Encyclopédie Wikimonde

Jérôme Deneubourg

Aller à : navigation, rechercher

Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 115 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

Jérôme Deneubourg, né le à Brou-sur-Chantereine (Seine-et-Marne), est un écrivain français, professeur de culture générale en classes de BTS.

Biographie

Né le à Brou (77), Jérôme Deneubourg a vécu jusqu'à douze ans en Seine-et-Marne au cœur du village de Guermantes (77). Après un bac A1, Jérôme Deneubourg a suivi des études de philosophie, obtenu une maîtrise (sujet : Le corps et le langage : le monde du désir) puis un DEA de philosophie - Formes de la Rationalité (sujet : La nudité), enfin un Capes-Cafep de philosophie.

Œuvres

Livres

En 2009, Jérôme Deneubourg publie une enquête sur l'affaire Ilan Halimi, L'affaire Ilan Halimi, les clés du procès. Le texte est une étude des faits - le gang des barbares -, mais l'auteur s'interroge surtout sur le vocabulaire employé par le principal accusé, Youssouf Fofana (reconnu finalement coupable entre autres de l'enlèvement et de l'assassinat d'Ilan Halimi), un vocabulaire largement antisémite. Alors que bon nombre d'articles visaient à minimiser la portée antisémite du crime, l'auteur a cherché à articuler les propos antisémites du chef du « gang des barbares » avec ses actes. Ainsi, dans un courrier intercepté, l'auteur de l'assassinat, livre sa « définition » des Juifs : "Danger pour l’humanité. Se considèrent comme une race supérieure. Endoctrineur, manipulateur, ennemis à combattre pour le bien-être de l’humanité". L'originalité morbide de ce propos vient qu'il a été mis en œuvre par son auteur au travers des tortures infligées à Ilan Halimi, puis de son assassinat. Ilan Halimi n'a pas été assassiné uniquement parce que les membres de la bande criminelle le pensaient riche, mais d'abord et surtout parce que leur chef estimait que les Juifs étaient des «ennemis à combattre», un groupe social à détruire, car causes du malheur de l'humanité.

Parcours d'un donneur de gamètes, publié en 2018 aux éditions L'Harmattan, est une enquête sur le don de spermatozoïdes en France. Jérôme Deneubourg s'est immergé dans un CECOS (banque de sperme) en effectuant lui-même les démarches qui mènent au don. Son récit interroge philosophiquement le don de gamètes : quelle est cette générosité particulière qui consiste à désirer des enfants, mais sans en avoir de facto ? Au-delà de la réflexion sur le don, le livre critique également la loi actuelle qui refuse l'accès aux origines pour les personnes issues d'un don. En effet, la législation d'aujourd'hui empêche une rencontre entre le donneur et les personnes issues de son don, et ce, même dans le cas où le donneur serait d'accord. À cet égard, les discussions rapportées avec la psychologue du CECOS (manifestement dépassées par les implications philosophiques du sujet) sont savoureuses.

L'auteur explique sa démarche dans une vidéo de l'éditeur.

Geneviève Delaisi de Parseval (psychanalyste) a fait la critique du livre dans un article du journal Libération. GAMÈTES, GAME OVER : "Ce petit livre drôle, érudit, cocasse devrait être lu par tous les décideurs de la future loi de bioéthique, qui devrait enfin voir le jour début 2019", écrit-elle[1].

Le , il a été interviewé par Farida Nouar pour France Info, son portrait est passé dans la Matinale de ce jour[2],[3].

Le dimanche , il a été interviewé par Frédérique Prabonnaud, dans un reportage du 20H de France 2[4],[5].

Critique de Qui a peur d’Annie Ernaux ? de Jérôme Deneubourg, par Nikola Delescluse émission Paludes, Radio Campus Lille, du vendredi 10 janvier 2020[6].

Dominique Cozette a écrit à propos de ce texte dans son blog : "C’est une histoire vraie, touchante, sans fioritures, rapportée d’une belle écriture classique, un peu à la Ernaux, qui montre, ce n’est pas courant, comment un homme peut réagir à une épreuve qui concerne les femmes dans leur plus profonde intimité."[7]

Référencé dans L'Hebdo des NOTES bibliographiques. [8]

Mention dans une critique de LIVRES HEBDO (LH) dans l'article "Une savante, une sirène, une épouse et des militantes sur grand écran"[9].

