Encyclopédie Wikimonde

Léon Geneix

Aller à : navigation, rechercher

Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 118 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

Léon Geneix (de son nom complet Léon Antonin Marie Geneix) né le 16 avril 1903 à Gouttières et mort le 5 octobre 1990 à Clermont-Ferrand, est un poète et enseignant français[1].

Biographie

Maison de Léon Geneix, bâtie en 1909.

Fils de Michel Geneix, un instituteur, secrétaire de mairie et paysan, et de Mélanie Faure, une jeune ménagère[2], Léon grandit avec ses parents et son frère Camille dans la campagne de Gouttières, une commune puydomoise. Il fait ses études à Gouttières jusqu'à obtenir son certificat ; puis à Saint-Maigner pour se préparer au concours d’instituteur ; et va enfin étudier à l'École Normale d'instituteurs de Clermont-Ferrand. Adulte, Léon doit partir à la guerre, lors de la Seconde Guerre mondiale, et revient à la fin de l'année 1940 d'Allemagne où il était prisonnier. À son retour, il reprend sa fonction de maître d'école à Teilhet, et le restera jusqu'en 1962.

En parallèle de sa vie professionnelle, il écrit de nombreux poèmes, qui traitent de la vie, de la nature (la botanique étant une de ses passions) et de l'Auvergne, sa région natale bien-aimée. Il fut remarqué, rencontra des poètes reconnus et remporta le Prix des Poètes Auvergne-Limousin en 1968 pour son recueil Images d'Auvergne[3].

Marié à Suzanne Jouvion en 1933, il eut trois enfants, Camille, Jean-Paul et Pierre. Il décède en 1990, et est inhumé au cimetière de Gouttières, où reposent avec lui ses parents, son frère, sa sœur et son épouse[4],[5],[6].

Œuvres

  • Images d'Auvergne, éd. Carpentier, coll. Art et poésie, Montdidier 1968[7],[8].
  • Les Jours qui passent, grand recueil qui en rassemble en fait quatre autres plus courts :
    • Paysages
    • 4 Saisons
    • L'Album des bêtes
    • Pensées et Souvenirs (à vocation plus autobiographique)
Tombe de Léon Geneix, au cimetière communal de Gouttières.

Exemple de poème

La Mort du solitaire

<poem>« Au pied du hêtre, au pied du chêne, Parmi les églantiers dorés, Il croquait le gland et la faîne Le vieux sanglier des forêts En s'ébattant, là, sur les mousses, Il culbutait les baliveaux, Éparpillant les feuilles rousses Sous les buissons, sous les rameaux Mais il est mort le solitaire Sous le dôme d'un bouleau blanc, Lorsque la balle meurtrière Vint le frapper dans son élan Il est mort en ce bel Automne, Avant l'hiver et ses frimas, Bien avant que ne tourbillonne La neige froide sous ses pas. »</poem>

Distinctions

Liens internes

Liens externes

Notes et références

  1. « Léon Geneix », Bibliographie de la France, Paris, Bibliothèque nationale de France, Cercle de la librairie,‎ année 1972, p. 30 (lire en ligne)
  2. « Léon Geneix : généalogie », sur Geneanet
  3. Édité chez Art et Poésie en 1968, puis aux éditions Carpentier en 1971
  4. Entretien avec Jean-Paul Geneix le 22 décembre 2017
  5. Témoignages locaux de Gouttières
  6. Archives départementales du Puy-de-Dôme, année 1903, côte 6 E 3473, page 42.
  7. Disponible en bibliothèque et visible sur Google Books : Images d'Auvergne Léon Geneix ; n° de notice : FRBNF35149155
  8. « Images d'Auvergne », sur WorldCat
  9. Bulletin officiel des décorations médailles et récompenses, Paris, Direction de l'information légale et administrative,
  10. Les Cahiers Bourbonnais et du Centre, volume 17, société d'émulation du Bourbonnais, Moulins 1973. p.28 (lire en ligne). ISSN 0007-9618.


Cet article « Léon Geneix » est issu de Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).