Encyclopédie Wikimonde

Institut culturel Bernard Magrez

Aller à : navigation, rechercher

L'Institut culturel Bernard Magrez est un fonds de dotation ayant pour objet le mécénat artistique et créé en octobre 2011 à Bordeaux. Son fondateur est Bernard Magrez.

Les actions et missions

L'Institut culturel Bernard Magrez a été créé en 2011 sous la forme d'un fonds de dotation.

L'Institut Culturel Bernard Magrez est rattaché à quatre autres châteaux, propriétés de Bernard Magrez :

Ses principales missions sont les suivantes :

  • Favoriser l'accès à l'art pour tous les publics, via la création ou le soutien de manifestations culturelles ;
  • Mener des actions en faveur de la création artistique, l'accompagnement et le soutien des artistes, avec la mise en place d'un programme de commandes et d'acquisitions ainsi que des expositions dans les Galeries des Nouveaux Talents (Institut et Boutique de Pessac)
  • Contribuer à la création de nouvelles œuvres, par la mise en place de résidences avec ateliers pour des jeunes artistes, mais également par la remise de prix artistiques.
  • Les conférences et des rencontres : tout au long de l'année, l'Institut culturel Bernard Magrez organise également des événements culturels à Bordeaux ou à la Sorbonne nommés les mardis culturels ou les « Nuits du savoir ».
  • Les concerts : organisation de concerts s'incluant dans la programmation annuelle.
    • Concert Stradivarius Château Fombrauge, joué par Nicolas Dautricourt ;
    • Concert caritatif Music For The Brain;
    • Récital Stradivarius et violoncelle Gagliano, joués par Camille Thomas et Nicolas Dautricourt ;
    • Concert Virgin Radio Showcase Vianney ;
    • Concert du Quator Pape Clément composé de Guillaume Chilemme, Lise Berthaud, Nicolas Dautricourt et Camille Thomas.

Histoire du château Labottière

Le château Labottière tient son nom de ses commanditaires Antoine et Jacques Labottière. Ces deux frères, imprimeurs et éditeurs bordelais du XVIIIe siècle, tiennent une boutique place du Palais de l'Ombrière et possèdent un petit vignoble dans la campagne bordelaise. Ils font construire en 1773, cet hôtel particulier de type néoclassique.

La découverte au pied d'une colonne du château d'une plaque gravée, lors d'une restauration en 1965, permet d'attribuer la construction à Jean et Etienne Laclotte, qui étaient par ailleurs amis des frères Labottière.

Ruinés par la Révolution, les frères Labottière suspendent leurs paiements en 1790. Antoine Labottière meurt en 1794, son frère Jacques vend le domaine, la maison, la librairie et l'imprimerie l'année suivante.

Par la suite, la propriété est acquise par un hollandais nommé Boers et loué à M. Lannefranque, entrepreneur de spectacles, qui ouvre en ces lieux un établissement de plaisir du nom de Tivoli. L'historien de l'art Philippe Maffre évoque ensuite la présence d'un établissement de danse nommé « Fêtes champêtres, A Idalie » ouvert par M. Labille en 1803.

Le château Labottière a un temps appartenu à Antoine Gautier, maire de Bordeaux de 1849 à 1863, avant d'être vendu à la compagnie de Jésus le 14 avril 1857. En 1904, un incendie mène les jésuites à déménager sur le terrain du Lycée Saint Joseph de Tivoli qu'ils occupent toujours aujourd'hui avenue d'Eysines, à Bordeaux, non loin du château.

À cette époque, la municipalité envisage d'installer au sein du château Labottière un Musée des Arts décoratifs. En 1911, ce dessein semble être abandonné: l'hôtel et le jardin paraissent inoccupés voire abandonnés.

