Encyclopédie Wikimonde

Jérôme Bourreau-Guggenheim

Aller à : navigation, rechercher

Jérôme Bourreau-Guggenheim, né à Orléans le 21 janvier 1978 est un ancien responsable du Pôle Innovation Web de TF1.

Jérôme Bourreau-Guggenheim a été licencié le 16 avril 2009 pour avoir envoyé un email privé le 19 février 2009 à la Députée de son arrondissement UMP de Paris (Françoise de Panafieu), afin de lui faire part de son opinion personnelle sur le projet de loi HADOPI. Mme de Panafieu a transmis ce courriel au ministère de la culture, qui l'a ensuite transféré à TF1, l'entreprise qui employait M. Bourreau-Guggenheim.

Selon le journal Le Canard enchaîné[1], le courriel aurait été transféré accompagné de ce message: « Bonjour Jean-Michel, vous avez des salariés qui, manifestement, aiment tirer contre leur camp. Cordialement » à Jean-Michel Counillon, secrétaire général et directeur des affaires juridiques de la chaîne TF1. (Il serait également le lobbyiste officiel de la chaîne[2].)

Réaction de Jérôme Bourreau-Guggenheim

L'affaire est révélée au grand jour par le quotidien Libération le 7 mai 2009[3]. Le même jour, un entretien radiophonique, accordé par Jérôme Bourreau-Guggenheim à Europe 1, a lieu. C'est la première fois qu'il s'exprime en public à ce sujet: il dit avoir découvert, dans sa mésaventure, « quel était le rôle, auprès des politiques, de TF1 »[4].

Le 15 mai 2009, Jérôme Bourreau-Guggenheim s'exprime à la télévision pour la première fois, dans l'émission Comme un vendredi, sur France 3. Plutôt que de rentrer dans les détails techniques sur la loi Hadopi, l'intéressé a préféré s'interroger sur le plan politique : « Je n'ai reçu aucune réponse de Françoise de Panafieu. La seule réponse que j'ai eue, c'est de la part de ma direction. Donc je me pose une question : comment un député peut être à l'écoute de ses citoyens s'il se permet de transmettre un courrier au ministère qui ensuite le retransmet à mon employeur ? »[5][6].

Réaction du ministère de la culture

M. Tardieu, directeur adjoint du cabinet de la ministre de la culture[7] ayant transféré le courriel à TF1, a été suspendu pour une durée d'un mois par Christine Albanel qui a qualifié cet acte d'« erreur regrettable ».

Réactions politiques

Opposition

Des députés de l'opposition parlementaire ont évoqué cet événement à l'Assemblée nationale lors du débat sur la loi et en question au gouvernement, demandant la démission de la ministre[8].

Majorité

Nathalie Kosciusko-Morizet, secrétaire d'état chargée de la prospective et du développement de l'économie numérique, interrogée par tchat sur bakchich.info: «Je pense que c'est scandaleux. C'était une vraie erreur de faire suivre ce mail. C'est une facilité technique que de faire suivre, mais il ne faut pas oublier qu'un mail c'est une correspondance personnelle.» [9]

Autres réactions

Edwy Plenel, président de Mediapart, s'est exprimé sur cette affaire le 15 mai 2009 à l'antenne de France Inter: « Cela veut dire que, aujourd'hui, le pouvoir politique, dans ses liens avec des puissances économiques -en l'occurence la première chaîne de télévision- peut (...) violer une correspondance privée, et accepter qu'une entreprise soit comme le pire des partis politiques, un parti totalitaire, sans droit de dissidence, sans droit d'opinions diverses. Voilà ce que la ministre a laissé faire, et elle n'a même pas, même pas, mis à la porte le membre de son cabinet (...) qui a transmis ce courrier. » [10].

Notes

  1. http://www.pcinpact.com/actu/news/50842-canard-tf1-albanel-courrier-hadopi.htm
  2. http://mobile.lemonde.fr/politique/article/2009/05/19/quelques-exemples-recents-de-lobbying-parlementaire_1195214_823448.html
  3. Dénoncé par Albanel, viré par TF1, article du 7 mai 2009, visible en ligne : http://www.liberation.fr/medias/0101565890-denonce-par-albanel-vire-par-tf1
  4. http://www.dailymotion.com/relevance/search/TF1+licencie+un+cadre/video/x97obj_temoignage-tf1-licencie-un-cadre-po_news
  5. http://www.ozap.com/actu/hadopi-tf1-bourreau-explications-video/276566
  6. http://www.dailymotion.com/bookmarks/jeromebg/video/x9as1n_jerome-bourreau-sexplique-sur-franc_news
  7. http://www.culture.gouv.fr/culture/cabinet.htm
  8. Europe 1 : "Démission !" scande l'opposition en direction d'Albanel
  9. bakchich.info, Chat avec Nathalie Kosciusko-Morizet, 19/05/2009
  10. France Inter, le sept dix: Edwy Plenel 15/05/2009
    Journaliste: Alors, selon la ministre de la culture, cette liberté d'informer n'est pas un droit fondamental. Ça va à l'inverse de ce que vous écrivez dans ce livre. Comment ça résonne, cette phrase de la ministre de la culture?
    Edwy Plenel: Elle a montré, la conception qu'elle s'en faisait, la ministre de la culture. La semaine dernière, il s'est passé quelque chose de stupéfiant, digne d'une nouvelle de George Orwell: vous êtes un citoyen, dans votre métier vous avez des convictions sur Internet, vous écrivez sur votre mel personnel un courrier privé à votre députée, Madame de Panafieu, du 17è, la députée envoie votre courrier privé au cabinet du ministre, et le cabinet du ministre l'envoie à qui? Parce que vous êtes un mauvais citoyen? A TF1, c'est-à-dire l'employeur de ce monsieur, qui était cadre du site internet de TF1, il a été licencié.
    Cela veut dire que, aujourd'hui, le pouvoir politique, dans ses liens avec des puissances économiques -en l'occurence la première chaîne de télévision- peut, au fond, violer l'intimité privée, violer une correspondance privée, et accepter qu'une entreprise soit comme le pire des partis politiques, un parti totalitaire, sans droit de dissidence, sans droit d'opinions diverses. Voilà ce que la ministre a laissé faire, et elle n'a même pas, même pas, mis à la porte le membre de son cabinet, qui je crois est le numéro 2 de son cabinet, qui a transmis ce courrier.

Cet article « Jérôme Bourreau-Guggenheim » est issu de Wikimonde Plus.