Encyclopédie Wikimonde

Lancelot (Kaamelott)

Aller à : navigation, rechercher

Lancelot du Lac
Personnage de fiction apparaissant dans
Kaamelott.

Sexe masculin
Activité Chevalier de la Table Ronde
Rebelle
Chevalier errant

Interprété par Thomas Cousseau
Séries Kaamelott
Première apparition Dies Irae
Saisons I - II - III - IV - V - VI

Lancelot du Lac est l'un des personnages principaux de la série télévisée Kaamelott d'Alexandre Astier et interprété par Thomas Cousseau.

Un des meilleurs chevaliers de la table ronde et bras droit d'Arthur, Lancelot prend peu à peu ses distances avec Kaamelott, jugeant ses pairs incompétents et indignes de la quête du graal. Il se rebelle contre Arthur dans le livre IV au cours duquel il vit avec Guenièvre. Vaincu par Arthur, Lancelot erre seul lorsqu'il est rejoint par Méléagant. Attisée par ce dernier, sa soif de vengeance le pousse a entreprendre le meurtre d'Arthur. Mais au moment fatidique, devant un Arthur en train de se vider de sang suite à une tentative de suicide, Lancelot renonce et sauve Arthur. Les deux ennemis semblent se réconcilier et Arthur, affaibli, lui confie le royaume. Mais, croisant à nouveau la route de Méléagant, Lancelot retombe dans ses travers, brûle la table ronde et lance une vaste campagne pour supprimer les chevaliers, contraignant Arthur à l'exil.

Chronologie

Livres I, II et III

Lancelot du Lac est un chevalier de la table ronde. Compétent et efficace, il est le bras droit d'Arthur. Il est également secrètement amoureux de la reine Guenièvre.

Au fil des épisodes, à partir du Livre II, la relation entre Lancelot et le roi Arthur se dégrade. Les deux hommes commencent à avoir des vues différentes sur la quête du Graal. Par vanité et arrogance, Lancelot considère que la quête du Graal devrait être réservée à une élite, et surtout pas aux chevaliers incompétents qui siègent à la Table Ronde. Un différend conduit Arthur à le bannir temporairement — ou du moins, lui enjoindre de prendre quelques « vacances forcées » (Le Rebelle). À son retour, Arthur n'est pas dupe de la fin de son entente avec Lancelot, qui commence à garder en cachette les trésors qu’il ramène de ses quêtes (Les Comptes).

Dans le Livre III, Lancelot s’éloigne du château pour vivre en ermite dans la forêt, tout en conservant ses fonctions administratives à Kaamelott (Le Chevalier errant). Lancelot reste en effet très fier de son statut de chevalier errant, sans famille ni attaches, d’où une profonde contrariété lorsque Bohort découvre qu’ils sont cousins germains (dans l’épisode Les Cousins). En effet, son père Ban de Bénoïc est mort, le laissant orphelin, élevé par la Dame du lac (ne gardant de son père qu’un couteau porte-bonheur). Lancelot n’aime pas qu’on aborde ce sujet.

Le double épisode final du Livre III (La Dispute) marque un tournant dans l’histoire de Lancelot et Guenièvre. Le Chevalier du Lac abandonne la cour du roi après avoir enfin déclaré son amour à la reine, qui le rejoint dans son camp au milieu de la forêt.

Livre IV

Dans le Livre IV, Lancelot fonde une armée séparatiste au royaume de Bretagne, recevant le soutien en hommes et en matériel du roi Loth d’Orcanie, qui convoite le trône de Logres. Le seigneur Galessin trahit également Kaamelott et devient le lieutenant de Lancelot (Le Traître).

Lancelot est, au début de cette aventure, fou de joie d’être réuni avec l’objet de ses désirs, la reine Guenièvre. Cependant le couple commencera à déchanter au fil du temps. N’ayant ni l’un ni l’autre la moindre expérience de l’amour charnel, ils ne consommeront jamais leur union (Les Novices). Guenièvre, étant habituée à la vie de château, a du mal à s’adapter à l’austérité du camp et se laisse aller (Les Bonnes). La possessivité extrême dont Lancelot fait preuve envers elle jette également le trouble (La Rémanence).

