Encyclopédie Wikimonde

La Manne

Aller à : navigation, rechercher
La Manne
Centre d'entraide alimentaire
et de soutien par le travail
Logo de l’association
Cadre
Forme juridique Association de droit local alsacien-mosellan loi 1908
But Solidarité
Fondation
Fondation 10/01/1986
Identité
Siège Colmar, Haut-Rhin, France
Président Hubert PHILIPP
Vice-présidents Thierry BERNA
Jean-Yves CHASSERY
Affiliation

Fédération française des Banques Alimentaires

Union Régionale des Structures d'Insertion par l'économique d'Alsace
Membres Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 118 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).
Slogan Quand la solidarité porte ses fruits
Site web http://www.lamanne.org

L'association La Manne est une association de solidarité. Elle a pour objectif une prise en charge globale de la précarité par le biais de l'alimentation. Elle a été fondée en 1986 en collaboration avec les autres acteurs locaux. L'association a une mission reconnue d'utilité publique, une spécificité du droit local d'Alsace-Moselle.

Elle a pour objectifs toutes actions favorisant l'épanouissement matériel et humain des familles et personnes les plus défavorisées et leur autonomie progressive par rapport aux aides sociales « apprendre à pêcher est plus efficace que de donner un poisson »

Redonner une utilité sociale, des responsabilités, un emploi pour permettre de se réintégrer et de diminuer les dépenses sociales.

Historique

Création

Dans les années 1980, c'est la fin des 30 glorieuses, le chômage se propage, la pauvreté se répand en France[1]. Cette situation menace financièrement les municipalités d'Alsace Moselle. En effet celles-ci sont assujetties au droit local qui leur impose l'assistance aux plus démunis. Edmond Gerrer, Maire de Colmar, Maire de Colmar missionne le CCAS sur ce sujet en novembre 1984. Le CCAS est en charge d'organiser les rencontres avec les citoyens et les associations de solidarité. Le 26 février 1985 les acteurs de l'accompagnement social se réunissent dans le but d'unir leurs efforts et de rendre l'intervention sociale plus cohérente, plus efficace et moins coûteuse. Les administrations se sont engagées à améliorer et à simplifier les parties administratives et financières, tandis que les associations acceptent de compléter l'action publique par la présence humaine de proximité et par la prise en charge de certains aspects matériels moins administratifs.

C'est dans ce cadre que fut créé La Manne, association à but non lucratif, dont les statuts prévoient la collecte et la redistribution de produits ainsi que toute action favorisant l'épanouissement matériel et humain des familles et des personnes les plus défavorisées

Objectifs

Sensibilisation du public

L'association et en charge d'intervenir auprès des scolaires[2] et des concitoyens pour présenter les difficultés sociales et les accompagnements existant sur le territoire.

Collaboration avec les services publics[3]

Pour contribuer à diminuer les problèmes sociaux de la cité en accompagnant ceux qui ont des difficultés sur les trois premiers étages de la Pyramide de Maslov.

L'association reçoit délégation du service de gestion des stocks européens

La Ville a mis à disposition de la Manne un local à l'ancienne Manufacture des Tabacs pour assurer le service de stockage et de distribution aux personnes nécessiteuses des stocks alimentaires européens (viande, fromage, etc. ) obtenus par la ville. Ils sont complétés par des dons alimentaires de particuliers et d'entreprises.

Reprise du service de restauration aux plus démunis

Dans le cadre de l'entretien indispensable à toute personne dénuée de ressources, les municipalités sous droit local se doivent de proposer un service de restauration[4]. Les restaurants privés ne souhaitaient plus assurer ce service de crainte de faire fuir une clientèle plus aisée. Ainsi cette mission a été déléguée à la Manne.

Compléter l'action du CCAS

Coordination des moyens et des efforts en partenariat avec d'autres associations caritatives (Vestiaire, Caritas, Manne et Manne Emploi...) dans le cadre d'un centre d'entraide général créé rue H. Wilhelm (1985) afin d'optimiser les dépenses alimentaires et vestimentaires de la Ville pour ses indigents et de compléter l'action du CCAS et des AS. Aujourd'hui ce centre a été nommé "Pôle associatif du Galtz".

Prêt à 0%

Ce prêt à 0% a été mis en place pour aider les familles à acquérir leur autonomie financière et éviter un appauvrissement accéléré par l'accumulation des dettes et des coûts engendrés, et ainsi de limiter l'engrenage qui les mettaient progressivement à la charge des communes. A ce jour l'association porte seule la charge des non remboursements, la garantie municipale par le fonds d'aide aux familles n'est plus sollicitée.

