet « l'origine présumée du fractionnement dialectal de la langue basque[20] (cf. ci-dessous Bibliographie) — aborde ce problème « historico-linguistique » non résolu par la communauté scientifique intéressée par ces questions.

Les Tarbelli de la Novempopulania

L'auteur étudie également l'origine énigmatique des quatre dialectes basques (labourdin, bas-navarrais occidental et bas-navarrais oriental ainsi que le souletin) du Pays basque français.

Les découvertes d'Iruña-Veleia

Hector Iglesias a également publié il y a quelques années deux longues études, plus précisément en 2009 et 2012, puis par la suite, à savoir en 2016, un volumineux ouvrage concernant les centaines d'inscriptions des IVe et Ve siècles (dont plusieurs dizaines en langue basque) découvertes en 2005 dans la localité basque d’Iruña-Veleia, province d'Alava.

En effet, la découverte au cours des années 2005 et 2006 sur le site archéologique de Veleia-Iruña, dans la région de Vitoria-Gasteiz, d'inscriptions rédigées, les unes manifestement en latin populaire et tardif, et les autres assurément en basque, ou plus exactement en « proto-basque », des inscriptions datant selon toute vraisemblance du IIIe siècle de notre ère, voire d'une période allant du IIe au IVe siècle, a déclenché en Espagne une polémique des plus curieuses.

Cette polémique, qui vue de France, ou de quelque autre pays européen, pourra surprendre, tant sur la forme que sur le fond, le spécialiste mais également le simple curieux intéressé par ces questions savantes, a pris une ampleur inhabituelle dans le monde de la recherche scientifique, du moins telle qu'on la conçoit en Europe occidentale. En effet, le déroulement de cette affaire, dont la presse, principalement basque et espagnole, s'est largement emparée, est à bien des égards tout à fait extraordinaire.

Pourrait-il s'agir d'une falsification ?

Plusieurs spécialistes de divers pays, dont Hector Iglesias, ne le croient pas.

Publications

Au cours de ces vingt dernières années, Hector Iglesias a publié plusieurs ouvrages ainsi que de nombreux articles de recherche dans plusieurs revues internationales spécialisées à comité de lecture.[21]

Ouvrages publiés

Etudes ou articles de recherche intégralement téléchargeables sur Ikerketak (http://ikerketak.wifeo.com/publications-et-travaux-dhector-iglesias.php)

Toponomastique de la région de Bayonne

Anthroponomastique bayonnaise

  • 2002, « Noms de famille, de baptême et surnoms recensés à Bayonne parmi les ressortissants de ″la nation juive du bourg St Esprit″ au XVIIIe siècle » (http://artxiker.ccsd.cnrs.fr/docs/00/34/86/70/PDF/NOMS_DE_FAMILLE_ST_Esprit.pdf), Nouvelle Revue d'Onomastique (http://www.onomastique.asso.fr/spip.php?rubrique1), n° 39-40, pp. 193-219 ;
  • 2003, « Liste des électeurs bayonnais de 1785 » (http://artxiker.ccsd.cnrs.fr/docs/00/32/59/65/PDF/liste_des_habitans_electeurs_1785.pdf), Ekaina, Revue d'Études basques, 85, 1er trimestre 2003, pp. 25-47 ;