Lancelot a aussi du mal à s’entendre avec Galessin, et doit composer avec Loth, qui a des exigences bien déraisonnables en échange de ses troupes, comme de trouver le Graal « avant l’automne » (Loth et le Graal). Des rumeurs commencent à courir sur la santé mentale de Lancelot qui perdrait la raison, se croyant espionné par un mystérieux « homme en noir » (La Réponse).

À ce stade, l’hostilité de Lancelot envers Kaamelott ne fait que grandir, et il va jusqu’à ordonner à ses hommes d’attaquer à vue tous les « ennemis ». Malgré une tentative de discussion avec Arthur (Le Face-à-face), tous deux restent campés sur leurs positions. Leur prochaine rencontre promet de tourner au duel (Double Dragon).

Arthur finit par profiter de l’absence de Lancelot pour attaquer le camp et récupérer sa femme (Le Sauvetage). Voyant venir la déroute, les Orcaniens abandonnent le camp, nettoyant la place de toute trace de leur implication (Le Désordre et la Nuit). Revenant dans un camp vide, Lancelot est anéanti par la perte de Guenièvre. Un mystérieux personnage encapuchonné, Méléagant, le somme alors de se relever.

Livre V

Défait par Arthur, abandonné par Guenièvre, lâché par le royaume d’Orcanie, privé de tout soutien excepté celui de Méléagant et voyant s’envoler toute possibilité de mener par ses propres moyens la quête du Graal, Lancelot se retire en montagne, loin de Kaamelott. Tous le croient mort ou fou mais Arthur s’inquiète de sa situation. Rêvant de voir mourir Arthur, Lancelot apprend que le Roi de Bretagne s’apprête à replanter Excalibur ; comprenant qu’il « a perdu le peuple », Lancelot veut tenter de la retirer, mais Méléagant l’en dissuade car il « n’est pas l’Élu ». En effet, le trouvant « trop caractériel », les Dieux lui ont préféré, à ses trois ans, un autre petit garçon, « fils du roi Pendragon, protégé de Merlin » qui n’est autre qu’Arthur. Méléagant, enfin, le somme d’affronter et de tuer un voyageur qui s’avère être Lionel de Gaunes, frère de Bohort et cousin germain de Lancelot. Il le laisse finalement partir, s’attirant l’ire de Méléagant pour qui finalement il « ne vaut pas un clou ».

Las de la compagnie de Méléagant, Lancelot prépare sa vengeance et montre de plus en plus de haine envers Arthur, qu’il compte bien tuer. Mais, sans préparation et sous-estimant la défense de Kaamelott, renforcée par Léodagan, alors régent du royaume, il est mortellement blessé par Lionel de Gaunes dès sa première sortie ; se remémorant une comptine de guérison des plaies enseignée par la Dame du Lac, il parvient toutefois à se soigner. Lâché par Méléagant, Lancelot ne voit plus d’autre force que celle qu’il puise en lui-même : se lavant, se rasant et préparant son assaut, il s’infiltre sans résistance dans le château de Kaamelott où il trouve Arthur, dans sa baignoire, les veines entaillées. Plutôt que de laisser son rival se tuer, l’empêchant ainsi de prendre sa revanche, Lancelot préfère le guérir avec la même « routine de guérison des plaies » qui l’a auparavant sauvé.

Livre VI

Dans le Livre VI, il vient au chevet d’Arthur pour se recueillir. À la suite de cela, Arthur, en l’honneur de sa constance passée et de leur amitié, le nomme nouveau Roi de Logres et lui donne les pleins pouvoirs. Sur le chemin du retour, Méléagant apparaît et lui dit que pour réussir la quête, il doit tout effacer : les chevaliers, la Table Ronde, Kaamelott, les alliances, tout. Hypnotisé, il brûle la Table Ronde, puis envoie des hommes en blanc pourchasser les chevaliers.

