Encyclopédie Wikimonde

Karnage Records

Aller à : navigation, rechercher

Karnage Records est un label français indépendant de musiques électroniques hardcore et Industrial hardcore[1]. Fondé en 1998 par DJ Thanos, le label a organisé des événements, raves, free parties, soirées en club, en salles de concert, Techno parade, dont les plus grosses soirées ont atteint 10 000 personnes. Karnage Records a notamment organisé des événements en France, mais aussi à Prague (République Tchèque) et à Bogotá (Colombie).

Histoire

Le label Karnage Records est issu du Sound system Fraktal concept.

Fraktal a été fondé en 1994 par Thanos et Matt dans la région du sud ouest de la France[2]. Avant tout actif dans l'univers des free party, ils organisent leurs soirées en collaboration avec Praxis, Stormcore et d’autres activistes du moment. Fraktal se compose d'une vingtaine de personnes : musiciens, DJs, organisateurs, techniciens, etc. Combinant organisation et production musicale, le sound system a produit deux vinyles respectivement réalisés par Mouse, Armagued nad et avec la participation de Praxis et Stormcore (Mark). Activistes des premières heures, ils participent à l’écriture d’articles dans des fanzine underground où ils dénoncent la marginalisation des artistes de musique techno et des free Parties.

Après quelques années de lutte, le Sound system se scinde et chacun créé son propre label et développe sa propre carrière. Karnage Records est fondé par Dj Thanos et, toujours en mouvement et en recherche d’influence, des soirées ont été organisées en Amérique du Sud et dans toute l’Europe depuis les années 2000, ce qui permet aujourd’hui à Karnage d’avoir une place privilégiée dans le milieu du Hardcore Mondial. Après 19 ans d'activité, le label Karnage Records a pu tisser des liens avec différents labels belges et hollandais. La structure travail en étroite collaboration avec les pays de l’est et l’Amérique du Sud, avec des événements qui s’organisent à Bogotá et à Prague.

À partir des années 2000, le label monte ses premiers événements « indoor » au Bikini, les soirées «Lost Island»[2]. Après une troisième édition qui attire 4000 personnes autour d’un plateau réunissant des dj de la scène hardcore (Liza N Eliaz, Armagued Nad, Manu le Malin, Micropoint, Radium, Joshua...), les soirées Karnage prennent une nouvelle dimension.

Le Festival Koalition naît en 2005 et marque un tournant en proposant une programmation beaucoup plus éclectique, réunissant toutes les composantes de la scène électronique. Avec une programmation variée, l’événement s'impose petit à petit comme référence. Certaines années, plus de 8000 amateurs d’électronique viennent voir des djs internationaux mais aussi des dj de la scène locale, plusieurs collectifs toulousains étant invités à chaque session.

À partir de 2011, le festival se décline sur 2 soirs , avec désormais 8 stages et plus de 80 artistes djs, vjs et performeurs.

Le label Karnage Records quant à lui, continue de produire de grands noms de la scène hardcore, tels que Andy The Core, Splinter Cell, The Clamps, Igneon System, Hungry Beats[3],... et sort également de nombreux podcast.

En 2016, c'est le début des Koalition exported : avec des éditions à Paris[4], Girone et Bordeaux, Karnage s'étend pour toucher un public nouveau. Courant 2016, le Bikini voit le retour des soirées Lost Island. Début 2017, l'Inox Club qui accueillait leurs soirées depuis plusieurs années ferme, Karnage en profite alors pour inviter le label néerlandais Heresy, sous-label de The Third Movement pour faire une dernière soirée dans ce club emblématique[5]. À partir de décembre 2016, Karnage s'est totalement installé au Bikini avec des dates régulières, faisant la transition avec l'Inox : La French, The Lost Island[6], Fury 2[7]... Ainsi qu'une édition « Summer Club » du festival Koalition, qui se voit attribuer un format plus intimiste.  

Notes et références

  1. https://www.discogs.com/fr/label/10854-Karnage-Records
  2. 2,0 et 2,1 http://electro-news.eu/interview-rencontre-avec-karnage-records/
  3. « Karnage Records », sur Karnage Records (consulté le 30 mai 2017)
  4. « Koalition Exported », Le Parisien Etudiant, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  5. Valso, « On y était : Karnage invite Heresy ! », sur Valliue, (consulté le 30 mai 2017)
  6. Valso, « On y était : The Lost Island au Bikini (07/04/17) », sur Valliue, (consulté le 30 mai 2017)
  7. « Clutch Toulouse Fév. 2017 », # 49,‎ (lire en ligne)


Cet article « Karnage Records » est issu de Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 175 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).