Encyclopédie Wikimonde

Kamal Znidar

Aller à : navigation, rechercher

Kamal Znidar, né le 20 janvier 1979, est un écrivain marocain, penseur musulman et militant des droits de l'Homme.

Biographie

Kamal Znidar est un écrivain marocain, penseur musulman et militant des droits de l'Homme. Né le 20 janvier 1979 à Rabat, dans le quartier populaire de C.Y.M (Cité Yaâcoub el Mansour)[1].

Il est le fondateur du Mouvement des Libres Musulmans, un mouvement qui a pour objectif de défendre l'image de l'Islam de ces courants terroristes et obscurantistes qui ont dénaturé la beauté et les nobles valeurs de cette religion. Il animait le blog Opposition Maroc avant qu'il soit piraté en 2012.

Kamal Znidar est adepte d'une nouvelle conception de l'Islam et une nouvelle vision de la vie islamique, qui respecte la modernité et les spécificités du XXIe siècle tout en restant fidèle au Coran. À la différence de ceux qui croient que « tout est illicite mis à part ce que Dieu a déclaré licite », il pense que « tout est licite mis à part ce que Dieu a déclaré illicite »[1].

Dans ses écrits, il aborde des sujets de la psychologie, l'amour, la vie de couple, l'éducation des enfants et présente aux lecteurs des conseils susceptibles de résoudre leurs problèmes et de leur procurer des moments de bonheur sans transgresser les valeurs, les normes et les pratiques de l'Islam.

Il n'hésite pas d'ouvrir des sujets tabous et adopter des positions qui choquent les traditionnalistes et suscitent la colère des radicaux. Pour ça, il a été menacé de mort à quatre reprises. La dernière fois date du 23 juillet 2015 suite à son appel au respect de la liberté d'expression des homosexuels[1].

Idées et Positions

Principe de la Choura

Pour Kamal Znidar, le principe de la Choura est un principe de base pour la gouvernance en Islam qui désigne le gouvernement du peuple par le peuple et pour le peuple. Elle est un système gouvernemental au centre duquel figurent les citoyens, et qui met le pouvoir dans les mains du peuple. Dans cette organisation gouvernementale, le peuple a la possibilité d'exercer librement ses droits. « Ce mode institutionnel est basé sur:

- Le suffrage universel qui offre le droit pour tous les citoyens, d’être électeurs et éligibles ;

- Le référendum qui est la consultation des électeurs sur une question ou une recommandation et dans lequel le vote majoritaire entraîne l'adoption ou le rejet.

Le système de la Choura est ouvert à tous les citoyens, qu'ils soient musulmans ou non. Il est un mode gouvernemental qui encourage l'initiative populaire qui permet au citoyen de proposer à ses représentants l'adoption d'une mesure qui sera soumise à l'ensemble des électeurs qui diront leur mot final à travers le vote. Ce fonctionnement permet au peuple d'exercer directement le pouvoir et indirectement l'administration par l'intermédiaire des représentants élus qui appliquent les décisions populaires et gèrent les affaires gouvernementales au nom de la nation tout entière.

La Choura est une organisation composée de trois assemblées : les assemblées des villes ; les assemblées des régions ; l'assemblée de la nation. Chacune de ces trois assemblées est composée de cinq cabinets :

- Le cabinet législatif ;

- Le cabinet exécutif ;

- Le cabinet judiciaire ;

- Le cabinet technique ;

- Le cabinet d'inspectorat. »[2]

