Encyclopédie Wikimonde

Jean-Claude-Lazare Malpertuy

Aller à : navigation, rechercher

Jean-Claude Lazare Malpertuy est un diplomate français, né le 2 septembre 1857 à Le Krey en Turquie, mort le 26 octobre 1926[1]. Sa carrière s'est principalement déroulée au Maroc en période de concurrence coloniale entre la France et l'Allemagne dans ce pays.

Biographie

Jean-Claude Lazare Malpertuy débuta sa carrière dans le corps diplomatique à Izmir (Smyrne) en Turquie. Il fut ensuite affecté à Djeddah, Jérusalem, Tauris en Arménie[2], Téhéran et enfin Tripoli.

Sa première affectation au Maroc eut lieu en 1893 comme interprète à Tanger[3]. Il devint 1er drogman en 1894 auprès de Joseph-Raymond Baylin de Monbel (envoyé extraordinaire et ministre plénipotentiaire). En 1898 il fut nommé vice-consul à Fez avant de devenir consul de France à Mogador de 1899 à 1901. Il prit ensuite le poste de consul de France à Casablanca en 1902; poste où il œuvra à étendre l'influence de la France dans le pays en vive concurrence avec l'Allemagne. Il était notamment consul lors des émeutes qui frappèrent la ville en 1907[4] et resta à ce poste jusqu'en 1910. Il est à noter que M. Malpertuy informa le Comte de Saint-Aulaire, chargé d'affaires de la République française au Maroc dès le 15 octobre 1906 de l'iminence de troubles[5].

Le 5 janvier 1903, il fonde la Société Française de Bienfaisance de Casablanca[6][7] qui continue toujours son activité au Maroc de nos jours.

Jean-Claude-Lazare Malpertuy est titulaire de la légion d'honneur.

Voir aussi

Bibliographie

Liens externes

Notes et références

  1. Certificat
  2. Henry Binder; Au Kurdistan en Mésopotamie et en Perse: (Mission scientifique du Ministère de l'instruction publique); Ed. Maison Quantin, 1887, pp. 61-70.
  3. Almanach de Gotha: annuaire généalogique, diplomatique et statistique; Publié par Justus Perthes, 1894
  4. L'illustration, n°3363 du 10 août 1907.
  5. Lettre d'avertissement du 15 octobre 1906 (Source collectionneur privé)
    M. Malpertuy, Consul de la République française à Casablanca au Comte de Saint-Aulaire, Chargé d'affaires de la République française au Maroc.
    Casablanca, le 15 octobre 1906.
    Je crois de mon devoir de vous faire part de nouvelles qui me parviennent de l'intérieur au sujet d'un mouvement général contre Casablanca qui se préparerait chez les tribus voisines de notre ville. En temps ordinaire, je n'attacherais aucune importance à ces sortes de bruits dont les Arabes sont coutumiers, s'ils ne revêtaient, dans la circonstance, une certaine gravité. En effet, il me revient que le Chérif Bou-Azzaoui se serait placé à la tête de ce mouvement et qu'il prêche, en ce moment, au grand jour la guerre sainte.
    Si l'on tient compte de la mentalité actuelle des Indigènes, les excitations de cet agitateur fanatique trouveront un champ tout préparé à l'éclosion des pires excès. L'autorité du Sultan a disparu depuis trop longtemps pour en imposer aux tribus; d'autre part, le Gouverneur de notre ville Si Boubeker Ben Bouzid, qui est le prototype du fonctionnaire fanatique, a déjà prouvé son incapacité et sa coupable incurie dans la dernière affaire des gens de Maelaïnin. Nous devons donc sérieusement envisager les événements actuels; ils ont une tournure d'autant plus sérieuse qu'ils se déroulent dans une atmosphère fanatique et anti-européenne nouvellement créée par un marabout exalté.
    Casablanca est le port le plus important de la côte marocaine ; il est aussi le centre d'intérêts européens de premier ordre. Cette situation exceptionnelle aurait dû guider le Makhzen dans le choix du Gouverneur de cette ville. Il n en a cependant tenu aucun compte en nommant Si Boubeker Ben Bouzid. Ce fonctionnaire est un danger pour les Européens en même temps qu'un mauvais administrateur. Par son manque d'énergie et son insouciance voulue, nous sommes à la merci du premier coup de main, d'où qu'il vienne; les faits passés l'ont prouvé. Il y a donc urgence, à remplacer ce Pacha par un autre plus à la hauteur de sa tâche.
    Malpertuy
  6. La Société Française de Bienfaisance fête ses 110 ans, 12 avril 2013
  7. Casablanca et la France : Mémoires croisées XIXe et XXe siècles. Jean-Luc PIERRE. 2002 Edition A. Retani - La Croisée des chemins, Casablanca (ISBN 978-9981-09-086-7[à vérifier : ISBN invalide])

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).