Encyclopédie Wikimonde

La Déferlante (association)

Aller à : navigation, rechercher

La Déferlante est une association née après le mouvement contre la réforme Devaquet en 1986 dans l'université Paris-Dauphine[1]. Initialement à caractère politico-syndical, l'association est devenue, à la suite du départ de ses fondateurs, une association à caractère culturel.

Association politique

La Déferlante regroupe à l'origine des militants issus de l'ancien comité de grève, proches pour certain de l'Union nationale des étudiants de France - Indépendante et démocratique (UNEF-ID) ou de l'Union nationale des étudiants de France dite Solidarité étudiante (UNEF-SE) et pour d'autres, ne se retrouvant dans aucune autre association politique étudiante.

Orienté à gauche dans une université libérale, la déferlante associera action politique, militantisme à connotation syndicale et action culturelle. Elle regroupera dans une expérience militante des militants se réclamant de Jacques Delors, de François Mitterrand, de Raymond Barre ou de Pierre Juquin. Parmi ses fondateurs, Jean-Christophe Ulmer, Yannick Jadot et Ivan Béraud. Martine Aubry y trouvera ses premiers soutiens militants. Seuls les rocardiens restent en dehors dans Pour un syndicalisme autogestionnaire (PSA).

Yannick Jadot raconte : « Inspirés par une deuxième gauche qui se découvrirait aussi libertaire et festive, on invite autant des humoristes comme Bedos et Desproges que des « patrons de gauche » comme Schweitzer, on organise des tremplins rock et on siège en tant qu’élus dans les instances universitaires. »[2]

En 1987, La Déferlante se présente pour la première fois aux élections universitaires. En 1989, avec 15 % des suffrages, elle passe nettement devant sa rivale PSA, dont les fondateurs sont partis.

En 1991, elle participe à des élections universitaires en construisant une liste écologiste aux élections du CROUS avec des associations issues d'autres universités parisiennes et des militants de PSA orphelins de la dissolution de cette organisation.

En 1993, elle se présente au sein d'une liste d'union avec une association culturelle politiquement neutre.

En 1995, La Déferlante se rapproche de l'UNEF-ID tandis que ses anciens alliés, qui conservent leurs distances avec la politique, se regroupent et fédèrent d'autres associations sous la bannière « AssIDu » (ASSociations Indépendantes de DaUphine).

Association culturelle

Fin 1991, la génération militante issue de 1986 passe la main en abrogeant la charte fondatrice. Dans le même temps, PSA disparait.

Son action syndicale a été reprise par l'Union nationale des étudiants de France - Indépendante et démocratique tandis que sera maintenue sous le nom de La Déferlante, l'activité culturelle. L'association organise sous le nom L'Oreille de Dauphine le festival Music to Rock the Nation, ainsi que le Dauphine Jazz Festival et le Daufunk, dont les bénéfices sont reversés à des actions humanitaires.

Ses militants se retrouvent pour la plupart dans des organisations internationales (Banque mondiale, Commission européenne...), à la CFDT, dans des cabinets de conseil proche de la CFDT, ou dans des entreprises culturelles ou les médias.[réf. nécessaire]

Notes et références

  1. http://www.senat.fr/rap/r86-270/r86-2701.pdf commission d'enquête du Sénat sur les événements de novembre et décembre 1986.
  2. « Yannick Jadot, 25 ans d'engagement pour l’écologie », Yannick Jadot,‎ (lire en ligne, consulté le 22 octobre 2016)

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).