Toponomastique préceltique et antique : Europe Occidentale et péninsule Ibérique

  • 1998, « Sur quelques similitudes toponymiques galaïco-basques et le problème que posent certaines d'entre elles » (http://lapurdum.revues.org/1662), Lapurdum III, Revue d'Études basques (http://lapurdum.revues.org/), pp. 1-29 ;
  • 1999, « Affinités toponymiques cantabro-pyrénéennes et énigmes historiques », Lapurdum IV, Revue d'Études basques (http://lapurdum.revues.org/), pp. 123-166 ;
  • 2000, « Toponymes portugais, galiciens, asturiens et pyrénéens : affinités et problèmes historico-linguistiques » (http://artxiker.ccsd.cnrs.fr/docs/00/33/45/46/PDF/artxiker_TOPONYMES_PORTUGAIS.pdf), Nouvelle Revue d'Onomastique (http://www.onomastique.asso.fr/spip.php?rubrique1), n° 35-36, pp. 105 151 ;
  • 2003, « Toponymes portugais, galiciens, asturiens et pyrénéens : affinités et problèmes historico-linguistiques » (http://dialnet.unirioja.es/servlet/articulo?codigo=820557), Verba, Anuario Galego de Filoloxía, Saint-Jacques-de-Compostelle, 2003, vol. 30, pp. 237-274 ;
  • 2007, « Les trois toponymes galiciens Armeá, le basque Armenia et le gascon Armagnac ont-ils un rapport avec l'Arménie ? », ARAXES Anuario internacional armenio-vasco, 1 (12), pp. 52-59 ;
  • 2008, « Les Vardules : exposé historique et linguistique concernant les ″Guipuzcoans″ de l'Antiquité et quelques autres peuples de l' Hispania et de l' Aquitania de l'époque romaine » (http://www.igespar.pt/media/uploads/revistaportuguesadearqueologia/11.2/9_10_11_12/09_p.159-170.pdf), RPA, Revista Portuguesa de Arqueologia (http://www.igespar.pt/en/publications/category/49/assets/), vol. 11, n° 1, pp. 159-170 ;
  • 2009, « Les Vardules ou ″Guipuzcoans″ de l'Antiquité », Philologia Hispalensis (http://dialnet.unirioja.es/servlet/listaarticulos?tipo_busqueda=EJEMPLAR&revista_busqueda=1026&clave_busqueda=286226), 23, pp. 201-216 ;
  • 2010, « Le fleuve Magrada / The Magrada River », pp. 1-14, article publié dans la Bibliothèque numérique Artxiker du CNRS ;
  • 2011, « Le littoral ″guipuzcoan″ d'après la Chorographia de Pomponius Méla », Vasconia : Cuadernos de historia – geografía, Manex Goyhenetcheri omenaldia = Homenaje a Manex Goyhenetche = Hommage a Manex Goyhenetche, n° 37, pp. 31-54 (article consultable et téléchargeable sur L'archive ouverte HAL-SHS - Hyper Article en Ligne - Sciences de l'Homme et de la Société) ;
  • 2011, « A propos de quelques formations toponymiques préceltiques », RPA, Revista Portuguesa de Arqueologia, vol. 14, pp. 141-146.

Toponomastique basque d'origine germanique

  • 2001, « Aztarna germanikoa Euskal Herriko toponimia historikoan » (trad. fr. du titre : « L'empreinte germanique dans la toponymie historique du Pays basque »), Fontes Linguae Vasconum, n° 87, pp. 317-335 ;
  • 2002, « Sur le toponyme Gasteiz : origine et signification », Fontes Linguae Vasconum, n° 89, pp. 129-138 ;
  • 2006, « De Biarritz à Ustaritz en passant par Gasteiz, Auritz et Munarritz : origine et signification de quelques toponymes basques », pp. 1-26, article publié dans la du CNRS (article consultable sur artxiker@ccsd.cnrs.fr et L'archive ouverte HAL-SHS - Hyper Article en Ligne - Sciences de l'Homme et de la Société) ;

Etudes de linguistique historique

  • 2000, « Le suffixe -aga, ″lieu de″ », Anuario del Seminario de Filología Vasca « Julio de Urquijo », International Journal of Basque Linguistics and Philology, ASJU, XXXIV 2, pp. 337-342 ;
  • 2009, « Les inscriptions de Veleia-Iruña », pp. 1-230, article publié dans la Bibliothèque numérique Artxiker du CNRS ;
  • 2011, « La parenté de la langue berbère et du basque : nouvelle approche », pp. 1-29, article publié dans la du CNRS ;