Le Calife en Islam

Kamal Znidar définit le Calife en tant que fonctionnaire nommé et rétribué par la nation. C'est lui, en étant serviteur de la nation et défenseur de la Loi, qui a le rôle d'assurer la bonne exécution des lois et des ordonnances de la nation. La nation peut édicter des ordonnances qui ne contredisent en rien la Loi (Coran) et qui ont pour finalité, l'harmonie humanitaire. Ces ordonnances sont l'expression de la volonté générale de la nation. Cette volonté est exprimée par le peuple lui-même selon la pratique du référendum. Une fois votées, les ordonnances doivent être promulguées par le Calife, qui par cet acte, constate la validité du vote et rend les ordonnances publiques et obligatoires. Quoi qu'il en soit, nul n'est censé ignorer les ordonnances promulguées. Le respect et l'application de ces ordonnances constituent une obligation pour tous les citoyens. Le rôle du Calife ne se limite pas à la promulgation des ordonnances de la nation : il doit aussi veiller à leur exécution dans des bonnes conditions, sinon il risque d'être retiré de ses fonctions et sanctionné pour violation de la Loi[2].

Le rôle de la femme dans la nation de l'Islam

Kamal Znidar considère qu'hommes et femmes, les deux sont concernés par les textes 2 de la sourate 5 et 105 de la sourate 9. Les deux doivent œuvrer et s'entraider dans l'accomplissement des bonnes œuvres et de la piété. Les deux doivent bosser ardemment et s'entraider harmonieusement afin de donner naissance au progrès de leur nation.

Toujours selon la même source, « La femme doit être un agent actif qui veille au respect de la Loi et à l'apport d'un plus à la société. Elle doit être une machine humaine dynamique qui bosse ardemment pour rendre service à l'humanité toute entière.

La femme est une représentante de la communauté musulmane qui doit veiller à être exemplaire dans la vie scolaire, universitaire, professionnelle, et sociale. Elle doit être l’exemple d’une citoyenne typique qui réussit dans sa vie privée et qui s’engage dans la vie sociale.

La femme doit être active dans les organisations bénévoles. Elle doit être une âme charitable qui soutient les personnes moins privilégiées, et qui traite justement et gentiment les non-musulmans et vit en harmonie avec eux. La femme doit être une voix qui encourage les musulmans à agir contre la pauvreté et la faim dans le monde. Elle doit être une force qui défend les libertés individuelles et combat les injustices contre les humains qu’ils soient musulmans ou non.

La femme doit inculquer que si elle ne s'occupe pas de la politique, c'est la politique des hommes qui est souvent machiste et sexiste qui va s'occuper d’elle et rendre sa vie infernale sur terre. »[3]

Publications et Contributions

Ouvrages

Articles

  • (fr) Pour offrir à l'Islam sa vraie image, Le Mag, 19 octobre 2013
  • (fr) Le rôle de la femme dans la nation de l'Islam, Le Mag, 25 octobre 2013
  • (fr) La Choura islamique et le rôle du calife en Islam, Le Mag, 15 novembre 2013
  • (fr) Les dessins politiques et la falsification des Hadiths, Le Mag, 23 décembre 2013

Autres Références

  • Mondialisation et démocratie : l'enjeu complexe, Dr. Salhi Hanifa, Revue de l'Union Européenne de Systémique (1 décembre 2014)
  • Maroc: "Le gouvernement bafoue la dignité des femmes", Salma Boughanbour, L'Express (9 mars 2015)
  • "Dès l'enfance, on programme les Marocaines à devenir ménagères", Salma Boughanbour, L'Express (13 mars 2015)

Notes et références

  1. 1,0, 1,1 et 1,2 « Kamal Znidar : Auteur chez Edilivre », sur Edilivre (consulté le 24 juillet 2015)
  2. 2,0 et 2,1 Kamal Znidar, « La Choura islamique et le rôle du calife en Islam » (http://www.lemag.ma/La-Choura-islamique-et-le-role-du-calife-en-Islam_a77151.html) (consulté le 24 juillet 2015)
  3. Kamal Znidar, « Le rôle de la femme dans la nation de l’Islam » (http://www.lemag.ma/Le-role-de-la-femme-dans-la-nation-de-l-Islam_a76281.html) (consulté le 24 juillet 2015)
  4. Islam : meilleure religion au monde, Éd. Edilivre, octobre 2014, 358 p. (ISBN 9782332804129) [lire en ligne (page consultée le 2015-07-24)] 

Voir aussi

Articles connexes

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).