Encyclopédie Wikimonde

Jean-Paul Bindel

Aller à : navigation, rechercher

Jean-Paul BINDEL (Hanshi) est le fondateur de L'Ecole Française de Budo, le créateur du Toreikan Budo et un pionnier du Kyusho Jitsu en France. Un expert français des arts martiaux, il a côtoyé et travaillé depuis plus de quarante ans des experts français et étrangers notamment japonais et américains[1]. Il est le créateur du Toreikan Budo, un Art Martial reconnu en France par la Fédération Française de Karaté et Disciplines Associées (F.F.K.D.A.), et au niveau mondial par l'International Fédération of Nippon Budo (I.F.N.B.), et l'International Budo Association (I.B.A.)[2].

Biographie

sans cadre

Né le 7 mars 1947 à Paris de Lucien Bindel et de Jeanine Poirier , Jean-Paul Bindel ne commence la pratique martiale qu'en 1967 par le Judo dans sa ville natale de Mazamet (Tarn) avec Roger Olazabal. Il part ensuite pour Toulouse, où en parallèle avec ses étude universitaires (droit, criminologie et sciences politiques), il continue de manière assidue la pratique du judo, obtenant sa ceinture noire en deux ans, une progression sur les tatamis confirmée par des succès en compétition (une vingtaine de titres régionaux, vice-champion de France universitaire). Il s'entraine alors avec Pierre Nectoux (pionnier des arts martiaux à Toulouse, élève de Ichiro Abe, qui deviendra plus-tard 10° dan et directeur du Kodokan). Sa pratique du judo continuera par la suite, alors qu'il travaille au sein de la police, par le travail technique et la compétition (un titre de vice-champion de France de la Police). Durant ses années universitaires il pratique également le Tae Kwon Do avec Lyu Sung Koo (Coréen, 6° dan, qui formera de nombreux champions et hauts gradés), l'Aïkido avec Bernard Grenier et le karaté avec plusieurs professeurs dont André Sajous.Il remportera également quelques compétitions régionales en Karaté. Durant son service militaire il remportera en 1973 le championnat de France de tir de combat par équipe. Sa carrière de compétiteur s'achèvera par un titre de vice-champion de France Police en Sambo[3]. Sa rencontre avec Minoru Mochizuki et Hiroo Mochizuki sera décisive, il suivra plusieurs stage avec ces deux maîtres. Devenant le premier enseignant de Yoseikan Budo à Toulouse, il ouvrira rapidement une section au sein du club de Judo qu'il anime, et formera plusieurs autres enseignants dans cette discipline[4]. Il devient inspecteur de Police à Paris en 1977, et va continuer à s'entrainer de manière éclectique, pratiquant Judo, Aïkido, Karaté, Ko-Budo, Kenpo, Yoseikan-Budo, Tae Kwon Do) et Chinna. Pendant cette période, il s'engage activement auprès d'Hiroo Mochizuki, premier Européen reçu à l'examen de 4° dan de Yoseikan Budo en 1979, étant déjà son assistant, il remplace alors le maître au sein de son club parisien quand celui-ci est en stage. Il sera nommé Professeur 2° degré (ou Kyoshi) de Yoseikan Budo le 17/07/1980[5]. Il passe des diplômes d'état ou fédéraux de professeur dans la plupart des disciplines qu'il pratique, en les complétant avec les professorats des différents styles de boxe pieds-poings: Full-Contact, Kick-Boxing et Boxe Thaïlandaise. Son travail l'amène vers l'approfondissement du Ko-Budo avec différents maîtres traditionnels:Seïki Togushi, Hiroo Mochizuki et Kenyu Chinen, et avec des enseignants plus "sportifs": Pascal Verhille pour le "nunchaku de combat" et Robert Paturel pour le "Tonfa-Sécurité".[6] Ses vingt-deux ans d'expérience de terrain dans la police judiciaire l'amènent à tester ses connaissances et l'efficacité véritable des différentes techniques apprises sur le terrain.

