Encyclopédie Wikimonde

Jacques Jacob (peintre et écrivain)

Aller à : navigation, rechercher

Jacques Jacob, né en 1949, est un peintre et écrivain belge.

Autoportrait Jacques Jacob-58-600-480-100.jpg


Biographie

Jacques Jacob est né en 1949. Son père est douanier et sa mère est femme au foyer. Durant son enfance, il subit le caractère autoritaire et brutal de son père. À quinze ans, il mesure un mètre quarante. Il refuse de grandir.

Cette période lui inspire un roman "Le Manteau noir". Y est contée l'enfance difficile d'un gamin soumis à un père sec et cruel. Ce gamin dit : « On me fit grandir à coups d'hormones. Vingt centimètres la première année. Ce fut terrible d'être aussi mal dans cette peau qui s'étirait autant ».

Diplômé instituteur, Jacques Jacob professe durant trois années puis renonce à son métier d'enseignant pour se consacrer exclusivement à la peinture, la sculpture, l'illustration et l'écriture. La première exposition de ses œuvres est organisée en 1968. S'ensuivent d'autres présentations de ses œuvres en France, au Grand Duché de Luxembourg et en Belgique. En 1975, trois de ses aquarelles sont présentées à la Maison des amitiés de Moscou, tandis que lors d'expositions personnelles et collectives en Suisse, en Allemagne, aux États-Unis et au Canada, le public découvre des pastels et des toiles de la série "Enfance". Jusqu'en 1999, la "Galerie Sept", créée par Jacques Jacob, présente des travaux de jeunes créateurs, des toiles et des sculptures de Jacques Jacob, mais aussi des œuvres issues de collections privées.

Une monographie intitulée "Jacques Jacob", écrite en français par Franz Dominicy et traduite en anglais, paraît en 1982. À partir de cette année-là, Jacques Jacob enseigne le dessin, le pastel, l'aquarelle, la peinture à l'huile et l'acrylique, en France, au Grand Duché de Luxembourg et en Suisse.

En 1990, Jacques Jacob s'intéresse au théâtre pour lequel il écrit et joue.

En 2003, il publie son premier roman "Le Manteau noir". Dans cette œuvre littéraire, Gérald, hanté par une enfance difficile, n'a de cesse de fuir son passé. Au cours d'une soirée carnavalesque, une angoisse l'oppresse et l'étreint violemment à la gorge.

En 2015, cet ouvrage est suivi d'un autre roman "Ma mémoire à l'ombre de tes mains": un roman d'amour, un drame dont l'actualité nous a fourni de bouleversants exemples.Jacques Jacob y décrit les beautés de l'amour d'un couple face à l'adversité.

Le retour du débardeur

En 2017, il termine son troisième roman "Rien ne sert d'oublier": roman bouleversant, dont l'intensité résulte de la combinaison d'une histoire prenante, d'un suspense et du tic-tac omniprésent du temps. L'auteur nous entraîne, ici, dans les méandres de l'inconscient et de la perversion, en nous livrant, sans la moindre complaisance, une étude psychologique des personnages, l'intimité d'un homme et les dessous obscurs d'une famille.

En 2018, il publie "Le cœur au passé", un roman captivant où la parole de la femme se libère face aux perversions morales qui lui sont imposées.



Publications

  • 1982 Un éternel rabat-joie. Nouvelle.
  • 1982 Un esprit détracteur. Nouvelle.
  • 1983 Tante Annick. Nouvelle.
  • 1983 Grand-père tu peux te retourner dans ta tombe. Nouvelle.
  • 1984 Quand les coqs pondent. Comédie en 3 actes.
  • 1987 L'âne de Martin. Conte.
  • 2003 Le manteau noir. Roman.
  • 2011 Qui ne dit mot consent. Nouvelle.
  • 2012 La mère Michel. Nouvelle.
  • 2015 Ma mémoire à l'ombre de tes mains. Roman.
  • 2016 Elle aurait voulu être une artiste. Nouvelle.
  • 2016 Le canif à manche de bois. Nouvelle.
  • 2017 Rien ne sert d'oublier. Roman.
  • 2018 Le cœur au passé. Roman.
  • 2018 Le blé de Fillon. Sketch.
  • 2018 Gudule. Sketch.
  • 2018 Les ramollos. Sketch.


Bibliographie

  • Franz Dominicy, Jacques Jacob. Œuvres de 1965 à 1980.
  • Le Dictionnaire des peintres belges du XIVe siècle à nos jours, Bruxelles : La Renaissance du livre, 1995
  • Dictionnaire biographique illustré des artistes en Belgique depuis 1830, 1995
  • Compendium des œuvres d'art de la collection provinciale (Luxembourg).
  • Armand Braibant, « Art en Gaume, Jacques Jacob », Objectif, 1982.
  • Encyclopédie biographique (Belgique francophone) par Rik Decan Éditions BRD.
  • « La place de Gérouville, peinture de Jacques Jacob », Luxembourg tourisme, décembre 1979.
  • Jean-Michel Klopp, Un grand oiseau aux ailes de bonheur, 1977.
  • La Dryade, 1982. Chronique picturale
  • Luxembourg News Digest, 1988
  • Rencontre, éditions Magermans, 1989.
  • Daniel Polet, Semoys Semois Semoy, 1992.
  • Culture et loisirs, 2010
  • Culture et loisirs, LT, décembre 2010.


Lien externe

Site consacré à l'œuvre de Jacques Jacob.


Cet article « Jacques Jacob (peintre et écrivain) » est issu de Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).