Encyclopédie Wikimonde

Henri Fondi de Niort

Aller à : navigation, rechercher

Officier général francais 2 etoiles.svg Henri Fondi de Niort
Nom de naissance Marie Alexandre Marcien Henri de Niort
Naissance 29 juillet 1888
Sennecey-le-Grand (France)
Décès 16 novembre 1958 (à 70 ans)
Sennecey-le-Grand (France)
Allégeance Drapeau de la France France
Grade Général de brigade aérienne
Conflits Première Guerre mondiale
Distinctions Commandeur de la Légion d'Honneur

Henri Fondi de Niort est un militaire français né le 29 juillet 1888 à Sennecey-le-Grand (Saône-et-Loire) et mort le 16 novembre 1958 dans la même ville[1].

Il fut en 1940 nommé général de brigade aérienne et élevé au rang de commandeur de la Légion d'honneur.

Biographie

Élevé dans la tradition du service public, père directeur des finances de Saône-et-Loire et grand-père paternel conseiller général de l'Aude, mère née Blanche de Viantaix, descendante du Général de Mercey, Henri Fondi de Niort est reçu 6e sur 95, en juillet 1913, à l’École de cavalerie de Saumur.

La guerre, dès juillet 1914, en fait un sous-lieutenant au 1er Régiment de Dragons. D'abord affecté à l'État-Major de la 61e division où il commande un peloton d'escorte, il demande à être mis à la tête d'un peloton de reconnaissance de première ligne. Son zèle, dans ces fonctions, lui vaut une première citation à l'Ordre du Régiment en avril 1916. Les premiers avions de reconnaissance font alors leur apparition comme précieux moyens, pour l'infanterie, dans le domaine du renseignement. Après un stage rapide de formation (radio, armement, plans directeurs, photographies), le lieutenant Fondi de Niort est le 14 décembre 1916, « observateur d'infanterie en avion ». Très exposé lors d'attaques dans le secteur de la Seille, en Lorraine, en décembre 1916, il multiplie les reconnaissances et reçoit une deuxième citation, le 25 décembre 1916 à l'Ordre de la Division.

Affecté, en 1917 au service aéronautique de la 5e Armée, toujours en qualité d'observateur de première ligne, il abat le 16 avril 1917 un avion ennemi, ce qui lui vaut une troisième citation, celle-ci à l'Ordre de l'Armée. Remarqué pour ses missions périlleuses, notamment celle du 25 novembre 1917, exécutée à très faible altitude et par vent violent, il est encore une fois cité à l'Ordre de la Division en date du 16 décembre 1917. Le combat aérien du 8 octobre 1918 où le lieutenant Fondi de Niort se trouve seul face à quatre monoplaces allemands et où il abat un des assaillants, lui vaut une nouvelle citation à l'Ordre de la 5e Armée.

Cette guerre exceptionnellement héroïque vaut au lieutenant de Niort d'être nommé Chevalier de la Légion d'Honneur par décret du 15 juillet 1919.

Capitaine en 1921, il est affecté à Paris à un service civil dépendant du Ministère de l'Industrie, le Service des Fabrications d'Aviation où il dirige, disent ses notes, un service particulièrement complexe et difficile.

Nommé en 1935, à la 4e Région Aérienne de Lyon où il est lieutenant-colonel, il sera ensuite à Dijon, en 1938, Chef d’État-major de la 1re Région Aérienne.

Un dernier témoignage de 1940, du Général Odic, écrit que le colonel Fondi de Niort a fourni au cours des opérations de mai-juin 1940, un effort physique et intellectuel qui a permis, jusqu'à la dernière heure, de conduire les opérations dans l'ordre le plus rigoureux.

Sa carrière était loin d'être terminée lors de la défaite de l'armée française. Henri Fondi de Niort était fait Commandeur de la Légion d'Honneur le 24 juin 1940, et sa nomination comme Général de brigade aérienne était acquise pour prendre rang le 21 septembre 1940.

Références

  1. « Fiche », sur gw.geneanet.org

Liens externes

  • Erreur Lua dans Module:Autorité à la ligne 434 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).