Encyclopédie Wikimonde

Intelligenzaktion

Aller à : navigation, rechercher

Intelligenzaktion
Image illustrative de l’article Intelligenzaktion
Le 9 septembre 1939, les nazis exécutent publiquement vingt-cinq citoyens éminents, devant le musée municipal, sur la place du marché de Bydgoszcz. Les corps sont exposés pendant six heurers, pour terroriser les citadins

Date septembre 1939 à avril 1940
Lieu Pologne occupée
Victimes Intellectuels, personnalités éminentes, nobles, Juifs et classe dirigeante.
Type Massacre
Ordonné par Drapeau de l'Allemagne Allemagne Nazi
Coordonnées Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 606 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

Géolocalisation sur la carte : Pologne

(Voir situation sur carte : Pologne) <div style="position:absolute;border:none;line-height:0px;top:Erreur d’expression : opérateur < inattendu.%;left:Erreur d’expression : opérateur < inattendu.%;">
Intelligenzaktion

Intelligenzaktion[1] (en allemand : ɪntɛliɡɛnt͡s.akˌt͡sjoːn) ou Action Intelligentsia[2], est l'appellation qui recouvre les massacres commis par l'Allemagne nazie contre l'élite polonaise[3],[4] (l'intelligentsia, les professeurs, les prêtres, les médecins, etc.)[5] au début de la Seconde Guerre mondiale[6], afin de permettre la Germanisation des terres incorporées au Reich allemand, dans le Nord-Ouest de la Pologne[7].

Genèse de l'action

Pour Hitler, il est évident que la germanisation de la Pologne passe par l'élimination de la classe dirigeante[1], afin de prendre plus facilement le contrôle du territoire occupé en l'affaiblissant et pour se prémunir d'éventuelles actions de résistance. Dès le printemps 1939, une liste des personnes à éliminer est établie.

L'exécution du plan

L'exécution du plan commence dès le déclenchement de la guerre. Le 7 septembre, Reinhard Heydrich déclare que tous les nobles, membres du clergé et juifs doivent être tués[8]. Le 12 septembre, Wilhelm Keitel ajoute les intellectuels à cette liste[8]. La veille, Hitler a donné ordre à Himmler de choisir 500 personnes parmi l'intelligentsia polonaise, de les arrêter et de les exécuter pour dissuader la population de toute tentative de résistance[9].

Exécution de masse dans la forêt de Darżlubska (Poméranie). La photo a été prise par Waldemar Engler membre de la SS.
Exécution de civils polonais par l'Einsatzgruppe VI le 20 octobre 1939 à Kórnik.
  • À l'automne 1939, commence à Poznań, l'opération Intelligenzaktion Posen (pl) (en polonais : Akcja Inteligencja Poznań. Environ 2000 intellectuels ou membre du clergé polonais, sont arrêtés et assassinés. Les exécutions ont lieu en dehors de la ville et dans les forts de Poznań, notamment dans le Fort VII, qui dès le début de l'invasion est transformé en camp de concentration.
  • Du 9 au 11 novembre, dans la région de Łódź, environ 1500 personnes sont arrêtées, par la police allemande dans le cadre de l'opération Intelligenzaktion Litzmannstadt (pl)[13]. Les détenus sont placés dans le cinéma « Liberté » à Pabianice, dans l'usine Arnold Bayer rue Pabianicki, et dans l'usine textile Michał Glazer, rue Krakowski à Łodz, qui dans les jours suivant deviendra la Prison de Radogoszcz[14]. De là, les prisonniers sont emmenés au siège de la Gestapo, où en quelques minutes, un tribunal les condamne à mort. Ils sont immédiatement exécutés dans un bois à quelques kilomètres de là.
  • Au printemps 1940, 2000 personnes issues de l'élite intellectuelle de Silésie, sont assassinés dans le cadre de l'opération Intelligenzaktion Schlesien (pl) (http://pl.wikipedia.org/wiki/Intelligenzaktion_Schlesien)[15] (en polonais : Akcja Inteligencja Śląsk).
  • De l'automne 1939 au printemps 1940, se déroule en Mazovie, l'opération Intelligenzaktion Masowien (pl) (http://pl.wikipedia.org/wiki/Intelligenzaktion_Masowien). Environ 6700 intellectuels, clercs et ecclésiastiques, originaires d'Ostrołęka, Wyszków, Ciechanów, Wysokie Mazowieckie et Łomża, sont assassinés. Les exécutions ont principalement lieu à Giełczyn.

