Encyclopédie Wikimonde

Jean-Christophe Canter

Aller à : navigation, rechercher

Jean-Christophe Canter
Fonctions
Maire de Senlis
Prédécesseur Arthur Dehaine
Successeur Pascale Loiseleur
Biographie
Date de naissance (57 ans)
Nationalité Français
Parti politique UMP, CNIP
Profession Directeur de la communication

Jean-Christophe Canter (né en 1960) est un homme politique français.

Biographie

Origines et formation

Né le à Nice, dans les Alpes-Maritimes, Jean-Christophe Canter est titulaire d'une maîtrise en droit des affaires[1].

Carrière

Jean Christophe Canter a commencé sa carrière comme attaché à la direction générale du Figaro, responsable du Figaro Grandes écoles[1].

Membre de l'UMP, il est élu en 2008 maire de Senlis sous l'étiquette divers droite contre le candidat officiellement investi par son parti, Christian Patria et qui bénéficie du soutien d'Éric Woerth le président de l'UMP départemental. Il succède à Arthur Dehaine qui a dirigé la ville pendant 34 ans après une campagne décrite par la presse comme une véritable guerre[2].

Il est mis en examen le 30 septembre 2009 pour délit de favoritisme et prise illégale d'intérêt dans sa fonction de maire dans le cadre de l'attribution de marchés publics pour l'organisation de marchés de Noël et du terroir en 2008[3]. La justice lui reproche également l'utilisation de la carte bleue de la régie municipale[4]. En mars 2010, huit conseillers municipaux élus sur sa liste passent dans l'opposition, faisant ainsi perdre au maire sa majorité[5]. Il nie et affirme que derrière les accusations qui le visent se cache la volonté d'Éric Woerth de lui faire payer la défaite de son poulain en 2008 : ainsi, selon lui, son propre parti aurait monté un « complot » contre lui et des conseillers municipaux UMP de Senlis l'auraient « poignardé dans le dos »[4].

Lors de l'élection municipale partielle de , la liste qu'il conduit est devancée au second tour, avec 33,96 % des suffrages exprimés, la liste divers droite de Pascale Loiseleur l'emportant avec 55,18 %[6].

Il siège actuellement au conseil municipal de Senlis en tant qu'élu d'opposition.

Il se présente aux élections cantonales de 2011 dans le canton de Senlis, où il recueille moins de 9 % des voix, ce qui ne lui permet pas de se maintenir au second tour.

Depuis juin 2011, il est président de la fédération du CNIP de l'Oise et membre du comité directeur de ce parti[réf. nécessaire]. Depuis mars 2012, il est secrétaire national du CNIP[réf. nécessaire].

Ouvrage

Notes et références

  1. 1,0 et 1,1 Jean-Christophe Canter, 2009.
  2. Céline Lis, « La Guerre des Trois aura bien lieu », Le Figaro,‎
  3. Marché de Noël de Senlis : le maire mis en examen, TF1
  4. 4,0 et 4,1 « Jean-Christophe Canter : “Je tiendrai jusqu'en 2014” », Le Parisien,‎
  5. « Canter n'a plus de majorité », Le Parisien,‎
  6. « Loiseleur (DVD) élue maire de Senlis », dépêche AFP reprise par Le Figaro, 23 janvier 2011.

Liens externes

  • Erreur Lua dans Module:Autorité à la ligne 342 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).
Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 175 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).