Encyclopédie Wikimonde

Jean-Yves Guindon

Aller à : navigation, rechercher

Jean-Yves Guindon est un peintre-aquarelliste québécois

La démarche artistique et professionnelle

Jean-Yves Guindon est né à Buckingham en 1949. Il a habité la ville de Gatineau avec sa famille près de 40 ans. Dès l'âge de 9 ans, il capte l'attention dans son entourage par ses dessins imaginatifs.[réf. nécessaire]

Artiste dans l'âme, Guindon touche à toutes les formes d'art, mais privilégie la poésie, la musique, la sculpture et les arts visuels. Il transforme une pièce de la maison familiale en un capharnaüm où trônent ses multiples travaux artistiques. À 17 ans, son tableau intitulé Humanité mérite le premier prix lors d'une exposition collective dans une boîte à chansons de Gatineau.[réf. nécessaire]

Dans les années 1960, les institutions scolaires outaouaises n'offrent pas de formation en art. Il s'inscrit au Collège algonquin d'Ottawa en arts graphiques, mais le cours est annulé. Afin de ne pas perdre son année scolaire, il s'oriente en récréologie et obtient avec mention son diplôme de directeur des loisirs.[réf. nécessaire] Il travaille pendant 10 ans à la Société d'aménagement de l'Outaouais (SAO). Les trois dernières années, il dirige les destinées de l'aéroport exécutif Gatineau-Ottawa au poste de directeur.

Son besoin d'expression artistique est persistant[Quoi ?]. En 1980, lors d'un atelier d'art à l'Université du Québec en Outaouais, il exprime toute sa créativité. Quelques mois plus tard, il s'inscrit à un atelier d'aquarelle avec l'aquarelliste américain Zoltan Szabo etc'est la révélation[Quoi ?]. Il décide sur-le-champ de quitter son travail de gestionnaire et de se consacrer exclusivement à son art. En véritable précurseur[réf. nécessaire], il développe son style, peaufine ses techniques, expérimente sans cesse. Il crée un engouement chez les artistes[réf. nécessaire] et enseigne ses découvertes. Une clientèle d'amateurs d'art et de collectionneurs s'intéresse à lui et investisse dans son travail.[réf. nécessaire] Son œuvre, qualifiée de réaliste-impressionniste, se distingue par la puissance de la lumière et sa profondeur.[réf. nécessaire]

Sa persévérance, accompagnée d'un travail acharné depuis plus de 50 ans, lui permet aujourd'hui de vivre professionnellement et exclusivement de la vente de ses œuvres et des retombées de son art en Outaouais. Ses pairs le surnomment le maître de l'aquarelle.[réf. nécessaire]

Cheminement et réalisations professionnelles

Sa première exposition solo, dévoilant 40 aquarelles originales, se tient en 1984 au Centre d'exposition de Gatineau. Il reçoit son mentor, le peintre-aquarelliste de réputation internationale Zoltan Szabo, qui commente chacune de ses œuvres. L'exposition est un succès et l'artiste perçoit la confirmation de son talent.[réf. nécessaire]

Cette même année, il ouvre une galerie d'art privée à Gatineau, l'Atelier JeanCadre. Après 8 ans d'opération et un succès inespéré[réf. nécessaire], il choisit le silence de la campagne pour mieux créer[Quoi ?]. Il ferme sa galerie et réalise la grande ambition de sa vie[réf. nécessaire], celle de se consacrer entièrement à son rêve et de vivre de son art.

En 1990, Guindon déménage à Saint-André-Avellin et met sur pied une exposition champêtre sur ses terres. Cette première exposition attire plusieurs centaines de visiteurs en quelques jours.[réf. nécessaire] Cette formule novatrice[réf. nécessaire] connaît un réel succès[réf. nécessaire]. En parallèle, plus de 200 tableaux sont exposés et vendus à Bruxelles lors d'expositions solos.[réf. nécessaire] Plusieurs autres expositions se tiennent au Canada et au Québec. En 2010, il fête les 20 ans de ses expositions en plein air.

En 2011, devant l'engouement[non neutre] pour ses originaux, l'artiste fonde avec sa compagne, Jeannette Veillette Guindon, Les Éditions Guindon spécialisées dans la confection de produits dérivés de ses œuvres. Aujourd'hui, la maison d'édition est la propriété de son fils Jean-Pierre. Ce dernier réalise la conception, l'impression et la vente de reproductions giclées des œuvres de l'artiste Guindon à partir d'une boutique à Gatineau.

Plusieurs reportages médiatiques parlent du parcours original de l'artiste :

  • Personnalité de la semaine, Michel Picard, Radio-Canada, 2009 ;
  • Les grandes entrevues de Gratton, Denis Gratton, Le Droit, 2007.

En août 2007, lors du Sommet de l'ALENA qui s'est tenu à Montebello, des œuvres de Guindon sont choisies et offertes en cadeau aux présidents George W. Bush (États-Unis) et Felipe Calderon (Mexique) et au premier ministre Stephen Harper (Canada[réf. nécessaire]).