Le bilan

À la fin de l'année 1939, soit seulement 4 mois après le début de l'invasion de la Pologne, et rien que sur les terres incorporées au Reich, plus de 40000 personnes ont péri, dont environ 30000 en Poméranie[1].

Sur les terres du Gouvernement général des opérations similaires appelée Sonderaktion[16] sont menées. Ainsi, le , commence une vaste opération portant le nom de Sonderaktion Krakau[17],[18]. 115 professeurs de l'Université Jagellon de Cracovie sont arrêtés et déportés au camp de concentration de Sachsenhausen[8].

En mai 1940, commence une nouvelle opération d'extermination dénomée AB-Aktion (en allemand : Außerordentliche Befriedungsaktion, en français : Opération extraordinaire de pacification). plus de 30000 Polonais sont arrêtés par les autorités nazies dans la zone occupée par les Allemands[19]. Environ 7000 dirigeants et professeurs, enseignants et prêtres (étiquetés comme suspectés d'activités criminelles) sont massacrés en différents endroits du pays, notamment dans la forêt de Palmiry[20],[21]. Les autres sont envoyés dans des camps de concentration.

Sources

Notes et références

Monument à la mémoires des 1500 civils exécutés à Lućmierz-Las.
  1. 1,0, 1,1 et 1,2 Ministère des affaires étrangères - République de Pologne, « La terreur – L'extermination des élites par les deux occupants », sur https://ww2.pl/fr/ (consulté le 29 mars 2018)
  2. Jean-Paul Picaper, Ces nazis qui ont échappé à la corde, Archipel, 464 p. (ISBN 2809823391, lire en ligne).
  3. (en) Anders Rydell (trad. Henning Koch), The Book Thieves : The Nazi Looting of Europe's Libraries and the Race to Return a Literary Inheritance, Penguin, , 368 p. (ISBN 0735221243, lire en ligne (https://books.google.fr/books?id=yMQiDAAAQBAJ&pg=PA196&dq=Intelligenzaktion&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiZvMjZ_o7aAhVDshQKHXZOD4IQ6AEIVTAH#v=onepage&q=Intelligenzaktion&f=false)), page 196.
  4. Jean-Paul Cahn, Stefan Martens et Bernd Wegner, Le Troisième Reich dans l'historiographie allemande : Lieux de pouvoir - Rivalités de pouvoirs, Presses Univ. Septentrion, coll. « Histoire et civilisations », , 400 p. (ISBN 2757406132, lire en ligne (https://books.google.fr/books?id=JGrECwAAQBAJ&pg=PA345&dq=Intelligenzaktion&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwi7spHVgI_aAhWHUhQKHUeOCCc4ChDoAQhHMAU#v=onepage&q=Intelligenzaktion&f=false)), page 345.
  5. Christian Ingrao, La promesse de l'Est. Espérance nazie et génocide (1939-1943), Seuil, coll. « L'Univers historique », 480 p. (ISBN 2021332977, lire en ligne (https://books.google.fr/books?id=TpoQDQAAQBAJ&pg=PT162&dq=Action+Intelligentsia+1939&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjckvyxkZHaAhVCchQKHVySBSgQ6AEIKDAA#v=onepage&q=Action%20Intelligentsia%201939&f=false)).
  6. Le Quatrième Partage de la Pologne : Actes de colloque, Académie royale de Belgique, , 128 p. (ISBN 2803104636, lire en ligne (https://books.google.fr/books?id=asDgDAAAQBAJ&pg=PT77&dq=Intelligenzaktion&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiZvMjZ_o7aAhVDshQKHXZOD4IQ6AEIOzAD#v=onepage&q=Intelligenzaktion&f=false)).
  7. Jean Vidalenc, L'Europe danubienne et balkanique : 1867-1970, Masson (Paris) (lire en ligne (http://gallica.bnf.fr/services/engine/search/sru?operation=searchRetrieve&version=1.2&query=(gallica%20all%20%22Intelligenzaktion%22)#resultat-id-1)), page 172.
