Encyclopédie Wikimonde

Joël Baudouin

Aller à : navigation, rechercher

Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 118 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

Joël Baudouin (1930 † 2013), céramiste français dans les XXe et XXIe siècles, était aussi peintre et sculpteur[1],[2].

Biographie

Joël Baudouin est né à Nantes le . Il a grandi à Angers où son père Henri (1900-1993) élevait des chevaux de courses. Il fréquente quelque temps les Beaux-Arts d'Angers et le Grand séminaire du Mans[3] avant de suivre un apprentissage avec le céramiste et peintre angevin Paul Maudonnet. Il monte ensuite à Paris, où il devient l'élève du peintre André Lhote et de Fernand Léger, dans les années cinquante, puis celui du sculpteur Zadkine à l'Académie de la Grande Chaumière. En 1952, il passe un an en Haute-Égypte, à Garagos, où il dirige un atelier de poterie avec Robert de Montgolfier. En 1957, il va s'installer comme céramiste à Vallauris où il produit plusieurs sculptures monumentales. Il y fréquente, entre autres, Roger Capron et Pablo Picasso. En 1960, il quitte Vallauris et va s'installer à Durtal, en Maine-et-Loire. Il mène alors de front le métier de céramiste et de peintre. Il crée à la fin des années soixante la marque Les Grès du Maine et les ateliers de Durtal emploient dans les années soixante-dix une cinquantaine de personnes et exportent dans le monde entier une gamme de carrelages en grès émaillé. En 1982, il revend la marque au breton Raymond Josse, lequel démonte les ateliers pour les installer à Plancoët.

Il poursuit sa carrière de céramiste dans les années quatre-vingt et devient pendant quelque temps le styliste des Terres cuites des Rairies. À partir de 1995, il se consacre exclusivement à la peinture et continue de produire des sculptures en céramique émaillées jusqu'à la fin de sa vie[1]. Il est mort le à Durtal[4], âgé de 82 ans.

Cheminant toute sa vie en dehors des écoles et des courants, il a laissé une œuvre picturale inclassable aux forts accents surréalistes[5]. Il s'était même reconnu dans le qualificatif de baroque que certains lui attribuaient. Autour de thématiques souvent teintées d'humour, il a mené une recherche de coloriste et s'est exprimé le plus souvent dans des grands formats.

Expositions

  • Musée de l'Athénée, Genève, 1978
  • Invité d'honneur de la ville de Limoges, 1991
  • Rétrospective, invité de la Ville d'Angers, 1993
  • Rétrospective Palais de la Bourse, Nantes, 1994
  • Galerie Ton Schulten Ootmarsum, Pays-Bas, 1996-98
  • La Flotte en Ré, Galerie Sénac de Meilhan, 2004
  • Invité de la ville de Villevêque avec Robert de Montgolfier, 2005[6]
  • Galerie de l'Aubance, Brissac, 2005[7]
  • Abbaye de Bouchemaine, Cinquième salon de la peinture, 2006
  • Rétrospective Durtal, église de Gouis, 2011
  • 49 Regards, Espace d'art contemporain des Anciennes écuries des ardoisières, Trélazé, 2012

Notes et références

  1. 1,0 et 1,1 [PDF] « Joël Baudouin, l'exopeintre », Le Courrier de l'Ouest,‎ (lire en ligne)
  2. Baudouin Joël, 2014
  3. Biographie de Baudouin Joël
  4. Avis d'obsèques, 13 juin 2013.
  5. Galerie de l'Aubance, 2005
  6. Site de la ville de Villevèque
  7. Signalement de l'exposition sur le site de la galerie.

Annexe

Bibliographie

  • Anne Lajoix, L'âge d'or de Vallauris, Les éditions de l'amateur, 1995, p. 130-131

Articles connexes

Liens externes

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).