L'artiste autodidacte s'impose[non neutre] en Outaouais et au Québec. Il est reconnu sur le marché de l'art comme un peintre-aquarelliste prolifique débordant de créativité et d'ingéniosité, mais aussi comme un gestionnaire efficace qui partage son savoir.[réf. nécessaire] Guindon réussit à développer un style unique dans son œuvre animée d'atmosphères, d'impressions et de moments magiques[Quoi ?]. Ses tableaux illustrent des paysages champêtres et des lieux poétiques puisés à même son environnement et façonnés par son imaginaire et ses émotions personnelles. L'artiste se distingue comme l'un des meilleurs aquarellistes au Québec.[réf. nécessaire]

Apport remarquable ou engagement dans la communauté

Guindon habite La Petite-Nation depuis 25 ans. Il n'hésite pas à parler de ce coin de pays comme d'un terroir fertile en créativité et en inventivité.

À cet effet, l'artiste a participé à la mise sur pied de la série télévisée Les Trésors de la Petite-Nation avec monsieur Daniel Séguin des Productions Quoi! de Gatineau. Fascinés et amoureux[non neutre] de cette région, ils ont conçu et réalisé une série de 13 émissions. Guindon et sa coanimatrice, madame Danielle Grégoire, ont visité 40 lieux pittoresques de La Petite-Nation. La série est diffusée à travers le Québec. Cette visibilité médiatique a permis de positionner La Petite-Nation en tant que région où il fait bon vivre et où il est possible de réaliser ses rêves.[réf. nécessaire]

Avec fierté[non neutre], Guindon assume la présidence d'honneur ou le rôle d'ambassadeur officiel pour une trentaine d'organismes, fondations et corporations :

  • Outaouais en fête, Parc des Cèdres, Impératif français, Gatineau, 2004 ;
  • Souper des Grands chefs, Grands Frères et Grandes Sœurs de l'Outaouais, 2006 ;
  • Symposium Gatineau en couleur, Maison du Citoyen, Gatineau, 2008 à 2012 ;
  • Salon art au pluriel, Centre communautaire Tétreau, Gatineau, 2007 à 2011 ;
  • Fête nationale du Québec en Outaouais, Parc Le Carrefour, Gatineau, 2007 ;
  • Exposition images sur toile, CADO, 2008 à 2012 ;
  • Centre d'intervention des abus sexuels aux familles, CIASF, Gatineau, 2009.

Guindon n'hésite pas à appuyer plus d'une trentaine de causes caritatives annuellement en Outaouais. Ainsi, plusieurs milliers de dollars ont été générés afin de soutenir différents projets et causes communautaires. Voici quelques organismes qui bénéficient de son aide par sa présence et la remise de tableaux pour des levées de fonds :

  • Société Alzheimer de l'Outaouais ;
  • Maison Mathieu-Froment-Savoie ;
  • Fondation CH Papineau et Petite-Nation ;
  • Grands Frères et Grandes Sœurs de l'Outaouais ;
  • Entraide Familiale de l'Outaouais ;
  • Société canadienne du cancer de l'Outaouais ;
  • Centre artisanal de la déficience intellectuelle ;
  • Centraide Outaouais.

Le milieu reconnaît sa générosité à partager son art.[réf. nécessaire] L'artiste désire aider les gens et les organismes de la région, ceux-ci lui ayant permis de s'exprimer et de réaliser son rêve.

Publication et distinctions reçues

L'artiste de la Petite-Nation Jean-Yves Guindon reçoit de l'Université du Québec en Outaouais un doctorat honoris causa en 2011 pour l'ensemble de son œuvre et de son implication communautaire. La cérémonie de la collation des grades de l'Université du Québec en Outaouais s'est tenue au Hilton Lac-Leamy devant plus de 2000 personnes.

L'artiste est décoré de la médaille de l'Ordre de Gatineau par Monsieur le Maire Marc Bureau lors d'une cérémonie à la Maison du citoyen en 2009. Cette distinction, la plus haute de la Ville, couronne son travail persistant.

L'artiste est nommé ambassadeur régional en 2007, académicien en 2009, académicien-conseil en 2011 et maître en beaux-arts en 2013 offert par l'Académie Internationale des Beaux-Arts du Québec à Montréal. C'est le rayonnement de son art, au-delà des frontières régionales, provinciales et nationales, qui lui a valu l'attribution de ces titres honorifiques.[réf. nécessaire] Guindon reçoit une lettre hommage du premier ministre du Québec, Monsieur Jean Charest, pour ses 25 ans de carrière artistique.[réf. nécessaire]

En 2007, Monsieur Mario Laframboise, député d'Argenteuil-Papineau-Mirabel, rend hommage à l'artiste à la Chambre des communes du Canada. Il souligne le prix Académia accordé à l'artiste par l'Académie Internationale des Beaux-Arts du Québec[1].