Etude du « basco-ibérisme » : liens entre le basque et la langue ibérique

  • 2000, « Miscellanées basco-ibériques », Lapurdum V, Revue d'Études basques, pp. 167-180 ;
  • 2000, « L'inscription ibérique de San Miguel de Liria et le basco-ibérisme en général », Fontes Linguae Vasconum, n° 83, pp. 7-27 ;
  • 2001, « Notas sobre un nombre presuntamente galaico y ″vasco-ibérico″ seguidas de unas observaciones en torno a una famosa inscripción ibérica », Fontes Linguae Vasconum, n° 88, pp. 373-376 ;
  • 2008, « Observations concernant les récentes critiques et omissions de Joseba Lakarra à propos des recherches d'Hector Iglesias sur la problématique ″basco-ibérique″ suivies d'une hypothèse inédite concernant l'inscription de Liria », ARSE, Boletín anual arqueológico saguntino, 42 (2008), pp. 35-104 ;
  • 2008, « A propósito del nombre vasco de la ″plata″ : nueva etimología », ARSE, Boletín anual arqueológico saguntino, 42, pp. 27-34 ;
  • 2008, « Miscellanées ″basco-ibériques″ : tentative d'analyse des toponymes souletin Haritschelhar et labourdin Ilbarritz / Libarritz suivie d'une observation sur la présumée relation de ce dernier avec le toponyme andalou Libar », ARSE, Boletín anual arqueológico saguntino, 42, pp. 105-126 ;

Etudes de dialectologie

  • 2011, « Sur l'origine présumée du fractionnement dialectal de la langue basque », ARSE, Boletín anual arqueológico saguntino, 45, pp. 65-95 ;

Littérature : traductions

  • 2009, « Agosti Xaho : Aitor – Kantabriar kondaira », Revue Maiatz Aldizkaria, n° 49, pp. 72-83 ;
  • 2010, « Agosti Xaho : Aitor – Kantabriar kondaira », Revue Maiatz aldizkaria, n° 50, pp. 56-60 ;

Thèse

  • 2000, Onomastique du secteur littoral de Bayonne-Anglet-Biarritz au XVIIIe siècle, thèse de doctorat nouveau régime soutenue le 10 avril 2000, préparée sous l'égide de l'université Michel de Montaigne - Bordeaux III et la direction du professeur Jean-Baptiste Orpustan, 6 tomes, 2034 pages.
  • 2000, « Résumé de la thèse de doctorat en Études Basques d'Hector Iglesias : Onomastique du secteur littoral de Bayonne-Anglet-Biarritz au XVIIIe siècle », Revista Internacional de los Estudios Vascos, n° 45, 2, julio-diciembre, pp. 765-766.

