Encyclopédie Wikimonde

Justine Emard

Aller à : navigation, rechercher

Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 118 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

Justine Emard, née le 26 janvier 1987 à Clermont-Ferrand, est une artiste plasticienne française.

Biographie

Elle vit et travaille à Paris. Sa pratique se décline via différents médiums comme la photographie, l’installation, la vidéo, et la réalité augmentée[1] pour explorer le monde des images.

Elle est titulaire d'un Diplôme national supérieur d'expression plastique de l'école des Beaux-Arts de Clermont-Ferrand[2]. En 2011, après une résidence expérimentale dans un centre de réalité virtuelle, elle crée sa première œuvre en réalité augmentée, Screencatcher, qui anime des cinémas de plein air américains[3].

Depuis 2012, elle présente son travail en France et à l’étranger (en Suède, Norvège, Chine, Brésil, Colombie, Japon, Corée du Sud…) lors d’expositions personnelles et collectives.

Entre 2013 et 2017, elle collabore avec le Pavillon Neuflize Obc, laboratoire de création du Palais de Tokyo.

Entre 2015 et 2016, elle est résidente de le Cité internationale des arts à Paris (Montmartre). En 2016, elle créé Parade For the End of the World en collaboration avec le danseur et chorégraphe Jérémie Bélingard ainsi que le musicien Keiichiro Shibuya, présenté à la Maison de la culture du Japon à Paris en 2016[4] et au festival Yokohama Dance Collection au Japon en 2018[5].

En 2016, elle expose à Hiroshima Art Document, une manifestation internationale d'art contemporaine à Hiroshima, au Japon.

En 2017, elle est lauréate de la résidence Hors-les-murs de l’Institut français et du Tokyo Wonder Site à Tokyo. Elle collabore avec les scientifiques Takashi Ikegami et Hiroshi Ishiguro pour la création de plusieurs de ses films et installations. Elle collabore également avec l'acteur et danseur japonais Mirai Moriyama pour la création de ses installations vidéo Reborn et Co(AI)xistence et Alter, un robot humanoïde développé par des laboratoires nippons[6]

Elle inaugure sa première exposition personnelle au Japon, "Reborn" à la galerie Earth +, lors du festival Digital Choc[7]. Elle participe à l'exposition« Mitate & imagination » de Tetsuya Ozaki, dans le cadre de Nuit Blanche à Kyoto au Japon[8].

En 2017, Elle est invitée par Yuko Hasegawa à participer à « Clouds - Forests » : la 7ème Biennale internationale de Moscou, en Russie[9].

La même année, elle reçoit le prix de l'œuvre institutionnelle de l'année pour son film "Par où commencer ?" commandé par la Villa Médicis, Académie de France à Rome, délivré par la Scam.[10]

En 2018, elle participe aux expositions  « Pendoran Vinci, art and artificial intelligence today », NRW Forum, Düsseldorf[11] , Allemagne et à "Fukami, une plongée dans l'esthétique japonaise" à l'hôtel Salomon de Rothschild dans le cadre de la saison Japonismes, organisée par la Japan Foundation [12],[13]. Elle reçoit le prix Human Future des Bains numériques, biennale internationale des arts numériques [14].

Son installation Exovisions est exposée lors de l'exposition "Des horizons et le départ"[15] à la maison populaire de Montreuil.

Expositions personnelles

  • 2018 « 暁 La Nuit des Temps », Iki Archeology Museum et Koganemaru Art Museum Nagasaki Islands Art Festival, Japon
  • 2018 « Homo ex machina », Alliance française, Bogota, Colombie
  • 2018 - Apparent Worlds / mondes apparents, Le Radar, Bayeux France
  • -« Aura- AUgmented Reality Artworks »,commande dans l'espace public, Le Radar, Bayeux France -
  • «Parade for the end of the world», performance,  Jérémie Bélingard/Justine Emard/Keiichiro Shibuya, Yokohama dance collection, Japon
  • 2017 - Reborn, Earth + gallery, Tokyo, Japon dans le cadre de Digital Choc 2017: Machines désirantes
  • -"있다, 잇다, 있다 »,Ye-Eun MIN (Installation) Yun-Hee LEE (Dance) Justine EMARD (video), Cheonan Arts Center, Seoul, South Korea
  • -« Screencatcher », MARQ, Musée des Beaux-Arts de Clermont-Ferrand, France
  • 2016 - Realidades inversas – Justine Emard & Alejandro Londoño -Alianza Francesa de Bogotá, Colombie
  • - «Parade for the end of the world», performance,  Jérémie Bélingard/Justine Emard/Keiichiro Shibuya, Maison de la Culture du Japon, Paris
  • 2015 - Exposition personnelle dans le cadre des explorations numériques, Mirage festival, Le Lavoir Public, Lyon
  • 2013 - Screencatcher Gislaveds Konsthall, Suède -« Pleins feux » Vidéoprojection sur la façade de l'Opéra-Théâtre de la Ville de Clermont Ferrand
  • 2012 - Small Projects Gallery, Art Video Exchange, Tromsø, Norvège
  • 2011 - Effet Ecran 2.0, Galerie de l'art du temps, Vidéoformes, Clermont Ferrand

Expositions collectives

  • 2018 - "Fukami, une plongée dans l'esthétique japonaise", commissaire: Yuko Hasegawa, hôtel Salomon de Rothschild, Paris, France
  • 2018 -« Hiroshima Art Document », commissaire: Pascal Beausse, Former Bank of Japan, Hiroshima Branch, Hiroshima, Japon
  • 2018 -« Daemons in the Machine », commissaire: Daria Parkhomenko, Moscow Museum of Modern Art, Moscou , Russie
  • 2018 - Pendoran Vinci, NRW Forum, Düsseldorf, Allemagne
  • 2017 - Clouds ⇄ Forests, Biennale internationale d'Art contemporain de Moscou, commissaire : Yuko Hasegawa, New State Tretyakov Gallery, Moscou, Russie

