Encyclopédie Wikimonde

Jean-René Tréanton

Aller à : navigation, rechercher

Jean-René Tréanton (1925-2015) a été professeur des universités, sociologue s’inscrivant dans la ligne de « l’individualisme méthodologique[1] ».

Biographie

Jeune diplômé de l’École libre des sciences politiques de Paris, avec un mémoire sur le parti travailliste britannique, il est entré au Centre d’études sociologiques (CES-CNRS), où il a collaboré avec Georges Friedmann. Puis il participa avec Michel Crozier, J.-D. Reynaud et Alain Touraine à la création de la revue Sociologie du travail.

Il est l’auteur d’une thèse de droit (mention économie politique) sur le syndicalisme américain (1953).

En 1959, il a quitté le CES pour rejoindre la faculté de lettres et sciences humaines de Lille. Il y a enseigné la sociologie dans le cadre de la licence de philosophie, puis dans le cursus nouvellement créé de la licence de sociologie. Jusqu’à sa retraite il a animé l’Institut de sociologie de Lille[2].

Publications

  • Traité de sociologie du travail, 1961 (réédition 1964), par Georges Friedmann, Pierre Naville, Jean-René Tréanton, Georges Balandier.
  • L'anglais et les sciences humaines, 1966, par Jean-René Tréanton, Patrick Rafroidi, Maurice Pagnoux, John Edwards.

Notes et références

Liens externes

  • Erreur Lua dans Module:Autorité à la ligne 518 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).