Notes et références

  1. Euskal Ikasketak. Travaux et Publications d'Hector Iglesias : EETBI Euskarari eta Euskal Testuei Buruzko Ikerketak. ikerketak.wifeo.com.
  2. La liste des chercheurs d'IKER dits associés (non-rémunérés) est modifiée automatiquement de façon périodique (tous les quatre ans et/ou huit ans).
  3. Onomastique du secteur littoral de Bayonne-Anglet-Biarritz au XVIIIe siècle, 6 tomes, 2034 pages.
  4. Dont l'archive ouverte est Artxiker, une bibliothèque numérique recevant et diffusant les productions intellectuelles de la recherche internationale dans le domaine de la langue basque et des langues typologiquement proches. Elle est issue de la coopération entre le Centre de recherche sur la langue et les textes basques IKER - UMR 5478 du CNRS et le Centre pour la communication scientifique directe - UPS 2275 du CNRS (www.ccsd.cnrs.fr).
  5. Elkarlanean - Elkar.
  6. Noms de lieux et de personnes à Bayonne, Anglet et Biarritz au XVIIIe siècle (Elkarlanean, Bayonne Saint-Sébastien, 378 pages ; avec une préface du professeur émérite des universités Jacques Allières).
  7. Les prix Eusko Ikaskuntza. Depuis 2000, la ville de Bayonne et la Société d'études basques, organisme scientifico-culturel œuvrant pour le développement de la culture basque, attribuent trois prix chaque année. Le Prix d'honneur récompense les personnes qui, par leurs agissements ou par leurs productions, se sont particulièrement distinguées en faveur de la culture basque ou de la science en Pays basque français. Le Prix Culture basque encourage l'auteur d'un ouvrage scientifique ou culturel récent, ou d'une thèse de doctorat traitant d'un aspect sur la ville de Bayonne ou sur les provinces du Pays basque français. Enfin, le Prix Vidéo documentaire récompense le meilleur documentaire ou reportage sur un aspect de la vie en Euskal Herria, ou plus spécifiquement sur la ville de Bayonne.
  8. Professeur Vahan Sarkissian, président de L'Académie linguistique internationale d'Arménie, directeur de la Chaire de philologie Romane à l'université d'État d'Erevan, membre d'honneur de l'Académie de la langue basque / Euskaltzaindia, membre de l'Association Internationale des Hispanistes.
  9. Vahan Sarkisian, arm. Վահան Գերասիմի Սարգսյան (1954-2011)
  10. Linguistique arméno-basque : présentation du professeur Vahan Sarkissian, qui fut titulaire de la Chaire de philologie romane à l'université d'État d'Erevan, République d'Arménie. Travaux du professeur Vahan Sarkissian sur Dialnet. Également la conférence du professeur Vahan Sarkissian intitulée « La théorie 'basco-arménienne' : mythe ou réalité ? » ayant eu lieu, dans le cadre de l'Année de l'Arménie, à l'Espace langue et culture basques de la médiathèque de Biarritz, le samedi 7 avril 2008 à 16 h 00 ; conférence suivie de la présentation de la traduction en arménien de l'ouvrage de l'écrivain basque Augustin Chaho intitulé Aïtor - Légende cantabre et écrit au XIXe siècle (traduction subventionnée en partie par la Ville de Biarritz) et de la présentation du dernier numéro de la revue scientifique ARAXES, revue internationale arméno-basque (Araxes est le nom d'une rivière basque et également celui d'une rivière arménienne appelée Araxes ou Aras ; hydronyme également retranscrit Araks, Arax, Araxi, Araxes, o Araz ; en arménien, Արաքս ; en azéri, Araz ; en perse ارس ; en kurde, Aras o Araz) par Vahan Sarkissian, président de L'Académie Linguistique Internationale d'Arménie, directeur de la Chaire de Philologie Romane à l'université d'État d'Erevan, membre d'Honneur de la Royale Académie de la langue basque / Euskaltzaindia, membre de l'Association Internationale des Hispanistes. Au cours de cette conférence, le professeur Sarkissian parla de l'élément arménien dans la tradition nationale des Basques, de la grande tradition biblique et de la théorie « basco-arménienne » ainsi que les sujets suivants : les parallélismes toponymiques « basco-arméniens » ; le motif des métaux dans les traditions basques ; la langue basque et l'arménien ; la réalité linguistique du XXIe siècle ; comprendre le basque à partir de l'arménien et vice-versa sans traducteur ; la théorie « basco-arménienne » dans l'histoire de la littérature du XIXe siècle à nos jours.