En récompense de son engagement pour les arts martiaux, Jean-Paul Bindel, reçoit en 1983 et 1985 deux récompenses officielles, la première du Préfet de Police de Paris et la seconde des mains de deux de ses maîtres Hiroo et Minoru Mochizuki, sous la forme d'un diplôme d'honneur pour sa contribution au développement du Yoseikan Budo.[7] Il quittera toutefois l'organisation du Yoseikan Budo, en désaccord avec sa politique interne. Ce sera le point de départ de la création de sa propre école, "l'Ecole Française de Budo".
Cette création ne l'empêche pas de continuer à s'entraîner et de se former dans d'autres disciplines, il participe ainsi en 1989 à un stage à Turin en Italie guidé par Minoru Mochizuki (10ème dan, Meijin), celui-ci lui demandera à cette occasion d'affilier son école à l' "International Federation of Nippon Budo". Jean-Paul Bindel se verra par la suite décerner le grade de 6° dan de Ju-Jitsu et Ko-Budo et le titre de Kyoshi en Ju-Jitsu. Au niveau international, Jean-Paul Bindel organisera plusieurs rencontres avec des équipes italiennes et portugaises. Il participera également à différentes manifestations et stages dans ces deux pays et notamment à un grand stage à Lisbonne (Portugal) avec les maîtres japonais Tadanori Nobetsu, (9ème dan de Karaté), Keiji Tose (10ème dan de Iaido) et Shizuya Sato (10ème dan de Jujitsu). Il lui sera alors proposé d'intégrer l'International Martial Art Federation, invitation qu'il déclinera par respect pour le Maître Minoru Mochizuki qui lui-même l'avait quitté quelques années plus tôt.

Il sera par la suite nommé au 7° dan de Ju-Jitsu au 5ème dan de Kenpo en 1995, par l'I.N.F.B. en 1995, puis au 6° dan de Kenpo, 3° dan de Iaïdo et au titre de Shihan, distinction réservée aux Kyoshi créateur d'une école spécifique, en 2000.[8]

En février 2002 Jean-Paul Bindel est reçu en compagnie de Gérard Olivier (7ème dan Kempo) et Claude Richard (6ème dan Kempo) par Francis Didier, président de la Fédération Française de Karaté qui leur proposera d'intégrer cette fédération, ce qui se fera quelque temps plus tard pour les clubs qui le souhaiteront. Toutefois le terme de Budo étant trop générique il est demandé à Jean-Paul Bindel de trouver un nouveau nom pour sa discipline et celui-ci choisira le nom de Toreikan Budo et référence à son ancien club de Mazamet le Thore Camp.

A cette même époque Jean-Paul Bindel qui pratique le Kyusho-Jitsu de manière accessoire depuis ses débuts en judo décide de se rendre aux U.S.A. pour se perfectionner auprès des experts américains les plus réputés. Le nom de Kyusho a été utilisé pour la première fois par Mikonosuké Kawasihi dans sa méthode secrète de judo à la fin des années 30 il est totalement inconnu du grand public et même des professeurs d'arts martiaux. Henry Plee, 10ème dan de Karaté sera le premier à en dévoiler certains aspects dans son livre « L'art ultime et sublime des points vitaux. » Jean-Paul Bindel effectuera plus de dix voyages aux U.S.A. pour étudier auprès des plus grands experts de cette discipline : il travaillera ainsi avec Mark Kline (qui sera le premier américain à venir diriger un stage en France), George Dillman, Will Higginbotham, Jim Corn, Matt Brown, Steve Stewart, Ken Smith, Leon Jay, Chris Thomas, et beaucoup d'autres. Durant dix ans il organisera des dizaines de stages avec ces experts en France, mais aussi en Allemagne, Belgique, Espagne, Suisse. Il dirigera lui-même par la suite des stages dans ces pays et formera les futurs cadres : Jean-François Lefebvre en Belgique, Gebhard Lammle, Manfred Zink et Rainer Dohm en Allemagne Daniel Suelves, Raul merino et Ricardo Coy en Espagne, Ralph Hodl en Suisse.

