Encyclopédie Wikimonde

Léon Jules Poilleux

Aller à : navigation, rechercher

Officier général francais 2 etoiles.svg Léon Poilleux
Naissance 1872
Fontainebleau
Décès 1954
Nice
Origine Drapeau de la France France
Allégeance Armée française
Arme Génie Militaire
Infanterie
Grade Général de brigade
Années de service 1890-1933
Conflits Première Guerre mondiale
Distinctions Commandeur de l'Ordre de Léopold
Chevalier de l'Ordre de l'Empire Britannique
Croix de Guerre 1914-1918
Croix de la Valeur Militaire
Croix de Guerre des Theatres d'Operations Exterieurs
Croix du Combattant
Medaille Coloniale
Medaille (Insigne) des Blesses Militaires
Médaille Interallié
Medaille commemorative de la Guerre 1914-1918
Medaille commemorative de la bataille de Verdun
Medaille commemorative de la bataille de la Marne

Léon Jules Poilleux né en 1872 à Fontainebleau et décédé en 1954 à Nice est un militaire français. Il termine sa carrière avec le grade de général de brigade.

Biographie

Famille

Léon Jules Poilleux nait en 1872 à Fontainebleau, il est le troisième fils de Charles Poilleux colonel d'artillerie. Il est le demi-frère du colonel César Poilleux qui se distingua pendant les conquêtes coloniales. Il est également le petit-fils d'Antoine Poilleux qui fut également colonel. Il est également le cousin d'Amédée Poilleux qui fut tué le 9 juillet 1917.

Jeunesse

Léon Poilleux intègre l'École polytechnique (France) en 1890[1] pour devenir ingénieur chimiste.

La Première Guerre Mondiale

Lorsque éclate la guerre, la France mobilise, Polytechnicien et chimiste de formation, il est nommé capitaine d'une compagnie de sapeurs-mineurs. Encore capitaine en 1915 il participe à la bataille de Verdun et est décoré de la croix de guerre. Il est commandant toujours du génie en 1916[2]. Il participe à la bataille de la Somme, il combat dans les Vosges où il est blessé.

Il participe à la Seconde bataille de la Marne de juin à août 1918.

Le 11 novembre 1918, l'Allemagne demande l'armistice, il est promu lieutenant-colonel le 1er août 1919[2].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Après la Première Guerre Mondiale

Lieutenant-colonel à la fin de la guerre, il a la possibilité de continuer sa carrière. En 1920 il est chargé avec d'autres ingénieurs militaires de faire des essais sur certains gaz de combat.

Il est envoyé au Maroc pour la guerre du Rif en 1925 mais est rappelé 6 mois plus tard et rentre en France.

En 1926, il est promu colonel et est affecté au 4e Régiment du Train jusqu'en 1930[3] puis il est promu général de brigade.

Il prend sa retraite définitive en 1933[3].

Retiré à Nice, il meurt en 1954[2] et est inhumé au cimetière de Cannes.

Carrière militaire

Admis à la retraite en 1933.

Décorations

Croix de Guerre 1914-1918 Croix de la Valeur Militaire Croix de Guerre des Theatres d'Operations Exterieurs Croix du Combattant (1930 France)

Medaille d'Outre-Mer (Coloniale) Medaille (Insigne) des Blesses Militaires World War I Victory Medal ribbon

Medaille commemorative de la Guerre 1914-1918 Medaille commemorative de la bataille de Verdun Medaille commemorative de la bataille de la Marne

Commandeur de l'Ordre de Léopold Chevalier de l'Ordre de l'Empire Britannique

Rubans aux couleurs des décorations françaises

Rubans aux couleurs des décorations étrangères

Anecdotes

  • Léon Poilleux est un des rares officiers français ayant reçu le grade de général de brigade juste avant de partir en retraite et de n'avoir jamais reçu la croix de la Légion d'Honneur au cours de sa carrière.

Notes et références

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).