Encyclopédie Wikimonde

La France est la solution

Aller à : navigation, rechercher

La France est la solution, typographié La France EST la solution est un essai politique de Frédéric Salat-Baroux, publié en 2016 aux éditions Plon.

Ce livre dresse un constat pessimiste de l’état de la France[1] et met l’accent sur la révolution technologique en cours symbolisé par l’ubérisation de l’économie et l’avènement de l’intelligence artificielle[2]. Auxquelles « on ne doit pas laisser le champ totalement libre » selon le haut-fonctionnaire[3]. Convaincu que la prochaine décennie sera celle d’un changement de civilisation, l’ancien Secrétaire général de l’Elysée de Jacques Chirac plaide pour que les élites politiques françaises agissent.

Selon lui, la France dispose des moyens et des atouts nécessaires pour prendre place dans le XXIe siècle. « Une génération de français, qui n’a peur de rien, est partie à l'assaut de ce nouveau monde. Elle annonce le grand retour des Français  »[4].

Ce livre a été conçu comme un appel au débat autour de propositions dans les domaines de l’Etat, de l’Europe, de l’école, de la fiscalité, de l’emploi ou de la protection sociale.[style à revoir]

Diagnostic

L’auteur s’inscrit pleinement dans la lignée de Jacques Chirac dont il fait régulièrement mention. Toutefois, il fait également[style à revoir] à faire l’inventaire des actions qui ont échouées (ou oubliées) lorsqu’en tant que secrétaire général de l’Elysée il était au pouvoir. Dénonçant la faiblesse morale de l’élite française, il appelle celle-ci à se mettre en mouvement pour ne pas rater le virage de la « civilisation 3.0 ». « Il faut bouger si nous ne voulons pas être la première génération qui laissera la France petite »[4].

Comme l’économiste Thomas Piketty avant lui, il estime que les Trente Glorieuses ont été une parenthèse de l’histoire de l’humanité et ne reviendront pas. L’auteur dénonce la vision « autocentrée » d’Européens incapables de se projeter dans la mondialisation. A l’inverse, les États-Unis, la Chine et l’Inde ont bâti des modèles résilients et adaptés aux enjeux du XXIe siècle. L’Afrique, elle, dispose de tous les atouts pour marquer, à nouveau, l’histoire du monde.

Dans la lignée de l’économiste, Jérémy Rifkin, l’auteur pense que le capitalisme actuel est en pleine mutation et que les nouvelles technologies sont à l’origine d’une troisième révolution industrielle. L’émergence d’une nouvelle économie, plus collaborative, et d’une nouvelles société, technophile, est autant une opportunité qu’une menace. Dans ce monde qui vient, les Etats et gouvernements devront affronter de nouveaux défis : transhumanisme et fin de la mort, robotisation et fin du travail, et surtout devront répondre à une question : quel sens collectif donner au progrès technologique ? Autant de sujets où les entreprises du numérique, les GAFA, ont pris une avance certaine.

Principales propositions

Frédéric Salat-Baroux propose plusieurs pistes pour que la France sorte de son immobilisme politique et économique afin de profiter au mieux de la révolution technologique et de l'ubérisation de l'économie[5]. Au-delà des clivages gauche-droite :[source insuffisante][6]  :

  • Réformer par référendum pour supprimer les 35 heures, unifier les régimes de retraites, simplifier le code du travail et alléger la fiscalité
  • Baisser les impôts
  • Simplification de l’Etat qui se traduira par le développement d’une « administration participative », suppression du poste de premier ministre, réduction des niveaux d’administrations locales (régions et échelon de proximité).
  • Développer le numérique dans l’enseignement

Références

  1. lefigaro.fr, « Frédéric Salat-Baroux : «Le monde change, nous regardons à côté» », sur Le Figaro (consulté le 17 mai 2016)
  2. « Frédéric Salat-Baroux : " Pour la droite, le danger c'est le conservatisme." », sur Atlantico.fr (consulté le 17 mai 2016)
  3. « Frédéric Salat-Baroux : « Il faut simplifier l’État pour l’ouvrir aux logiques participatives » », sur L'Opinion, (consulté le 17 mai 2016)
  4. 4,0 et 4,1 « Frédéric Salat-Baroux: "Juppé peut être l’homme de la situation" », sur www.parismatch.com (consulté le 17 mai 2016)
  5. « Frédéric Salat-Baroux : " Pour la droite, le danger c'est le conservatisme." », sur Atlantico.fr (consulté le 17 mai 2016)
  6. Franz-Olivier Giesbert, « FOG - Salat-Baroux président ! », sur Le Point, (consulté le 17 mai 2016)

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).