Encyclopédie Wikimonde

Joseph Agostini

Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Agostini.

Joseph Agostini est un psychologue clinicien et un auteur de théâtre né le à Bastia.

Biographie

Il est diplômé en psychologie de l'université Denis Diderot et titulaire d'un DU de psychotraumatologie[1].

Joseph Agostini entame sa carrière en tant que journaliste et critique de théâtre. Il interviewe notamment des personnalités des médias telles Laure Adler, Philippe Labro[2], Laurent Delahousse[3], Claude Sarraute, pour le premier site français sur l'actualité des médias, Toute la télé. Il signe plus de trois-cent chroniques théâtrales pour La Théâtrothèque[4] [5], et collabore au lancement de la revue Théâtral. Il anime également une série d'émissions d'information sur Fréquence protestante au cours desquelles il reçoit notamment Daniel Toscan du Plantier, Anita Hausser et Marek Halter.

En 2005, il entame des études de psychologie clinique, en travaillant notamment sur le passage à l'acte dans la mélancolie et l'impact du discours parental sur l'enfant. Il se forme au psychodrame analytique individuel à La Pitié Salpétrière et à la psychotraumatologie au service de réanimation pédiatrique de l'Hôpital Necker

Depuis 2003, Joseph Agostini écrit pour le théâtre. Sa première pièce, Les thrènes des roses qu'on assassine, est interprétée par Meg Galetti Boucrot et choisie par Robin Renucci lors des Rencontres théâtrales de Haute-Corse. Il questionne tout au long de son oeuvre, notre rapport à la folie, à la vérité, à la cruauté, au mensonge.

Plusieurs de ses pièces de théâtre ont été mises en scène au Théâtre des feux de la rampe, au Lucernaire, à La Tache d'Encre, au Piccolo Théâtre et au Ciné 13 Théâtre, On peut se pendre avec sa langue est un succès public d'Avignon 2009. Ses textes Œdipe à la folie[6], interprété par Muriel Montossey en 2015, et Barbarie Land, mis en scène par Camille Solal, sont édités chez Alna Editeur. Son spectacle Le dernier secret a été joué au Théâtre des Déchargeurs en 2013 lors d'une conférence du psychanalyste Claude Nachin, au sujet des secrets de famille et de leur impact transgénérationnel. Dans le quotidien Libération, il s'oppose aux thérapies de conversion visant à guérir les patients de leur homosexualité.

Il est le co-auteur du récital « Reggiani, ma nostalgie », avec Barbara Laurent[7]. Son conte, Le petit garçon qui posait trop de questions, est interprété par Olivier Maraval au festival off d'Avignon[8]. Joseph Agostini est également l'auteur de deux ouvrages, aux Editions Envolume, Dalida sur le divan[9], premier essai psychanalytique sur une chanteuse populaire, et Manuel d'un psy décomplexé, un ouvrage de vulgarisation de la psychanalyse. En 2017, il intervient sur le plateau de différentes émissions de télévision en qualité d'invité (France 2, France 3, M6).

Notes et références

  1. « Psychanalyse et médecine », sur www.psychanalyse-medecine.org (consulté le 28 novembre 2016)
  2. http://www.toutelatele.com/philippe-labro-2529
  3. http://www.toutelatele.com/laurent-delahousse-1918
  4. http://www.theatrotheque.com/web/article1571.html
  5. http://www.theatrotheque.com/web/newsprint.php?id=53
  6. Muriel Montossey, une Jocaste passionnée, [lire en ligne (http://www.ledauphine.com/vaucluse/2016/11/16/muriel-montossey-une-jocaste-passionnee)]
  7. Super User, « Barbara Laurent » (http://www.ingeniousmag.net/art/barbara-laurent), sur www.ingeniousmag.net (consulté le 7 janvier 2017)
  8. http://www.regardencoulisse.com/le-petit-garcon-qui-posait-trop-de-questions/
  9. http://editionsenvolume.com/interview-de-joseph-agostini-sur-france-bleue/

Cet article « Joseph Agostini » est issu de Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 175 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).