Guindon obtient le prix Choix du Public lors de l'exposition collective Du pays du matin calme à la grande rivière à l'exposition Corée-Canada en 1997 à la Galerie Montcalm de Gatineau.[réf. nécessaire]

En 2009, Guindon est nommé Personnalité de la Semaine Radio-Canada/Le Droit en guise d'hommage à son parcours exceptionnel en tant qu'artiste engagé dans son art et sa communauté.[réf. nécessaire]

L'artiste reçoit le prix Émérite Culture - Entreprise culturelle de la Chambre de Commerce de la Vallée de la Petite-Nation en 2006 et 2007.[réf. nécessaire]

Il est finaliste en 2007-2008 et 2010 au Gala des Culturiades de la Fondation pour les arts, les lettres et les communications de l'Outaouais (FALCO).[réf. nécessaire]

L'Académie des beaux-arts de Saint-Louis-de-France le reconnaît en 2010 comme académicien associé en degré supérieur pour la maîtrise exceptionnelle de son art.[réf. nécessaire]

Ces honneurs et reconnaissances font de lui un artiste complet et généreux qui reconnaît le privilège de vivre au Québec. Le quotidien Le Droit, sous la plume du journaliste Paul Gauthier citait en 1998 : « Le grand magicien de l'ombre et de la lumière... ».[réf. nécessaire]

Pierre Jury, dans Le Droit, disait de lui en 2002: « Guindon est une machine à organiser. À organiser sa carrière, ses produits dérivés, sa gigantesque exposition champêtre... ».

Jean-Yves Guindon a reçu en novembre 2012 de l'Université du Québec en Outaouais un doctorat honoris causa pour l'ensemble de sa carrière professionnelle et son implication communautaire.

Guindon est remarqué[Quoi ?]

Rassembleur et précurseur, Jean-Yves Guindon crée un véritable mouvement.[réf. nécessaire]

Le concept d'évènement champêtre se développe en Outaouais depuis 1990, autant dans le domaine artistique que dans le secteur agroalimentaire. Les regards sont tournés vers lui, il fait figure de modèle à suivre grâce à sa détermination, son inventivité et son savoir-faire.[réf. nécessaire] Plusieurs organisations et institutions requièrent ses services de conseiller.[réf. nécessaire] Il endosse le rôle d'ambassadeur de trois regroupements importants en art visuel en Outaouais depuis les cinq dernières années représentant plus de 250 artistes et artisans. Ces organisations font appel à sa notoriété afin de mousser et rendre crédible leur événement[Quoi ?].

Il offre[non neutre] des ateliers d'aquarelle à plus de 600 étudiants au Québec. Il vulgarise le médium par une pédagogie novatrice et une vision personnelle.[réf. nécessaire]

Guindon est sollicité fréquemment pour prendre la parole notamment[réf. nécessaire] :

  • Conférence Ma passion pour l'aquarelle.. au Musée des Beaux-Arts du Canada, Ottawa, 2009 ;
  • Discours patriotique Un pays distinct au Parc des Cèdres de Gatineau d'Impératif français, 2004 ;
  • Allocution à Impératif français en compagnie de Raymond Lévesque à la Maison du Citoyen, 2007 ;
  • Discours patriotique Mon pays à la Société nationale du Québec en Outaouais, 2007 ;
  • Conférencier à la table de concertation Tourisme Outaouais avec B. Pelletier et G. Desjardins, 2009.

Reconnu comme personnalité phare[réf. nécessaire], l'artiste s'implique dans plusieurs dossiers artistiques, communautaires et sociaux. Entre autres, les médias l'ont approché pour commenter l'Affaire Robinson-Cinar et le tourisme en Outaouais.[réf. nécessaire]

Il endosse la politique culturelle de La Petite-Nation[réf. nécessaire] et participe à la création et aux activités du Centre d'action culturelle de la municipalité régionale de comté de Papineau.

L'artiste séduit[Quoi ?] et attire des milliers de visiteurs et amateurs d'art dans La Petite-Nation et en Outaouais depuis 1989[réf. nécessaire]. Sa production annuelle, soit plus de 125 œuvres chaque année[réf. nécessaire], trouve preneurs en quelques jours[réf. nécessaire]. L'exposition Guindon est la plus importante exposition d'aquarelles en Outaouais réalisée par un seul artiste[réf. nécessaire]. Plus de 300 œuvres, incluant les reproductions giclées, y sont exposées.

Après 31 ans de carrière et plus de 4100 aquarelles réalisées et vendues à travers le monde, Guindon se considère chanceux de partager ses connaissances et son savoir.[réf. nécessaire]

Note

  1. Jean-Yves Guindon a été reconnu maître en beaux-arts lors du gala Academia XXI, par l'AIBAQ, le 11 mai 2013, à la Maison des Arts Desjardins de Drummondville

Lien externe

Site officiel

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 175 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).