Encyclopédie Wikimonde

Jacques Saraben

Aller à : navigation, rechercher

Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 118 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value). Jacques Saraben est un peintre, dessinateur, photographe, doctorant en histoire de l'art, né en à Périgueux.

Biographie

Jacques Saraben est né en 1939 à Périgueux. Il est le fils des peintres et illustrateurs Julien Saraben et Gabrielle Varailhon-Saraben[1]>

il est membre titulaire de l'Académie des Arts et des Lettres du Périgord.

Travaux

Pour la réalisation d'une thèse de doctorat sur les peintres anglais[2], la toute première dirigée en France sur cette période de la peinture britannique, Jacques Saraben rencontre à Londres, en mars 1972, le peintre Francis Bacon[3] avec qui il se lie d'amitié et réalisera de nombreux reportages photographiques et interviews[4] du peintre de 1972 à 1978. Sa première interview, dans l'atelier du 7, Reece Mews sera partiellement reproduite dans la revue Art Press n° 215[5]. Cette même année, grâce à l'aide de Francis Bacon, Jacques Saraben rencontre et interviewe les peintres anglais les plus célèbres du moment, notamment David Hockney, Peter Blake, Patrick Caulfield, Bridget Riley[1]...

À partir de 1973, Jacques Saraben expose dans de nombreuses galeries et musées, notamment la galerie Condillac[6], la galerie du musée de Beaux-Arts de Bordeaux, au salon du dessin du Grand Palais en 1978[7].

En 1973, Jacques Saraben rencontre Pierre Molinier à Bordeaux et réalisera l'année suivante deux reportages photographiques chez lui[8] ainsi qu'une série de portraits à l'encre et au crayon. Un des portraits de Pierre Molinier par Jacques Saraben est exposé lors de l'exposition 100 ans de portraits aquitains puis acquis par le Musée des beaux-arts de Bordeaux[9]. Ses photographies et dessins de Pierre Molinier sont reproduits dans de nombreux livres sur l'artiste notamment Pierre Molinier : Présence de l'exil de Jacques Abeille (Opales/Pleine Page, 2005), Pierre Molinier et la tentation de l'Orient de Pierre Petit (Opales/Pleine Page, 2005) ou encore Le livre des cendres d'Emmanuelle, dernière parution d'Emmanuelle Arsan (Le Sélénite, 2017)[10].

Pour le festival SIGMA, Jacques Saraben présente en 1974 un travail plurimedia autour de Francis Bacon, intitulé Bacon et son visage.

En , Jacques Saraben, spécialiste de la peinture anglaise[11], est invité par The Byron Society où présente un diaporama de ses recherches à la Chambre des lords et, en 1977, il signe la préface du catalogue de l'exposition De Gainsborough à Francis Bacon organisée par le Musée des beaux-arts de Bordeaux[12] qu'il présente au Prince Charles[13].

En 1989, alors président des Artistes Indépendants d'Aquitaine, il filme les grands artistes bordelais dans leurs ateliers puis expose lors du 60e Salon où sera « dévoilé » pour la première fois la toile Le Grand Combat de Pierre Molinier, prêtée pour l'occasion par Roland Dumas[14].

En 1991,il initie une collaboration avec le poète Kenneth White avec qui il expose à Bordeaux, puis en 1991, au Salon de La Rochelle. En 1994, il participe à l'atelier géopoétique de Kenneth White lors de l'événement La Poésie de la Terre et signe plusieurs portraits pour le livre Le monde ouvert de Kenneth White (1995)[15].

À partir des années 1990, Jacques Saraben produit les illustrations de nombreux ouvrages de Michel Testut, Gérard Marty, Jacques Abeille...[16]

Le , une photographie réalisée par Jacques Saraben dans l'atelier de Francis Bacon en 1972 est vendue aux enchères par Artcurial au profit de l'écrivain Pierre Guyotat et sera adjugée 3100 euros (Catalogue Artcurial 87, donation, amis de Pierre Guyotat.)

En 2017, une de ses photos réalisées chez Pierre Molinier illustre l'édition de Le livre des Cendres d'Emmanuelle de Louis-Jacques Rollet-Andriane (Emmanuelle Arsan) paru aux éditions Le Sélénite[17].

