Encyclopédie Wikimonde

La France au cœur du génocide des Tutsi

Aller à : navigation, rechercher

Erreur de script : le module « Formatage du titre » n’existe pas.

La France au cœur du génocide des Tutsi [1] est un livre de Jacques Morel publié en 2010, qui vise à démontrer que l'attitude de la France en Afrique la rend complice du génocide des Tutsi en 1994.

Erreur de script : le module « Formatage du titre » n’existe pas.

La France au cœur du génocide des Tutsi
Auteur Jacques Morel
Pays Drapeau de la France France
Genre Investigation Histoire Documentation
Éditeur L'Esprit frappeur et Izuba
Date de parution
ISBN 2844052428

Structure

La préface, par José Kagabo, commence ainsi : « Ce livre est d'un genre peu habituel. D'abord par son ampleur : plus de 1500 pages en un seul volume ! Ensuite par la qualité des informations qu'il contient, ainsi que par la variété des sources que l'auteur croise : enquêtes et reportages journalistiques; investigations réalisées par des institutions parlementaires [...] et par des organisations internationales ou de la défense des droits de l'homme [...]. S'y ajoute une masse d'informations puisées dans des travaux universitaires, dans des récits de témoins ou de rescapés du génocide. [...] ».

Dans son introduction, Jacques Morel explique que son livre a « pour objet de rassembler les faits [...] qui constituent des preuves d’une implication de la France dans le génocide [des Tutsi au Rwanda] »[lf 1].

Le livre est constitué de trente cinq chapitres regroupés en trois parties réparties ainsi[n 1] :

  • I - Le Tutsi ennemi de la France (pages 15 à 260)
  • II - L'éradication des Tutsi (pages 261 à 892)
  • III - Au secours des assassins (pages 893 à 1336)

Il se termine par plus de deux cent pages d'annexes (compositions des différents gouvernements français et rwandais, de la MINUAR et de l'ONU, des organigrammes hiérarchiques, six pages de sigles, un glossaire de termes rwandais, une chronologie de cent pages annotées), une table des figures (Cartes, photos, croquis faits par des militaires, etc.) et une table des tableaux (des dizaines de tableaux comparatifs, sur les effectifs, les armements, des données économiques et démographiques) et un index de 25 pages sur deux colonnes. La table des matières a 21 pages.

Les notes de bas de page se répartissent de 100 à 300 notes par chapitre. C'est un travail commencé par[réf. souhaitée] un document de 50 pages communiqué à l'époque à la commission d'enquête citoyenne intitulé Projet de mise en cause de responsables français pour complicité de génocide au Rwanda en 1994 et daté de 2002 [2]. La trame du livre est donc claire[non neutre], mais suit un cheminement très rigoureux[non neutre]. Le travail a donc duré plus de 9 ans jusqu'à l'édition physique de 2010. Cette édition initiale a donné lieu à environ une révision numérique publiée par an. L'ouvrage est passé de 1500 pages à 1600 pages en juin 2020 [n 2]. Ces révisions portent sur des corrections d'erreurs (noms propre mal orthographiés, interprétations erronées d'un document, et surtout sur des informations venant de l'actualité des connaissances et des événements post-génocide venant renouveler le regard sur tel ou tel fait ou document)[réf. souhaitée].

Contenu

Toutes les sources sont approfondies[non neutre]. Ainsi[pertinence contestée] quand l'auteur examine le situation du Rwanda, Chapitre 1 Situation du Rwanda[lf 2], il passe en revue de façon pointilleuse ce que des acteurs et historiens ont dit du Rwanda, du Burundi et du Zaïre/Congo depuis la période qui précéda la colonisation jusqu'au génocide de 1994[source secondaire nécessaire]. Les sources sont nombreuses et cette articulation des documents nous apprend comment s'insère la vision géopolitique de la France dans la région depuis la conférence de Berlin de 1885, voire avant lorsqu'il cite Monseigneur Lavigerie, le fondateur des pères blancs[source secondaire nécessaire] :

« Le rôle des missionnaires est prépondérant au Rwanda et, parmi ceux-ci, ce sont les Pères blancs qui jouent le rôle le plus important. C’est un ordre religieux fondé par Monseigneur Lavigerie, évêque d’Alger à qui le pape Léon XIII confie la responsabilité des missions en Afrique centrale. Lavigerie écrivait en 1869 :
J’ai en face de moi un continent de deux cents millions d’êtres humains dont je me demande, chaque jour, si nous devons en faire des hommes, des chrétiens, ou si nous les laisserons pour des siècles à l’état de bêtes sauvages. »[lf 3].

