Encyclopédie Wikimonde

Jean-Pierre Domingue

Aller à : navigation, rechercher
La page Modèle:Infobox/Pictogramme/Jean-Pierre Domingue.css n’a pas de contenu.
Jean-Pierre Domingue
Naissance Montréal
Nationalité Franco-canadienne
Pays de résidence France
Profession

Jean-Pierre Domingue (né le 29 avril 1960 à Montréal) est un photographe franco-canadien.

Débuts

Jean-Pierre Domingue naît à Montréal de parents d'origine canadienne, il est père de trois garçons. Il est initié par sa passion pour les revues de photos telles que Camera et Zoom. Il débute dans la photographie de mode et publicité à 19 ans et marque un temps d'arrêt en 2010 après trente années dans la mode pour se consacrer pleinement à la photographie d'art et au reportage photo. Il n'a jamais cessé d'alimenter sa passion de l'image en travaillant constamment sur ses images personnelles lorsqu'il était en déplacement pour des clients. Il est reconnu pour ses paysages, ses nus.

Il décide alors de quitter Montréal pour Paris à 18 ans afin de rencontrer le célèbre photographe de mode Guy Bourdin après avoir découvert son travail dans le magazine Photo. Après plusieurs tentatives infructueuses, il finit par le rencontrer par hasard en accompagnant sa petite amie mannequin de l'époque qui effectuait une séance photo pour Vogue[1], et à la suite devient son assistant[2]. Durant son retour à Montréal, de 1981 à 1984 Jean-Pierre Domingue ouvre son studio et obtient ses premières parutions dans les magazines de mode canadiens, et fait également de la publicité[3].

Parcours dans la mode et la publicité

Fichier:Jpdomingue.jpeg
Jean-Pierre Domingue 2013

Dès son retour à Paris en 1984 ou il vit depuis, Jean-Pierre Domingue est embauché chez l'agence de mannequin Karin Models en tant que scout et crée le testboard (département newfaces)[3]. Lors de ses voyages de recrutement, il ramena beaucoup de jeunes modèles à Paris, et fit démarrer entre autres la carrière d'Helena Christensen et d'Angie Everhart qu'il prend en photo en 1993 dans le magazine Photo, précédé d'un interview de lui-même en 1990[4],[5],[6].

Par la suite Jean-Pierre Domingue quitte l'agence de mannequins pour se concentrer pleinement sur la photographie de mode. Il ouvre son propre studio, aujourd'hui le Redstudio, dans lequel se déroulent toutes ses prises de vue à Paris. Ayant des contacts dans les magazines de mode, et dans les maisons de couture[1], il rencontre un réel succès[7] dans la photographie de mode. Il travaille alors avec les revues de mode les plus influentes comme Vogue (France, Espagne), ELLE (Italie, Québec), Surface, Tank, Depeche Mode, Votre Beauté, et Jardin des Modes magazine dans lequel il fait le portrait de Serge Gainsbourg[3], il photographie aussi des célèbres mannequins, tels que Laetitia Casta, Estelle Lefébure, Chandra North (en), Diane Kruger, Roberta Chirko, et plus récemment Lara Stone et Enikő Mihalik en 2008. Ses clients comptent l'Oréal, Yves Saint Laurent, Dior, Wonderbra, La Redoute, etc..

En 2011 il fonde le Redstudio avec son associé Julien Courtois[8], qui accueille les séances photos des revues de mode telles que Vogue, L'Officiel, Jalouse, Purple et ou de nombreux acteurs et mannequins tels qu'Audrey Tautou, Gaspard Ulliel, Clémence Poésy, Isabelle Huppert, Leigh Lezark, Loan Chabanol et d'autres se sont rendus pour des séances photos.

Jean Pierre Domingue photographie dans son studio photo quelques icônes du rock international, notamment le group Sonic Youth avant leur concert à La Maroquinerie, et également l'acteur Jared Leto en 2012[9].

Expositions

Dans le cadre d'une exposition collective au salon de photo "Photo Off", il expose deux portraits de femmes[10].

Jusqu'à 2009 réticent à montrer son travail personnel, cette année marque un tournant important, et Jean Pierre Domingue décide d'interrompre sa carrière dans la mode et la publicité pour se concentrer sur la diffusion de son travail personnel développé depuis ses débuts photographiques. Il expose en 2010 dans son studio, ainsi que 100 polaroids dans la galerie Basia Embiricos à Paris[11] et fait plusieurs expositions collectives dont une en privé chez lui. Les voyages se font nombreux pour Jean-Pierre Domingue, en particulier sur les sites de l'Unesco. Depuis 2013, il est parti photographier les églises du sud de l'Italie et les momies des catacombes capucines de Palerme[12], les vestiges de Pompéi, les moines cambodgiens et le temple d'Angkor Vat, Hanoï, la Baie de Hạ Long au Viêt Nam, et continue de photographier des mannequins et danseuses.

Il fût à l'origine de la recréation du magazine Camera, avec Bruno Bonnabry-Duval et Eric Fantou, suite à plusieurs rencontres au Redstudio[8].

Expositions personnelles/ Expositions collectives shows

  • Photo Off, salon de photo, exposition collective[10]
  • Galerie Basia Embiricos, "100 polaroids de Jean-Pierre Domingue", Paris, 2014[13]

Notes et références

Voir aussi

Liens externes

  • Site officiel (http://www.jeanpierredomingue.com)
  • Site de son studio : Redstudio (http://www.leredstudio.fr)
  • Parcours de Jean-Pierre Domingue sur l'œil de la photographie : http://www.loeildelaphotographie.com/fr/2014/04/26/l-oeil-des-lecteurs/24791/jean-pierre-domingue-polas
  • Bio de Jean-Pierre Domingue : http://actuphoto.com/27818-laquo-100-polaroids-de-1990-a-2010-raquo-par-jean-pierre-domingue.html

Cet article « Jean-Pierre Domingue » est issu de Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).