Encyclopédie Wikimonde

Jean-Eugène van der Taelen

Aller à : navigation, rechercher

Jean-Eugène van der Taelen (né en 1917 à Zurich en Suisse et décédé le 12 janvier 1996) est un militant d'extrême droite belge .

Biographie

Jean-Eugène van der Taelen est né à Zurich en 1917, alors que son père y exerçait des fonctions consulaires pour le compte du Royaume de Belgique. De mère italienne, il entre en contact avec le fascisme italien et est fasciné par les régimes autoritaires.

Séduit par le rexisme avant-guerre, il adhère au mouvement jusqu'en 1939. Il aide un certain nombre de proscrits à franchir la frontière française ou hollandaise comme le poète expressionniste flamand Wies Moens. Arrêté pour ses activités, il écope de quinze ans de prison (il en fera trois dans les prisons de Bruges (où on lui brisera les genoux à coups de crosse[réf. nécessaire]) et de Saint-Gilles-lez-Bruxelles). Il y côtoie Robert Poulet, Victor Matthys et Auguste Borms entre autres.

Il passe ensuite les années 1950 en France; dans les années 1960, il voyage au Liban et en Syrie. Un rapport de ce voyage paraîtra dans la revue "Jeune Europe" de Jean Thiriart. Intéressé par les activités de la "Nouvelle Droite", après l'implication de celle-ci dans la gestation et le lancement du "Figaro Magazine", il fréquente les "grandes conférences du GRECE", animées par Georges Hupin (président du GRECE-Belgique) avant de fonder avec Robert Steuckers le cercle EROE ("Études, Recherches et Orientations européennes", qui existera de 1982 à 1992. Il fonde la revue "Vouloir" en 1983[1].

Il milite à l'UDRT, un parti dirigé par Robert Hendrick. Dans les années 1990, il se rapproche du "club de l'Horloge" français, dirigé par Henry de Lesquen et Yvan Blot, avec qui il se lie d'amitié. Il crée avec Robert Steuckers et Frédéric Erens le "Club du Beffroi".

À la suite de la dissolution de l'UDRT, il fonde avec le sénateur libéral belge Jean-Pierre de Clippele, la "Ligue des Contribuables" belge, association liée au "Bund der Steuerzahler" allemand et à un équivalent suédois. Il voyage à travers le monde, dans la cadre de la "World Taxpayers’ Association".

Après avoir milité au Parti des forces nouvelles, en 1994 il crée, avec Pieter Kerstens, et avec l'aval de Robert Steuckers, le BIS.

Miné par la maladie, il tente, durant les derniers mois de son existence, de coordonner les activités des mouvements identitaires et nationaux belges, mais en vain. Il meurt en janvier 1996, sans jamais avoir cessé de travailler.

Voir aussi

(fr) Biographie complète sur le site Altermedia

Notes et références

  1. Nouvelles de Synergies européennes, n° 17, janvier 1996, p.2, Jean van der Taelen


Cet article « Jean-Eugène van der Taelen » est issu de Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).