Résultats

en 1987

La ville de Colmar reçoit le prix "L'esprit d'entreprendre" pour ses innovations dans l'action sociale comme expérience et précurseur du RMI[5] :

  • La coordination de l'assistance :
    • un lieu de réflexion unique
    • un centre d'entraide associatif, trois associations une seule adresse
  • L'assistance contractuelle
    • la création du " minimum vital " un dispositif très proche du R.S.A. celui-ci garantit des revenus minimums en retour de travaux d'intérêt général adaptés aux possibilités des familles selon le droit local.

La seule intervention alimentaire de la Manne a permis dès 1987 de diminuer la dépense alimentaire de la Ville de moitié passant de 50 000 à 25 000 F par mois. (Cf.; document "Colmar lauréat du concours des maires d'Alsace, L'esprit d'entreprendre: De l'assistanat à l'engagement")

L'action d'assistance de la Manne a permis dès 1986 de libérer suffisamment de fonds au budget de CCAS pour lui permettre de mettre à zéro les comptes d'impayés des 211 familles les plus pauvres dans le cadre de conventions entre les familles concernées et la ville. La Colmarienne du logement a été la première bénéficiaire de ces reprises régulières de paiement, ainsi que la Régie Municipale d'électricité et de gaz de Colmar. Toutes ces familles avaient respecté leurs engagements, principalement à reprendre des paiements réguliers, à accepter un travail qui leur était proposé ou à assurer une tâche de bénévole. Cette suppression des arriérés, intéressante pour les familles comme pour la ville a évité à certaines familles de devenir dépendantes de l'aide sociale. (Réf: "10 ans d'action sociale" débat Social 1992)

Le remplacement d'une partie des aides financières par des aides alimentaires en nature comme première proposition d'aide a facilité les choix d'intervention du CCAS. En effet un demandeur d'aide financière souhaitant la dépenser en stupéfiant, alcool, loto ou tiercé et qui refusera un panier alimentaire, permettra ainsi au CCAS de proposer une réponse ajustée.

Démarche

Environnementale

Lutte contre le gaspillage : tout ce qui est récupéré est redistribué

Économique

Diminuer le coût des familles en difficulté pour la collectivité. Passer d'une dépense sociale à fonds perdus à un investissement social, générateur d'économies pour les finances publiques et de paix sociale pour tous.

L'aide sociale est du ressort des communes en Alsace et Moselle.

Sociale

Aider par la remise progressive au travail. Celui qui reçoit l'aide peut contribuer au travail de collecte et redistribution de produits alimentaires voire apprendre un métier (gestion de stock,jardinage, ...), tout en aidant des plus pauvres que lui.


Activités[6]

Distribution de colis alimentaires

Épicerie sociale « Rebond »

Restaurant social

Prêt 0%

Point info santé

Atelier chantier d'insertion[7]

  • Entretient d'espaces verts
  • Aide alimentaire & tri des denrées
  • Distribution de bois de chauffage[8] (activité abandonnée)
  • Maraichage[9] (activité abandonnée)

ManneInfo (périodique trimestriel depuis avril 1993)[10][11][12]

Presse nationale

La Croix 14/02/96 « La Manne nourrit les déshérités »[13] par Claude KEIFLIN et illustré par Frédéric DELIGNE p.8

Pèlerin Magazine n°6166 02/02/01 « La Manne ou les atelier de réinsertion »[14] p.89

Sélection Reader's Digest février 2010 « Une manne inespérée » par Liliane CHARRIER p.32 à p.35[15]

France Bleu Midi 01/02/2010 émission "L'histoire du jour" animé par Denis FAROUD[16]

Prix

8e Prix de la solidarité France Bleu[17] [18](2010)

Espoirs award 2016, de Stop Hunger[19]

Parrainages

Marc Haeberlin, chef étoilé de l'Auberge de l'Ill, parrain du restaurant social[20][21]

Guy Rossi, champion du monde de décatriathlon, met son vélo aux enchères au profit de La Manne[22]

Kit Armstrong, pianiste et compositeur anglo-taïwanais, fait son premier concert en France au profit de La Manne [23][24]

Certification

Label IDEAS, il reconnait la qualité de la gouvernance, de la gestion financière et du suivi de l'efficacité de l'action.

Municipalités partenaires[25]

Voir aussi