En septembre 2006 il se rendra avec un groupe d'experts américains et canadiens en Chine pour y effectuer une tournée d'études et de démonstration. Il passera plusieurs jours au temple de Shaolin où il sera promu au grade de 8ème dan par George Dillman. Il s'agissait à cette époque du plus haut grade décerné par la D.K.I. Il passera également quelques jours de stages à l'hôpital de médecine traditionnelle de Beijing pour y découvrir les rudiments de cette médecine ancestrale. Ayant suivi pendant 4 ans une formation en Shiatsu en France il put progresser assez vite et reçu un diplôme d'initiation. Au cours de ces nombreux voyages Jean-Paul Bindel eu l'occasion de découvrir des disciplines peu, ou même totalement inconnues en France, s'y initier et les faire découvrir à ses élèves européens. Il effectua son premier stage de Modern Arnis avec Chuck Gauss à Indianapolis avant de se perfectionner par la suite avec Ken Smith et d'obtenir son diplôme d'Instructeur de Gaby Roloff, seule femme titulaire de la distinction de « Master of tapi-tapi ». Il fait également découvrir le Small-Circle-Jujitsu, créé par le Maître Wally Jay qui fut le professeur de Bruce Lee, Dan Inosanto et quelques autres…Will Higginbotham qui viendra huit fois diriger des stages d'été à Elne fut le premier à initier des français à cette discipline. Jean-Paul Bindel sera nommé 2ème dan en septembre 2011 par Leon Jay, fils de Wally Jay et héritier de l'école. Enfin il introduira en Europe le Kiai-Jitsu tel que l'enseigne le maître Song Park qui lui délivrera le grade de 6ème dan, plus haut grade décerné à cette époque à seulement trois professeurs dans le monde. Le 28 mai 2011 lors du stage international au Mohamed Ali Training Camp à Deer Lake en Pennsylvanie il est nommé au grade de 9ème de Kyusho-Jitsu et Tuité par George Dillman promu lui-même 10ème dan en novembre 2007 par un collège d'experts américains. Jean-Paul Bindel sera le premier européen titulaire de ce grade.

Durant toutes ces années Jean-Paul Bindel se perfectionne également avec des experts français et européens. Il pratique le Taiji Qan de l'école Chen avec Xuejiao Chen petite fille du grand maître de l'école. Il suit également régulièrement les stages de ses amis Dominique Valera en karaté-contact , Robert Paturel en défense de rue, Cédric Azemat en Wing Chun, Michel Rozzi en Kali, Daniel Blanchet en Aiki Jutsu, Bujustu/Budo [9]. Il se rend régulièrement à Barcelone en Espagne pour y pratiquer le Jujutsu, le Tambojutsu et le Yubibojutsu avec Pau Ramon Planellas, élève des grands maîtres Minoru Mochizuki et Kuniyuki Kai. Il fait régulièrement venir en France l'expert américain Dave Castoldi (10ème de Jujutsu) pour y diriger des stages de défense contre couteau, la spécialité de cet expert depuis plus de 20 ans. Dave Castoldi lui délivrera après un examen de plusieurs heures un grade de 5ème dan dans son école (Castoldi's Street Self Défense) [10] et réunira par ailleurs un jury d'experts en jujutsu comprenant Joe Souza (10ème dan), Tony Maynard (10ème dan), Richard Bunch (9ème dan) et lui-même afin de promouvoir Jean-Paul Bindel au grade de 8ème dan de Jujitsu, son professeur Minoru Mochizuki, qui lui avait décerné le 7ème dan 15 ans plus tôt étant décédé.

Grades et nominations

sans cadre

Grades délivrés par l'International Federation of Nippon Budo ou autres fédérations ou écoles:[11] - HANSHI
- 9° dan D.K.I (George Dillman)
- 9° dan I.B.A (Josh Johson)
- 8° dan Jujitsu (Dave Castoldi, Joe Souza, Tony Maynard, Richard Bunch)
- 7° dan Kobudo (Minoru Mochizuki, Yushio Sugino)
- 6° dan Kiaido (Song Park)
- 6° dan Kempo (Minoru Mochizuki, Yushio Sugino)
- 5° dan Aïkijitsu (Minoru Mochizuki, Yushio Sugino)
- 5° dan de Castoldi's Jujitsu (Dave Castoldi)
- 4° dan Judo (Luc Levannier)
- 4° dan Yoseikan-Budo (Hiroo Mochizuki)
- 3° dan Iaido (Minoru Mochizuki, Yushio Sugino)
- 3° dan Taïdo (Robert Cassol)
- 4° degré Kick-Boxing (Joel Goncalves)
- 3° degré Full-Contact (Dominique Valéra)
- 4° degré Tonfa-sécurité (Robert Paturel)
- 2° dan Small Circle Jujitsu (Leon Jay)

Filmographie

Kyusho-Jitsu Black Forest Camp 2009 - Distribution Mario Masberg
Self-Defense Ultime L'art secret des Points vitaux –vol 1 - Karate Bushido
Vaincre sans effort - tecniques secrètes des points vitaux - vol 2

Références

Liens externes

Article publié sur Wikimonde Plus.