Autre exemple[pertinence contestée] qui montre la critique de l'attitude française dans le livre[source secondaire nécessaire] :

« Le Rwanda a été considéré aussi comme un bastion avancé de l’influence française en Afrique de l’Est. À la fin du 19e siècle, la France avait dû reconnaître par traité que c’était une zone affectée à l’Allemagne et au Royaume-Uni. En 1963, l’enjeu géopolitique du Rwanda est souligné par Bertrand Dufourcq (une note de bas de page précise que « Bertrand Dufourcq est secrétaire général du Quai d’Orsay en 1994) » :
Situé à la charnière entre l’Afrique francophone et l’Afrique orientale d’expression anglaise, le Rwanda peut, dans les années à venir, contribuer efficacement au développement de l’influence française. De par sa situation géographique, il est en mesure de jeter un pont entre Madagascar et l’Afrique d’expression française. En outre, sa croissance démographique et la nécessaire émigration qui en résulte peut en faire un instrument non négligeable de pénétration culturelle dans les pays voisins de langue anglaise : l’Ouganda, le Kenya et le Tanganyika.
On ne voit pas très bien où est le pont entre Madagascar et le Rwanda, hormis les piles de cadavres laissés dans chacun de ces deux pays par la présence française. Le même rapport de 1963 ajoute :
L’équipe gouvernementale actuelle, formée en quasi-totalité par des missionnaires français du petit séminaire de Gitarama [sic], [s’affirmait] de culture et de tradition française [sic].
La justification essentielle de la présence française au Rwanda est que ce petit pays jouxte le Zaïre, ou Congo RDC, dont l’abondance des richesses du sous-sol suscite toujours autant la convoitise des pays riches."" »[lf 4]

Chaque tête de chapitre pourrait faire l'objet d'un livre à part entière[non neutre]. Par exemple[pertinence contestée] le chapitre sur l'attentat du 6 avril 1994, tête de chapitre 7, consacre environ 230 pages à cet événement, dans lequel l'auteur étudie tous les documents connus, y compris ceux des auteurs qui ont des thèses inverses à celle du livre. On trouve d'ailleurs dans la base documentaire du livre tous les documents que ceux qui nient l'implication de la France dans le génocide des Tutsi utilisent dans leurs démonstrations[3]. La tête de chapitre 8, L’assassinat des deux gendarmes français et de l’épouse de l’un d’eux est traité sur 25 pages. La tête de chapitre suivante, chapitre 9 intitulée Le coup d’État des 6-8 avril 1994, ajoute encore plus de 60 pages.[source secondaire nécessaire]

Réception

Deux journalistes, Benoît Collombat de Radio France et David Servenay [n 3] qui a travaillé à Radio France international, écrivent dans leur livre sur le Rwanda Au nom de la France :

« Dans cette floraison de publications, trois enquêtes font aujourd'hui autorité par le sérieux de leurs travaux et la rigueur de leurs sources. La première est celle conduite par l'historienne américaine Alison Des Forges pour le compte de l'ONG Human Rights Watch. La deuxième est constituée par le rapport de la Mission d'information parlementaire française de 1998 et ses annexes, d'une grande richesse documentaire, malgré ses conclusions qui restent d'une grande « diplomatie » sur le rôle exact joué par la France au Rwanda. Cette mission est la conséquence directe d'une série d'articles retentissants que le Figaro publie en janvier 1998, sous la plume de Patrick de Saint-Exupéry. Une enquête fouillée qui met en cause les ramifications souterraines de la politique française au Rwanda, avant, pendant et après le génocide. Enfin, l'énorme recension de documents effectuée par Jacques Morel, publiée en 2010, permet de ne pas perdre le fil des points de vue, en particulier sur tous le aspects politiques et militaires du drame » [4]

Le journal L'Humanité parle du livre en interviewant l'auteur :Jacques Morel « Dès le 8 avril 1994, Paris sait que le génocide a commencé à Kigali » Auteur d’un livre fleuve sur le sujet basé sur les «archives Mitterrand», Jacques Morel émet des «hypothèses sérieusement incriminantes» sur l’implication de la France, avant et pendant les massacres du printemps 1994."[5].

Accueil favorable

Par exemple, le 30 avril 2010, le journal l'Humanité[pertinence contestée] présente le livre « France-Rwanda, 1990-1994 : La France au cœur du génocide des Tutsi, de Jacques Morel. Éditions l’Esprit frappeur, 2010, 1 500 pages, 50 euros. » [6]. le livre est à nouveau mentionné par Jean Chatain dans l'humanité du 8 avril 2011 [7] et le 15 janvier 2013 [8].