Conservation

Peintures et dessins

Photographies

En 2018, trois photographies de Francis Bacon par Jacques Saraben entrent dans la collection de la Fondation Francis Bacon de Monaco.

Publications (sélection)

  • Galerie des Beaux-Arts de Bordeaux De Gainsborough à Bacon (préface du catalogue de l'exposition, 1977)
  • Jacques Abeille, Présence de l'exil, Opales/Pleine Page, (ISBN 2-913406-20-3)
  • Pierre Petit, Pierre Molinier ou la tentation de l'Orient, Le Sélénite, (ISBN 2-908799-79-0)
  • Pierre Gonthier et Bernard Giraudel, Dordogne, le plus proche des pays lointains, La Lauze,
  • Michel Testut, Petits matins, Itinérances,
  • Molinier et Chaveau, Entretien, Pleine Page,
  • Louis-Jacques et Rollet-Andriane, Le livre des cendres d'Emmanuelle, (Le Sélénite, (ISBN 979-10-96287-13-0)

Notes et références

  1. 1,0 et 1,1 >Françoise Cheyrou, « Jacques Saraben, l’Art sans frontière - Esprit de Pays Dordogne-Périgord », Esprit de Pays Dordogne-Périgord,‎ (lire en ligne, consulté le 22 mars 2018)
  2. JACQUES SARABEN et Jean Béranger, « Les tendances des arts graphiques en grande-bretagne depuis 1945, plus particulierement la peinture », [s.n.], (consulté le 22 mars 2018).
  3. (en) Herve Vanel, Francis Bacon, Entretiens, Ed. Carré, coll. « Arts & esthétique » (no 5), (lire en ligne).
  4. « Bacon à pleine bouche. Beaubourg ouvre les oeuvres de Francis Bacon comme des portes, saluant la naissance d'un classique. », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 20 mars 2018)
  5. Art Press, Art Press n°215, , Francis Bacon par Jacques Saraben (interview)
  6. « CCFr | Base Patrimoine : Jacques Saraben: Galerie CondillacBordeaux, 20 avril-8 mai 1976  / [préf. de Paul Gayrard] », sur ccfr.bnf.fr (consulté le 21 mars 2018)
  7. « LES EXPOS & EVENEMENTS », sur jacques.saraben.free.fr (consulté le 20 mars 2018).
  8. « Αφιέρωμα στον Pierre Molinier, πρωτοπόρο του body art και μαιτρ της φετιχιστικής χαρτοκοπτικής. », LiFO,‎ (lire en ligne, consulté le 29 mars 2018).
  9. 9,0 et 9,1 « Joconde - catalogue - dictionnaires », sur www2.culture.gouv.fr (consulté le 21 mars 2018).
  10. « Pleine page rechercher », sur editeur.pleinepage.fr (consulté le 20 mars 2018).
  11. Pauline Pieri, « L’académie s’étoffe et délivre des prix », SudOuest.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 22 mars 2018).
  12. Gilberte Gilberte Martin-Méry, Dennis Farr, Lindsay Errington, James White et Jacques Saraben, La Peinture britannique de Gainsborough à Bacon, Galerie des Beaux-Art (lire en ligne).
  13. Suzanne Boireau-Tartarat, « Jacques Saraben, regard révélateur », En Périgord, le plus proche des pays lointains,‎
  14. Jacques Saraben, Soixantième anniversaire des Artistes Indépendants d'Aquitaine, Mécénart, , 72 p.
  15. Michèle Duclos, Le monde ouvert de Kenneth White: essais et témoignages, Presses Univ de Bordeaux, (ISBN 9782867811609, lire en ligne).
  16. « Worlcat identity »
  17. (en) « Le Sélénite - Livre des cendres d'Emmanuelle », sur Le Sélénite (consulté le 20 mars 2018).

Sources

  • Site officiel de Jacques Saraben.
  • Revue Art Press n° 215.
  • Articles du journal Sud-Ouest.
  • Catalogues de la Galerie Condillac.
  • Catalogue Salon du Dessin au Grand Palais (1978).
  • Catalogue Artcurial, vente au profit de Pierre Guyotat.

Liens externes

  • Erreur Lua dans Module:Autorité à la ligne 424 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).