  8. 8,0, 8,1 et 8,2 (en) Tadeusz Piotrowski, Poland's Holocaust : Ethnic Strife, Collaboration with Occupying Forces and Genocide in the Second Republic, 1918-1947, McFarland, coll. « Science Publications », , 437 p. (ISBN 0786403713, lire en ligne (https://books.google.fr/books?id=hC0-dk7vpM8C&pg=PA23&dq=Action+Intelligentsia+1939&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjckvyxkZHaAhVCchQKHVySBSgQ6AEIPzAE#v=onepage&q=Action%20Intelligentsia%201939&f=false)), page 23
  9. Jospeh Goebbels, Journal de Joseph Goebbels 1939-1942, Tallandier, 742 p. (ISBN 9791021015050, lire en ligne (https://books.google.fr/books?id=JcRSCwAAQBAJ&pg=PT179&dq=Action+Intelligentsia+1939&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjckvyxkZHaAhVCchQKHVySBSgQ6AEITjAG#v=onepage&q=Action%20Intelligentsia%201939&f=false)).
  10. (pl) Paweł Brojek, « Intelligenzaktion na Pomorzu. Zbrodnie w lasach kartuskich » (http://prawy.pl/39859-intelligenzaktion-na-pomorzu-zbrodnie-w-lasach-kartuskich/), sur http://prawy.pl, (consulté le 30 mars 2018).
  11. (en) Charles W. Sydnor, Soldiers of Destruction : The SS Death's Head Division, 1933-1945, Princeton University Press, , 375 p. (ISBN 0691008531, lire en ligne (https://books.google.fr/books?id=QYU4QJsUWLYC&pg=PA40&dq=Action+Intelligentsia+1939&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjEqIuonZHaAhVE8RQKHbVIBo44ChDoAQhRMAY#v=onepage&q=Action%20Intelligentsia%201939&f=false))
  12. (pl) Paweł Brojek, « Intelligenzaktion na Pomorzu. Krwawa jesień pelplińska » (http://prawy.pl/4049-intelligenzaktion-na-pomorzu-krwawa-jesien-pelplinska), sur http://prawy.pl, (consulté le 30 mars 2018).
  13. (pl) « W Łodzi rozpoczęła się Intelligenzaktion Litzmannstadt » (https://nekropole.info/pl/events/W-Lodzi-rozpoczela-sie-Intelligenzaktion-Litzmannstadt), sur https://nekropole.info (consulté le 30 mars 2018).
  14. (pl) « Masakra w więzieniu na Radogoszczu - niemiecki mord w nocy z 17 na 18 stycznia 1945 r. » (http://dzieje.pl/artykulyhistoryczne/masakra-w-wiezieniu-na-radogoszczu-niemiecki-mord-w-nocy-z-17-na-18-stycznia-194), sur http://dzieje.pl, (consulté le 30 mars 2018).
  15. (pl) « Tak Niemcy likwidowali polską elitę na Śląsku. Nie znamy nawet dokładnej liczby ofiar Intelligenzaktion Schlesien » (https://plus.nowiny24.pl/historia/a/tak-niemcy-likwidowali-polska-elite-na-slasku-nie-znamy-nawet-dokladnej-liczby-ofiar-intelligenzaktion-schlesien,12844079), sur https://plus.nowiny24.pl, (consulté le 30 mars 2018).
  16. (en) Maciej Rosalak, « The massacre of Poland’s elites » (https://polska.pl/history/history-poland/massacre-polands-elites/), sur https://polska.pl, 28 septemebre 2016 (consulté le 30 mars 2018).
  17. (en) « Sonderaktion Krakau » (https://www.inyourpocket.com/krakow/Sonderaktion-Krakau_71228f), sur https://www.inyourpocket.com/, (consulté le 29 mars 2018).
  18. (pl) « "Sonderaktion Krakau" - brutalny atak na polską inteligencję » (https://www.polskieradio.pl/39/156/Artykul/717865,Sonderaktion-Krakau-brutalny-atak-na-polska-inteligencje), (consulté le 29 mars 2018).
  19. Chapter « Hitler's Plans for Poland », Noakes and Pridham, Nazism: A History in Documents (http://www2.dsu.nodak.edu/users/dmeier/Holocaust/ghettoization.html), p. 988.
  20. AB-Aktion (http://www1.yadvashem.org/odot_pdf/Microsoft%20Word%20-%205710.pdf), Shoah Resource Center, The International School for Holocaust Studies.
  21. "Poles: Victims of the Nazi Era" at the United States Holocaust Memorial Museum (https://archive.is/20121205035132/http://www.ushmm.org/education/resource/poles/poles.php)

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).