Encyclopédie Wikimonde

Hyposexualité

Aller à : navigation, rechercher

L'hyposexualité désigne le fait d'avoir une sexualité réduite ou une diminution de l'activité sexuelle, concrète ou fantasmée, liée à une baisse du désir, et pouvant s'accompagner d'impuissance ou d'anorgasmie . Cette faible sexualité par rapport à une norme complexe à caractériser, mais admise en médecine comme une diminution par rapport à des pratiques antérieures peut résulter de facteurs somatiques, endocrinologiques, psychologiques et neurobiologiques[1], d'une nature d'hyposexuel ou d'asexuel, ou d'une situation conduisant à une faible activité sexuelle[réf. nécessaire].

Définition

Selon le dictionnaire Le Robert, est hyposexuelle la personne dotée « d'une sexualité diminuée ou inexistante »[2].

Hyposexualité et norme

Le terme est employé dans la littérature médicale, quelquefois en liaison avec le terme trouble du désir sexuel hypoactif[1]. Construit avec le préfixe hypo (du grec ὑπό, hypo = dessous), il fait nécessairement référence à une norme, qu'il convient d'identifier.

Or la fixation de normes en matière de sexualité est très complexe. D'une part, il existe plusieurs types de normes : biologiques, statistiques, morales ou encore psychologiques. Ortigue et Bianchi-Demicheli, dans un article sur la Neuropsychiatrie du désir sexuel insistent sur une autre facteur : « la notion de normalité, quel que soit son type, peut se complexifier du fait qu'elle peut également se définir de manière objective (en comparant par exemple un attribut physique à une normalité biologique) ; et/ou subjective (en comparant par exemple une fréquence de désir personnel à l'ensemble de la population) » Ce qui est « normal » aux yeux de l'un peut ne pas l'être aux yeux d'un autre. Cela implique que « la neuropsychiatrie du désir sexuel se doit de considérer tout individu comme une entité à part entière, avant de le comparer aux différents types de normes et de quantifier un comportement sexuel comme étant anormal. »[1].

Causes

Causes médicamenteuses

Certains médicaments comme les antidépresseurs et les hypertenseurs peuvent diminuer la libido.

Causes neurologiques

Si l'on considère l'hyposexualité comme une diminution de l'activité sexuelle (concrète ou fantasmée), sa cause peut résulter d'atteintes neurologiques induites par des AVC, une tumeur, une épilepsie, la maladie de Parkinson, la maladie de Huntington ou la sclérose en plaques. Une altération de la fonction du lobe temporal droit est elle aussi souvent associée avec une hyposexualité, bien dans certains cas cette altération conduise au contraire à l'apparition d'une hypersexualité ou à des comportements déviants[1].

Causes psychologiques

Le stress et la dépression peuvent réduire la libido. De plus, certains traumatismes, particulièrement les abus sexuels, peuvent parfois empêcher d'avoir une vie sexuelle normale.

Références

  1. 1,0, 1,1, 1,2 et 1,3 Stéphanie Ortigue, Francesco Bianchi-Demicheli « Neuropsychiatrie du désir sexuel », Revue Médicale Suisse, 2011
  2. définition sur le site du CNTRL

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).