Encyclopédie Wikimonde

Jardin botanique andin Pitunilla

Aller à : navigation, rechercher
Le site du jardin botanique andin

Le Jardin botanique andin Pitunilla est un jardin botanique en cours de réalisation, se situant dans les Andes, précisément dans le district de Chumpi, (département d'Ayacucho) au Pérou

Histoire

Le Pérou est l'un des pays au monde où la biodiversité est la plus riche: 25000 espèces de plantes, soit 10% de la flore mondiale. Cependant la géographie accidentée du pays (désert de la côte du Pacifique, cordillère des Andes, forêt amazonienne) rendent leur découverte longue et difficile.

C'est pourquoi Pierre-Olivier Combelles et Katia Humala-Tasso ont formé le projet de réunir une partie d'entre elles –les plantes andines de moyenne altitude non amazoniennes- dans un même lieu accessible au public. Ce projet qui date de plusieurs années avait été entrepris initialement en Bolivie à Sorata[1] mais il a dû être abandonné en raison de la situation insurrectionnelle.

Pierre-Olivier Combelles et Katia Humala-Tasso ont trouvé à Pitunilla (2700-3000 m d'altitude), leur domaine agricole ("hacienda") des Andes méridionales du Pérou (district de Chumpi, province de Parinacochas, Ayacucho), de bonnes conditions pour recommencer et le travail s'est effectué de façon normale depuis novembre 2004. La réalisation du projet s'effectue sous la responsabilité de Pierre-Olivier Combelles, avec le concours de l'Institut Andin d'Études Ethnobiologiques (Paris) et de l'Instituto Andino de Estudios Etnobiológicos (Lima), deux associations jumelles.

Le jardin botanique Pitunilla (nom quechua d'un cactus local aux belles fleurs jaunes parfumées, Corryocactus sp.), tel que ses créateurs l'imaginent, sera à la fois un conservatoire botanique et un parc où l'aspect esthétique sera privilégié. Le site choisi est l'enclos Quirauniyocc (“le berceau”), situé à l'extrémité SE du domaine des Vaux de Pitunilla, sur un promontoire dominant le vallon du Tastamayo, le ravin du Saccayoc et la vallée de la rivière Acos au loin. S'étendant sur 5 hectares, il comprend une partie supérieure en forme de cuvette (1,5 ha) et des pentes plus ou moins fortes où poussent actuellement de beaux exemplaires de molle (Schinus molle), des cactus columnaires (Cereus) et de tasta (Escallonia angustifolia).

Begonia octopetala, une des espèces présentes à Pitunilla

C'est un ancien cimetière préhispanique, ceux-ci étant toujours installés sur des hauteurs dominant un vaste paysage. Musée vivant, le jardin botanique regroupera les plantes les plus représentatives des Andes adaptables au climat et à l'altitude de Pitunilla: arbres, arbustes, plantes cultivées, médicinales, ornementales, surtout xérophytes. L'accent sera mis sur les arbres et arbustes à fleurs (Cantua buxifolia, Kageneckia, Lycianthes lycioides, Chuquiragua, Barnadesia, Delostoma roseum [1],Lupinus, Begonia octopetala etc.), Cactacées), en commençant par les espèces locales et régionales.

La région de Coracora est le berceau de la cantuta (Cantua buxifolia), la fleur sacrée des peuples andins, qui pousse à l'état sauvage sur les montagnes environnantes, au-dessus de 3000 mètres d'altitude. C'est également un lieu d'observation privilégié pour le colibri géant (Patagona gigas) qui butine les fleurs de Puya (Bromeliaceae) qui s'accrochent au flanc des ravins.

État d'avancement des travaux

Le projet en est au premier stade. La préparation du terrain (qui était quasi abandonné, comme le reste de la propriété)a commencé en décembre 2004: réparation des rigoles d'irrigation, nettoyage du terrain, labourage de certaines parcelles où ont été semées des cultures andines (pomme de terre, maïs, quinua, kiwicha,cucurbitacées), plantation de clôtures de maguey (Agave americana) au bord des précipices. Les premières plantations expérimentales d'espèces locales ont été effectuées en 2005-2005. Au plan scientifique, les créateurs ont entrepris l'inventaire de la flore locale (notamment des Cactacées) qui sera étendu à la région et aux régions voisines. Des publications sont en cours. Le projet de jardin botanique et l'I.A.E.E. accueillent à Pitunilla des stagiaires, soit étudiants (Botanique,Zoologie, Ecologie), soit S.V.E (Service de Volontariat Européen).

Note

  1. Le Courrier de la Nature N°188, nov-dec 2000

Bibliographie

  • P.-O. Combelles et K.K. Combelles, Faune et flore d'une vallée de la cordillère des Andes méridionales du Pérou. Le Courrier de la Nature, numéro 226 (mai-juin 2006) : 24-31
  • P.O. Combelles, Le jardin botanique Purani Churiquimbaya. In : Le Courrier de la Nature N°188 (juillet-août 2000) : 34-38.
  • J. Fjeldså et N. Krabbe, Birds of the High Andes. Zoological Museum, University of Copenhagen (Danemark, 1990): 876 p.
  • de la VEGA, Inca Garcilaso, Commentaires royaux sur le Pérou des Incas (Lisbonne, 1609), Paris, 1994.
  • Hans-W. & Maria Koepcke, La cuenca del lago Parinacochas, región ideal para parque nacional. Boletín del Comité nacional de protección a la naturaleza, vol XV – 1956, Lima – Perú.
  • M. Neveu-Lemaire et G. Grandidier, Notes sur les mammifères des hauts plateaux de l'Amérique du sud. Mission scientifique G. De Créqui-Montfort et E. Sénéchal de la Grange. (Paris, 1911)
  • Popenoe et al., Lost crops of the Incas. (Washington, 1989)
  • M. Walters, L'inventaire des oiseaux du monde. Plus de 9000 espèces d'oiseaux. (Delachaux et Niestlé, coll. La bibliothèque du naturaliste, 1996)
  • A. Weberbauer, El mundo vegetal de los Andes peruanos- Estudio fitogeografíco. (Lima, 1911)
  • J. Roque & K. Ramirez, Flora vascular y vegetacion de la Laguna de Parinacochas y alrededores (Ayacucho, Peru). Revista peruana de Biologia, 2008 [2]

Lien externe

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).