De la même façon qu'on consulte son livre, les faits suivants montrent que l'auteur est interrogé quand on se pose une question sur un fait lié à la France face au génocide des Tutsi. L'auteur est interviewé par L'Humanité en février 2014. Le journaliste résume la conclusion de l'ouvrage : le gouvernement français s’est gravement impliqué dans une « guerre raciale » pour protéger ses amis au pouvoir[9].. Il est à nouveau interrogé par l'Humanité le 21 juillet 2017 [10].
L'Obs reprend cet interview de l'humanité sur le nouveau chef d’état major des armées : « François Lecointre a-t-il "défendu les auteurs du génocide rwandais" ? Selon Jacques Morel, spécialiste de la politique française en Afrique ... »[11]. »
[source secondaire nécessaire]

Cet ouvrage est cité par des historiens et des chercheurs pour son abondante documentation sur le génocide[source détournée][12],[13],[14],[15],[16],[17].

L'ouvrage est aussi utilisé dans le domaine juridique. Le professeur de droit pénal Damien Roets[18] le cite une quinzaine de fois dans un article de la Revue de science criminelle et de droit pénal comparé[19].
Lorsque des associations portent plainte contre la banque BNP Paribas en 2017, Jacques Morel est cité pour confirmer l'implication de la France dans les massacres[20],[21].
Le journal La Croix l'interview à cette occasion : « La BNP savait ce qui se passait au Rwanda » ENTRETIEN - La banque française BNP Paribas a été visée ce jeudi 29 juin par une plainte portée par trois associations. Elles l’accusent de « complicité de génocide » au Rwanda. Jacques Morel, ancien mathématicien au CNRS, a rassemblé durant douze ans plusieurs documents sur l’implication de la France au Rwanda. Selon lui, la BNP ne pouvait pas ignorer ce qui se passait. [22][source secondaire nécessaire]

Catherine Coquio, professeur de littérature comparée, fait référence à Jacques Morel notamment dans cet article : De Kigali à Paris : le deuil et le déni[source détournée]

Les personnes motivées par ce qui s'est passé au Rwanda et engagés dans des procédures judiciaires au sujet des événements du Rwanda ont souvent[non neutre] recours à ce livre. Ainsi lorsque le Républicain Lorrain interview la famille d'un des gendarmes tués au Rwanda juste après l'attentat du 6 avril 1994, il illustre l'article avec des photos d'un membre de la famille de ce gendarme qui a devant lui sur la table le livre de Jacques Morel[23].[source secondaire nécessaire]

L'ensemble de ces sources secondaires montre que, malgré l'engagement de l'ouvrage sur la question de la responsabilité de la France dans le génocide des Tutsi, on reconnait à son livre un caractère encyclopédique sur la question de l'engagement français au Rwanda et du génocide des Tutsi.[non neutre]

Accueil défavorable

On ne connait pas de critiques ouverte de ce livre de la part d'universitaires ou d'historiens. Toutefois il apparait sur les réseaux sociaux des personnes anonymes qui se présentent comme des « défenseurs de l'honneur de la France » qui critiquent parfois vertement l'auteur de ce livre en le traitant de « valet de Kagame ».[non neutre]

Liens externes

A propos de l'auteur

Jacques Morel a un Doctorat de 3 ème cycle en mathématiques appliquées, et fut ingénieur au centre de calcul du CNRS à Strasbourg, puis au Laboratoire Phase et à l'INESS (spécialités statistiques, informatique et réseaux) [24].
La commission nationale Rwandaise, dite commission Mucyo, « chargée de rassembler les éléments de preuve montrant l’implication de l’État français dans la préparation et l’exécution du génocide perpétré au Rwanda en 1994 », a auditionné Jacques Morel à Kigali (Rwanda)[24]. Son audition du 12 juillet 2007 est parue dans la presse rwandaise [25].Il est cité à plusieurs reprises dans le rapport Mucyo[26].