Audio-visuel

En 2013, Jérôme Deneubourg réalise un court-métrage documentaire sur la guerre d'Algérie[10]. Le personnage principal a refusé de porter des armes, mais s'est trouvé le témoin d'actes de tortures et d'assassinats, et le réfractaire en question n'est autre que son père. Le documentaire – au titre explicite Parler à son père[11] – a reçu le prix du public au festival franco-arabe de Noisy le sec en .

En 2019, le court-métrage Je serai toujours ton père [12] aborde la même problématique que le livre Parcours d'un donneur de gamètes, mais dans la perspective – fictive – d'une rencontre entre donneur et donataire. L'intrigue se déroule dans un futur proche, où les lois de bioéthique sur la PMA auraient changé. Dans cette fiction, les personnes issues d'un don de spermatozoïdes peuvent désormais contacter leur donneur pour le rencontrer. Un garçon de 16 ans a appris qu'il était issu d'un don. Il hésite à faire les démarches : il a très peur que son père en soit blessé. « Dans ce court-métrage, j’ai voulu montrer que la rencontre d’un donneur ne va rien enlever de la relation avec le père-d’intention. Chacun a une place, sa place. », explique l'auteur.

Engagement public

Le , Jérôme Deneubourg signe, aux côtés de personnalités, dont Irène Théry et Annie Ernaux, une Tribune dans le journal Le Monde pour exiger la légalisation de la possibilité de l'accès aux origines pour les personnes issues d'un don: « L’accès aux origines personnelles doit être garanti à tous les enfants conçus par don »[13].

Le 4 janvier 2020, Jérôme Deneubourg signe une tribune, soutenue par plus de 100 personnalités dont Roselyne Bachelot ou Israël Nisand, pour que l’accès aux origines soit garanti pour tous. [14]

Distinctions

  • Prix du public 2013 au festival franco-arabe de Noisy-le-Sec, pour son documentaire « Parler à son père ».

Notes et références

  1. « Gamètes, game over », sur Libération.fr, (consulté le 28 août 2019)
  2. « "Je n'étais traité que comme de la chair génétique" : un homme raconte pourquoi il milite pour la levée de l'anonymat des donneurs de sperme », sur Franceinfo, (consulté le 24 septembre 2019)
  3. « France Info septembre 2019 » (consulté le 23 octobre 2019)
  4. « JT 20H du 6 octobre France 2 » (consulté le 23 octobre 2019)
  5. « Dons de sperme : quelles conséquences après la levée de l'anonymat des donneurs ? », sur Franceinfo, (consulté le 23 octobre 2019)
  6. « Critique de Qui a peur d’Annie Ernaux ? de Jérôme Deneubourg par Nikola Delescluse émission Paludes, Radio Campus Lille du vendredi 10 janvier 2020 »
  7. « Cozette vide sa plume » L’avortement vu par un homme » (consulté le 12 décembre 2019)
  8. « L'Hebdo des NOTES bibliographiques – Analyses littéraires de Bibliothèques Pour Tous », sur www.hebdodesnotes.com (consulté le 7 mai 2020)
  9. « Une savante, une sirène, une épouse et des militantes sur grand écran », sur Livres Hebdo (consulté le 7 mai 2020)
  10. « Bande annonce "Parler à son père" » (consulté le 28 août 2019)
  11. « Court-métrage documentaire "Parler à son père" - réalisation Jérôme Deneubourg » (https://www.youtube.com/watch?v=pHu1q8wyk4c) (consulté le 28 août 2019)
  12. « Je serai toujours ton père. », sur Vimeo (consulté le 7 mai 2020)
  13. « « L’accès aux origines personnelles doit être garanti à tous les enfants conçus par don » », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 28 août 2019)
  14. « « Pour une réforme de la PMA conforme aux droits de l’enfant » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 7 mai 2020)

Liens externes

  • Erreur Lua dans Module:Autorité à la ligne 434 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).