- Directing the Real: Artists Films and Video in the 2010s », Medici Riccardi, Florence, Italy

- « Mitate & imagination », commisaire: Tetsuya Ozaki, Former Junpu Elementary School, pour Nuit Blanche Kyoto, Japon

- Le Secret YGREC, Paris

- Digitally Scape, Media Ambition Tokyo, opening live avec Keiichiro Shibuya, David Letelliera.k.a Kangding Ray) et Taeji Sawaï, Mori Tower, Tokyo, Japon

- Hypervision , Puzzle, Thionville, Metz, France

  • 2016 - 350 ans de création, les artistes de l'Académie de France à Rome de Louis XIV à nos jours, Villa Médicis, Rome Hiroshima Art Document, Hiroshima, Japon

- Commotion, programme Hors-Pistes (Centre Pompidou), Tokyo, Japon

  • 2015 - ICONOfly, curator Olivia Bransbourg, magazine contribution, Gagosian Shop, New York

- Laps, commissariat : Djeff, Fanny Serain, Le Carreau, Cergy

- Lunes Révolues, Cité Internationale des Arts, dans le cadre des événements hors-les-murs de l'exposition Le Bord des Mondes / Palais de Tokyo, Paris

- Exposition collective, TSULTRIM Art Space, 法喜文化藝術有限公司 Dharma Joy Arts and Culture Co, Pékin, Chine

  • 2014 - Video – Art and geolocalization, Paços Das Artes / Vidéoformes, São Paulo, Brésil

- L'Horizon nécessaire, Le Musée Passager, Région Ile-de-France (Saint Denis, Evry, Mantes-la-jolie, Val d'Europe)

  • 2013 - Pensé(z) cinéma, Centre d'Art Contemporain de Meymac

- Nuit des Musées, Meet factory, Prague, République Tchèque

Références

  1. « Réalité augmentée et expérience(s) artistique(s) », sur media.digitalarti.com, (consulté le 21 décembre 2018)
  2. « Justine Emard, artiste plasticienne | Kunst Collectif », sur kunstcollectif.com (consulté le 30 avril 2018)
  3. « Screencatcher de Justine Emard au MARQ | 7 Jours à Clermont », 7 Jours à Clermont,‎ (lire en ligne)
  4. « Parade for the End of the World à la Maison de la culture du Japon: Danse », Paris Art,‎ (lire en ligne)
  5. « « Parade for the End of the World » au Yokohama Dance Collection 2018 », sur La France au Japon (consulté le 1er mai 2018)
  6. Centre France, « Culture - L'artiste clermontoise Justine Emard exposée au Japon », www.lamontagne.fr,‎ (lire en ligne)
  7. « Reborn de Justine Emard », sur www.institutfrancais.jp (consulté le 1er mai 2018)
  8. (en) « Nuit Blanche Kyoto 2017 アンスティチュ・フランセ関西 », sur www.nuitblanche.jp (consulté le 1er mai 2018)
  9. (en-US) « Forest for the Clouds », sur www.artforum.com (consulté le 1er mai 2018)
  10. « Prix de L’Œuvre institutionnelle 2017 à "Par où commencer ?" de Justine Emard », sur www.scam.fr (consulté le 1er mai 2018)
  11. (en) « Pendoran Vinci: NRW-Forum Düsseldorf », sur www.nrw-forum.de (consulté le 1er mai 2018)
  12. « De Monet à aujourd'hui, les japonismes dans l'air du temps », FIGARO,‎ (lire en ligne)
  13. « Les méandres raffinés de l’art japonais », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne)
  14. « Festival | Centre des arts », sur www.cda95.fr (consulté le 21 décembre 2018)
  15. Maison populaire Association d'éducation populairepour l'expression corporelle et scientifique, « En fuyant, ils cherchent une arme 3/3 : Des horizons et le départ », sur Maison Populaire (consulté le 21 décembre 2018)

Liens externes

  • Site officiel
  • ARTFORUM : https://www.artforum.com/diary/id=71392#readon71392
  • FRIEZE : https://frieze.com/article/7th-moscow-biennale
  • ART IN AMERICA : http://www.artinamericamagazine.com/news-features/news/permanent-revolutions-art-and-octoberrsquos-centenary/
  • ART TRIBUNE: http://www.artribune.com/dal-mondo/2017/10/arte-potere-settima-biennale-mosca/
  • NEW YORK ART MAGAZINE : http://www.nyartsmagazine.com/7th-moscow-biennale-3/
  • MDZ MOSKAU: http://mdz-moskau.eu/7-biennale-in-moskau-visionar-zwischen-himmel-und-erde/
  • CASA VOGUE: http://casavogue.globo.com/Colunas/Gemada/noticia/2018/01/bienal-de-moscou-aponta-para-o-futuro-do-planeta-e-da-humanidade.htm
  • Institut français du Japon : http://www.institutfrancais.jp/tokyo/fr/events-manager/reborn-de-justine-emard/
  • Les inrocks: https://www.lesinrocks.com/2018/04/12/arts/au-mirage-festival-lyon-lart-numerique-se-fait-sensible-111068520/
  • Le Figaro: http://www.lefigaro.fr/arts-expositions/2018/04/06/03015-20180406ARTFIG00305-les-japonismes-dans-l-air-du-temps.php
  • Digital Arti https://media.digitalarti.com/fr/blog/digitalarti_mag/realite_augmentee_et_experiences_artistiques

Cet article « Justine Emard » est issu de Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).