Encyclopédie Wikimonde

Hell'O Monsters

Aller à : navigation, rechercher
Peinture murale réalisée dans le cadre de la biennale d'art urbain Asphalte#1 (2014) à Charleroi

Hell'O Monsters est un collectif d'artistes bruxellois pluridisciplinaires[1], composé de trois artistes : Jérôme Meynen, Antoine Detaille et François Dieltiens[2].

Les débuts

Le collectif est né dans les années 2000 à Bruxelles[3].

Les membres se sont rencontrés dans les années 2000, dans la rue, au sein de la scène du graffiti en Wallonie, dans le sud de la Belgique. Leur style similaire, bien que reconnaissable les uns des autres leur a permis de se rapprocher, se lier d'amitié et de se créer une identité commune par le biais de leur collectif.

Malgré la diversité de leurs idées et de leurs points de vues, leur style en commun leur permet de fusionner leurs dessins en un résultat parfaitement homogène. 

Ils se sont détournés du Street Art, mouvement auquel ils ont longtemps été associés et dont il trouvent la connotation péjorative, pour se concentrer sur la peinture murale, le dessin sur papier et leurs installations. 

A l'origine ce collectif étant composé de trois artistes, à présent ils ne sont plus que deux : Jérôme Myenen et Antoine Detaille.

Méthodes de travail

Hell'O Monsters alternent deux méthodes de travail : ils aiment peindre des grandes fresques murales à l’extérieur car cette technique leur permet de mettre leurs travaux à plus grande échelle et leur procure une visibilité différente, mais apprécient également de passer beaucoup de temps sur un dessin afin d'y ajouter de nombreux détails d'une précision rigoureuse, chose que l'aspect grossier et la limite de temps de la peinture ne leur permet pas de faire.

Influences

Ils puisent leurs influences dans la culture populaire, les bandes dessinées américaines, mais également dans les peintures de Jérôme Bosch ou James Ensor. Ils affectionnent les motifs ethniques africains, non pas uniquement pour l'aspect esthétique mais également car le terme de clan ou de tribu illustre bien ce collectif. L'animal et le végétal, plus particulièrement les oiseaux qui sont à la foi un symbole de liberté et de fragilité, reviennent souvent dans leurs œuvres. 

Ils aiment déshumaniser et donner un aspect hybride à leurs personnages. Ils fusionnent des personnages asexués avec des oiseaux, des animaux, ou des plantes, pour en créer des monstres. Mais malgré tout ces "monstres" n'ont pas l'aspect monstrueux. 

Dans leurs œuvres ils jouent avec l'aspect carnavalesque, absurde, humoristique et satirique pour parler de sujets sérieux comme la vie ou la mort, thèmes récurrents de leurs productions. Il y a toujours une dualité dans leur projets. L'esthétique douce et joyeuse, et pas du tout angoissante combinée avec des thèmes sérieux, presque macabres.

Style

Pour le collectif Hell’0 Monsters au sein duquel collaborent 3 plasticiens de talent : Jérôme Meynen (Mons), Antoine Detaille (Péruwelz) et François Dieltiens (Mons), l’art est prétexte à sublimer autant qu’à diaboliser les turbulences de notre jeune millénaire. La grisaille et la morosité ambiantes s’exacerbent dans leurs dessins noir et blanc d’une finesse chirurgicale ou leurs installations d’une implacabilité robotique. Là, leurs avatars, monstres aux expressions d’autant plus troublantes qu’ils s’avèrent aussi sympathiques et repoussants que nous, peuvent s’accoupler et se guillotiner, s’interpénétrer et se déchirer, se démultiplier et se décomposer sans répit en nous égarant dans de labyrinthiques jeux de cirque jubilatoires. Détournant les symboles de nos traditions mystico-ésotériques, les confiant aux héros des cartoons et bédé de notre enfance, les graffitant dans nos rues et les virtualisant pour nos ordinateurs, Hell’O Monsters nous jettent un sort… Un regard ironique, cru et attendri sur nos us et coutumes d’humanoïdes civilisés.

Références

  1. Baudouin Bryssinck, « Les monstres et compagnie de Hell’O, invités d’honneur du BAM », sur lesoir.be, (consulté le 22 août 2018).
  2. « Une jolie fresque embellit la rue des Aveugles à Liège », sur lavenir.net, (consulté le 22 août 2018).
  3. Muriel de Crayencour, « Au pays des monstres d’Hell’O », sur artshebdomedias.com, publié le 13 juin 2018 (consulté le 22 août 2018).

Sources

Lien externe


Cet article « Hell'O Monsters » est issu de Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).