Notes et références

Notes

  1. La pagination indiquée est celle de la version PDF de .
  2. Quand on parle de page dans le livre de Morel, il faut comprendre une page A4 densément remplie. Avec les formats et usages typographiques habituels des éditeurs ce livre aurait probablement le double de pages.
  3. David Servenay est aussi auteur avec l'universitaire Gabriel Periès du livre Une guerre noire - enquête sur les origines du génocide rwandais (1959-1994), La Découverte 2007

Références internes

  1. La France au cœur du génocide des Tutsi, page 11 de la « Dernière révision : v2.27, 1er juin 2020 »
  2. La France au cœur du génocide des Tutsi, page 17 de la « Dernière révision : v2.27, 1er juin 2020 »
  3. La France au cœur du génocide des Tutsi, chapitre 1.4 Le rôle des missionnaires catholiques - page 22 de la « Dernière révision : v2.27, 1er juin 2020 »
  4. la France au cœur du génocide Chapitre 1.15 Que faisait la France au Rwanda ? page 56 de la « Dernière révision : v2.27, 1er juin 2020 »

Références

  1. ESPRIT FRAPPEUR - (ISBN 2-84405-242-8 et 978-2-84405-242-1)
  2. *L'horreur qui nous prend au visage - rapport de la commission d'enquête citoyenne Karthala page 420. Cet ouvrage paru en 2005, donc 5 ans avant la parution de la France au cœur du génocide des Tutsi, cite 10 fois Jacques Morel. Dans la bibliographie on peut remarquer la référence de ce document inédit page 540 : MOREL , Jacques, Projet de mise en cause de responsables français pour complicité de génocide au Rwanda en 1994 Version préliminaire v0.4 7), mars 2002.
  3. Base documentaire du livre de Jacques Morel : France génocide Tutsi
  4. Benoît Collombat et David Servenay Guerres secrètes au Rwanda au nom de la France page 19
  5. M. B., « Jacques Morel « Dès le 8 avril 1994, Paris sait que le génocide a commencé à Kigali » », sur L'Humanité, (consulté le 19 octobre 2019).
  6. L'humanité du 30 avril 2010
  7. Rwanda 1994 : quelles sont les responsabilités françaises ? L'humanité du 8 avril 2011
  8. Rwanda avril 1994 Ces agents d’écoute français qui en avaient entendu trop l'Humanité 15 janvier 2013
  9. M. B., « Jacques Morel « Dès le 8 avril 1994, Paris sait que le génocide a commencé à Kigali » », sur L'Humanité, (consulté le 19 octobre 2019).
  10. Titre de l'article :Jacques Morel : « Le nouveau chef d’état-major défendait les auteurs du génocide rwandais » (https://www.humanite.fr/defense-le-nouveau-chef-detat-major-defendait-les-auteurs-du-genocide-rwandais-639162)
  11. Entête de l'article de l'Obs : « Selon Jacques Morel, spécialiste de la politique française en Afrique, interrogé par "l'Humanité", la nouvelle recrue d'Emmanuel Macron a "collaboré" avec Alfred Musema, un des organisateurs du génocide du Rwanda.
  12. Alain Gabet et Sébastien Jahan, « Les faits sont têtus : vingt ans de déni sur le rôle de la France au Rwanda (1994-2014) », Cahiers d'Histoire. Revue d'histoire critique, no 128,‎ , p. 163-186 (lire en ligne, consulté le 19 octobre 2019).
  13. Le génocide des Tutsi du Rwanda, La Découverte, , 276 p. (ISBN 9782707190680) 
  14. L’État français et le génocide des Tutsis au Rwanda, Agone, , 520 p. (ISBN 9782748903935), p. 53, 86, 88, 195, 402 
  15. Jean Pierre Chrétien et Marcel Kabanda Racisme et génocide Belin
  16. Jean-François Dupaquier l'agenda du génocide Karthala
  17. Jean-Pierre Cosse Alain Juppé et le Rwanda L'harmathan
  18. Professeur à la Faculté de Droit et des Sciences économiques de l'Université de Limoges, OMIJ
  19. Le génocide des Tutsi du Rwanda : la thèse des complicités françaises au prisme des exigences du droit pénal Dans Revue de science criminelle et de droit pénal comparé 2015/1 (N° 1), pages 1 à 27
  20. Benoît Collombat, « Génocide rwandais : une plainte déposée contre BNP Paribas », sur France Info, (consulté le 19 octobre 2019).
  21. Olivier Mialet, « Génocide rwandais: deux nouvelles plaintes contre la BNP et des officiels français », sur Les Inrocks, (consulté le 19 octobre 2019).
  22. « La BNP savait ce qui se passait au Rwanda » la Croix 9/06/2017
  23. Le républicain Lorrain du 11 décembre 2018 édition de Briey, photos n° 1, 2, 9, 14, 16 La photo 14 est la plus nette
  24. 24,0 et 24,1 Revue Cités n°57 page 172
  25. Audition de Jacques Morel par la commission Mucyo - Rwanda News Agency 13 juillet 2007
  26. Jacques Morel est cité 7 fois dans le rapport Mucyo pages 137, 150, 176, 178, 305, 326

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).