Encyclopédie Wikimonde

Jacques Jacob (peintre et écrivain)

Aller à : navigation, rechercher
Cet article a été automatiquement importé, son contenu peut être sujet à caution.

Le contenu des articles engage uniquement la responsabilité de leurs auteurs (visibles dans l'historique).

Vous pouvez modifier l'article pour l'améliorer directement ou retirer ce bandeau si l'article vous semble correct (en supprimant la ligne {{Article importé}}). Si l'article est trop problématique, il peut être supprimé en retirant tout son texte et en expliquant le motif dans la zone « Résumé » de la page de modification.

Jacques Jacob, né en 1949 à Orsinfaing, est un peintre et écrivain belge.

Autoportrait Jacques Jacob-58-600-480-100.jpg

Biographie

Jacques Jacob est né en 1949 à Orsinfaing[1], dans une famille modeste. Son père est douanier et sa mère est femme au foyer. Durant son enfance, il subit le caractère autoritaire et brutal de son père. À quinze ans, il mesure un mètre quarante. Il refuse de grandir.

Cette période lui inspire un roman "Le Manteau noir". Y est contée l'enfance difficile d'un gamin soumis à un père sec et cruel. Ce gamin dit : « On me fit grandir à coups d'hormones. Vingt centimètres la première année. Ce fut terrible d'être aussi mal dans cette peau qui s'étirait autant ».

Diplômé instituteur, Jacques Jacob professe durant trois années puis renonce à son métier d'enseignant pour se consacrer exclusivement à la peinture, la sculpture, l'illustration et l'écriture. La première exposition de ses œuvres est organisée en 1968. S'ensuivent d'autres présentations de ses œuvres en France, au Luxembourg et en Belgique. En 1975, trois de ses aquarelles sont présentées à la Maison des amitiés de Moscou. Tandis que lors d'expositions personnelles et collectives en Suisse, en Allemagne, aux États-Unis et au Canada, le public découvre des pastels et des toiles de la série Enfance. Jusqu'en 1999, la galerie Art, créée par Jacques Jacob, présente des travaux de jeunes créateurs, des toiles et des sculptures de Jacques Jacob, mais aussi des œuvres issues de collections privées.

Une monographie intitulée "Jacques Jacob", écrite en français par Franz Dominicy et traduite en anglais, paraît en 1982. À partir de cette année-là, Jacques Jacob enseigne le dessin, le pastel, l'aquarelle, la peinture à l'huile et l'acrylique, en France, au Luxembourg et en Suisse.

En 1990, Jacques Jacob s'intéresse au théâtre pour lequel il écrit et joue.

En 2003, il publie son premier roman "Le Manteau noir" où Gérald, hanté par une enfance difficile, n'a de cesse de fuir son passé. Au cours d'une soirée carnavalesque, une angoisse l'oppresse et l'étreint violemment à la gorge.

En 2015, cet ouvrage est suivi d'un autre roman "Ma mémoire à l'ombre de tes mains": un roman d'amour, un drame dont l'actualité nous a fourni de bouleversants exemples.Jacques Jacob y décrit les beautés de l'amour d'un couple face à l'adversité.

Le retour du débardeur

En 2017, il termine son troisième roman "Rien ne sert d'oublier": roman bouleversant, dont l'intensité résulte de la combinaison d'une histoire prenante, d'un suspense et du tic-tac omniprésent du temps. L'auteur nous entraîne, ici, dans les méandres de l'inconscient et de la perversion, en nous livrant, sans la moindre complaisance, une étude psychologique des personnages, l'intimité d'un homme et les dessous obscurs d'une famille.

Jacques Jacob vit et travaille en France.

Publications

  • Le manteau noir, roman, 2003
  • Ma mémoire à l'ombre de tes mains, roman, 2015
  • Rien ne sert d'oublier, roman, 2017

Références

  1. Andr Martin, Dictionnaire des peintres belges (lire en ligne)

Annexes

Bibliographie

  • Franz Dominicy, Jacques Jacob. Œuvres de 1965 à 1980
  • Le Dictionnaire des peintres belges du XIVe siècle à nos jours, Bruxelles : La Renaissance du livre, 1995
  • Dictionnaire biographique illustré des artistes en Belgique depuis 1830, 1995
  • Compendium des œuvres d'art de la collection provinciale (Luxembourg)
  • Armand Braibant, « Art en Gaume, Jacques Jacob », Objectif, n° 21, novembre 1982
  • Encyclopédie biographique (Belgique francophone)[Quoi ?] par Rik Decan Éditions BRD. 1985-1989 D / 1985/3220/4
  • « La place de Gérouville, peinture de Jacques Jacob », Luxembourg tourisme, n° 56, décembre 1979
  • Daniel Polet, Semoys Semois Semoy
  • Jean-Michel Klopp, Un grand oiseau aux ailes de bonheur
  • La Dryade, 1982. Chronique picturale (lire extraits en ligne)
  • Luxembourg News Digest, 1988
  • Culture et loisirs, 2010
  • Rencontre avec les artistes gaumais, textes et poèmes de Fernand Tomasi, éditions Magermans, 1989
  • La Tremblade, n°41, décembre 2010, culture et loisirs, p. 21.

Lien externe

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 163 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).