  11. Joseph-Augustin Chaho : Aïtor. - Légende cantabre, traduit en basque par Hector Iglesias, 2008, 200 pages (seconde édition revue et corrigée : 2010), éditions « Asoghik » publishing house, Bilbao-Erevan, République d'Arménie, ISBN : 978-9939-50-056-0, ouvrage publié avec le concours de la Députation forale de Biscaye — consulter et télécharger ici les préfaces d'Hector Iglesias en français (pp. 9-17) et en basque (pp. 127-138) de la première traduction du français au basque d'en:Aitor Aïtor (http://en.wikipedia.org/wiki/Aitor_A%C3%AFtor). - Légende cantabre de Joseph-Augustin Chaho suivie de l'étude du professeur Sarkissian sur la mythologie de Joseph-Augustin Chaho : Estudio preliminar de Vahan Sarkisian. La leyenda de Aitor : la Biblia de Augustin Chaho (pp. 64-80).
  12. Préface du traducteur - Hector Iglesias (2010 : 9-17)
  13. Histoire primitive des Euskariens-Basques, langue, poésie, mœurs et caractère de ce peuple : introduction à son histoire ancienne et moderne, chez Jaymebon, éditeur, Madrid, Calle de la Montera, n° 12, Bayonne, Rue Pont-Mayou, n° 21, M.DCCC.XLVII
  14. « Aïtor. - Légende cantabre » (pp. 173-243).
  15. Ariel est un archange de la théologie judéo-chrétienne dans la Pistis Sophia. C'est un des dix anges de la Kabbale. Ariel signifierait « lion de Dieu » en hébreu. C'est le nom choisi par Chaho pour son journal.
  16. Itzultzailearen hitzaurrea - Hector Iglesias (2010 : 127-138) : « Vahan Sarkisianek, euskararen aditu ezagunenetarik bat nazioarte mailan eta Erevango Estadoko Unibertsitateko irakasle katedraduna dena, XIX. mendeko Joseph-Augustin Chaho idazle ospetsuaren idatzi ugarietarik bat lehen aldikotz frantsesetik zuzenean euskaratzeko eskatu zigun : 1847an argitaratutako obra bateko kapitulua, hau da ondoko obra honetan agertzen dena : Histoire primitive des Euskariens-Basques, langue, poésie, mœurs et caractère de ce peuple : introduction à son histoire ancienne et moderne, edo, nahi bada, euskarara itzultzekotan,Euskotar-Euskaldunen jatorrizko historia, hizkuntza, olerkaritza, populu horren ohiturak eta izaera, bere antzinako eta egungo historiari hitzaurre batekin izenburutzat daraman idazlanean agertzen den kapitulu bat, erran nahi baita « Aïtor. - Légende cantabre » (173-243) izenburutzat daukana. »
  17. El regreso de la leyenda de Aitor por Vahan Sarkisian (2010 : 5-6), Miembro de Honor de Euskaltzaindia, Real Academia de la Lengua Vasca, Director de la Cátedra de Filología Románica de la Universidad Estatal de Ereván, República de Armenia : « (…) Nuestra edición incluye tres textos, el original francés, la versión española completada y revisada, y la traducción vasca realizada por Hector Iglesias. Gracias a la traducción euskérica, la leyenda de Aitor regresa al punto de su partida, a sus raíces lingüísticas. Ya todo está preparado para un nuevo diálogo de la leyenda de Aitor con los lectores vascos y extranjeros, un diálogo directo, abierto y sin complejos. Y, terminando este breve prefacio, expresamos nuestro profundo reconocimiento a la Diputación Foral de Vizcaya por habernos ayudado en la realización de este proyecto. La colaboración con esta institución gubernamental vasca siempre ha sido y sigue siendo un gran honor para nosotros. »
  18. Tels que, outre le célèbre Arnaud Oyhénart, Adolf Schulten, Manuel Gómez-Moreno, Ulrich Schmoll, Sánchez Albornoz, Stanley G. Payne, José Antonio Vaca de Osma (cf. son ouvrage Los Vascos en la Historia de España), Martín Almagro Gorbea, Francisco Villar ; cf. l'article de la Wikipédia en langue espagnole : Vasconización tardía.
  19. A la suite de l'invasion des Vascons au cours des Ve et VIe siècles après Jésus-Christ.
  20. « L'origine présumée du fractionnement dialectal de la langue basque ».
  21. Publications consultables sur le site Isidore, plateforme ou web de recherche et de diffusion du CNRS pour les sciences humaines et sociales, offrant un accès unifié à plus d'un million de documents numériques.

Liens externes

  • (fr) (es) (eu) Hector Iglesias Armenian (eu), en Arménie (fr), en Armenia (esp). Photographie d'Hector Iglesias à Erevan, capitale de la République d'Arménie, en novembre 2008, invité par l'université d'État d'Erevan. Hector Iglesias Erevanen, Armeniako Errepublikan, 2008ko azaroan, Erevango Estadoko Unibertsitateak gomitatua.
  • (fr) PIRENIFOTO. Bienvenue sur Pirenifoto : reportages vidéos, photos et audios sur les Pyrénées : Pays basque - Occitanie - Aragon - Catalogne. Les découvertes faites à Iruña-Veleia, dans la province basque d'Alava (Communauté autonome basque ou d'Euskadi), ont été considérées par certains comme étant de vulgaires falsifications ; d'où une immense polémique. Voir la vidéo (Pirenivideo 2010 - Entrevue : Hector Iglesias) expliquant pourquoi la thèse de la falsification, quoique théoriquement possible, reste cependant extrêmement fragile et est probablement erronée.


Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 175 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).