La propriété est acquise par Janine Lozes en 1918 et elle s'y installe avec l'architecte Pierre Ferret jusqu'en 1931. Durant ces « Années folles », tous deux mènent une grande vie et organisent de nombreuses fêtes et soirées à l'hôtel Labottière. Pierre Ferret entreprend également des travaux à cette époque, soucieux de respecter l'esprit néoclassique de la construction. Par ailleurs en 1920, à la demande de l'entrepreneur Marcel Despax, Pierre Ferret est l'auteur d'un hôtel particulier au 41 rue Durieu de Maisonneuve, sur une parcelle qui appartenait autrefois au jardin Labottière. En juin 1940, le gouvernement français s'installe à Bordeaux et l'Hôtel Labottière abrite une annexe du lycée Longchamp (aujourd'hui lycée Montesquieu).

Acquis par Bernard Magrez il y a une quinzaine d'années, le château a été restauré au printemps 2011 pour accueillir l'Institut culturel Bernard Magrez, ses artistes en résidence et ses expositions d'art moderne et contemporain.

Pour ce lieu, son choix s'est porté sur des artistes contemporains, non seulement par goût personnel mais également par sa conscience de la difficulté d'être reconnu dans l'effervescence du monde artistique contemporain. Il s'agit aussi de contribuer de manière singulière et citoyenne au territoire, qu'il soit régional, national et international, au sein duquel l'Institut Culturel s'est inscrit.

Le château, à l'exclusion des parties classées, est inscrit aux Monuments Historiques par l'arrêté du 21 novembre 1935.

Les façades, les toitures, et le jardin, sont classés Monument Historique par l'arrêté du 2 juin 1938[1].

Expositions

En 2016, l'Institut culturel a présenté onze expositions, sur des thèmes tels que le temps, le voyage, la beauté, le rêve, l'enfance, la poésie mécanique, l'éclectisme, les arts urbains, l'émergence créative, la sagesse[2]

  • L'Etoffe du Temps (Octobre 2011 - Janvier 2012
  • Entre Deux (du 28 janvier 2012 au 11 mars 2012)]
  • Shanghai ! La tentation de l'occident (d'avril à juillet 2012)
  • La Belle et La Bête (du 13 octobre 2012 au 27 janvier 2013)
  • Quartiers d'été (du 8 juin au 1er septembre 2013)
  • Entre deux expositions (du 20 mars au 20 juillet 2014)
  • Expressions urbaines - Street art, Graffiti & Lowbrow (du 25 septembre au 01 février 2015)
  • JonOne, King of Harlem featuring Maï Lucas (du 14 mai au 23 août 2015)
  • Exposition d'automne (du 12 septembre 2015 au 06 mars 2016)

Collection permanente

« J'aime l'idée de la collection et de l'espace de liberté qu'elle offre. J'ai collectionné des bronzes, des montres anciennes et puis mon goût pour la création contemporaine a pris le dessus. Aujourd'hui je suis seul juge des achats que je fais, je souhaite être porté par une émotion, que ce soit elle qui guide mon envie de posséder une œuvre. Donc, je n'ai pas de conseiller et ne souhaite pas en avoir. En revanche, j'aime parler avec les artistes, avec les galeristes, avec les commissaires…leurs points de vue me font évoluer, aiguisent chez moi une sensibilité nouvelle, me permettent de porter un regard sans cesse enrichi sur la création de notre temps [3]» Bernard Magrez.

Bibliographie

  • JonOne, King of Harlem & Maï Lucas, 2015.
  • Here I rest / Claude Lévêque : exposition Bordeaux, Institut culturel Bernard Magrez, Château Labottière, 2013.
  • Françoise Petrovitch, Echos, Château Labottière, Bordeaux, Editions Beaux-arts de Paris & Institut Culturel Bernard Magrez, 2013.
  • Exposition Quartiers d'été de l'Institut culturel Bernard Magrez à la Villa des Roches Brunes, Dinard 8 juin/1er Septembre 2013.
  • Rêve de Venise, Catalogue d'exposition, 2013.

Références

  1. Histoire du Château Labottière
  2. Les expositions de l'Institut culturel Bernard Magrez
  3. Institut Culturel Bernard Magrez

Liens externes

  • Site officiel (http://www.institut-bernard-magrez.com/)
Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 175 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).