Caractère

Lancelot du Lac est un chevalier de la Table Ronde, bras droit et ami du roi Arthur au commencement de la série. Il est d’ailleurs, selon celui-ci, le seul de ses chevaliers qui « tienne debout ». Lancelot est en effet un chevalier très efficace qui réussit sans problèmes les missions les plus périlleuses, défendant la veuve et l’orphelin et rapportant les exploits les plus notables pour la postérité de la légende épique qu’Arthur tente de bâtir. Il s’ensuit un effet comique de par l’opposition entre la perfection de Lancelot, à l’image du chevalier héroïque des romans classiques, et la nullité profonde des autres chevaliers.

Lancelot est avant tout un chevalier très fier et perfectionniste. Il a fait vœu de noblesse (Les Vœux) et attache beaucoup d’importance à la « pureté » de son cœur. Il se fixe ainsi des principes stricts de chevalerie, tels le respect et la protection de la gent féminine (Le Sacrifice) ou la recherche de l’amour « pur et véritable » (Monogame). Son obsession de la perfection et ses principes intangibles provoquent souvent l’incompréhension, l’ironie et les moqueries de beaucoup de personnes à la cour, y compris de la part du roi (Le Tourment). Comme personne ne le voit jamais porter d’intérêt aux femmes, il est l’objet de rumeurs d’homosexualité, comme c’est aussi le cas pour Bohort (Le Temps des secrets).

Si dans le Livre I, Lancelot est présenté comme le chevalier idéal et d’une loyauté sans faille, sa véritable personnalité apparaît progressivement dans les livres suivants, mais des éléments sont déjà présents dans un épisode pilote : La bataille rangée. Alors que l’armée de Kaamelott est aux prises avec les Wisigoths et que les hommes semblent incapables de comprendre les ordres, Lancelot multiplie les remarques ironiques contre Arthur et ses hommes, allant même jusqu’à suggérer à Merlin de faire tomber une pluie de pierres sur le champ de bataille pour exterminer les ennemis, sans montrer le moindre scrupule à décimer par la même occasion les troupes de Kaamelott.

Relations

Avec Arthur

Lancelot est, du moins au début, très proche du roi Arthur et le soutient dans sa quête de la « Lumière divine ». Beaucoup dans le peuple considèrent que l’équilibre du royaume repose en grande partie sur leur entente (Le Médiateur). Lancelot ne partage que partiellement les opinions progressistes d’Arthur : s’il considère que le fait qu'Arthur n’ait pas encore aboli l’esclavage comme un manque de courage (Le rebelle), il apparaît au contraire stupéfait à l’idée d’abolir la peine de mort (Létal). Contrairement à Arthur et tout au long de ces choix, il considère que la quête du graal doit être réalisé par des chevaliers compétents, considérant qu'il y a pas de place pour les faibles.

Attisé par Méléagant à partir du Livre V mais déjà présente dans le Livre IV, Lancelot développe une haine à l'égard d'Arthur, qui le pousse à tout mettre en oeuvre pour le tuer. Mais étant lui-même passé au bord du suicide, il n'accompli pas son geste et épargne Arthur. Malgré les différences de points de vue, les deux personnages se respectent et c'est pourquoi Arthur lui donne les pleins pouvoirs.

Avec Guenièvre

Lancelot est secrètement amoureux de la reine Guenièvre, qu’il essaie vainement de séduire. Cette passion va souvent provoquer des conflits avec l’obstacle principal qui se dresse devant lui : le roi, lequel a parfois des soupçons et commence à se méfier dans le Livre II (La Vigilance d’Arthur, Pupi…).

C'est dans le Livre IV que Lancelot et Guenièvre vivent ensemble. Mais leur relation ne progresse pas, ni l'un ni l'autre ne sachant comment faire l'amour. Lancelot avouera à Arthur qu'un chevalier ne peux s'attacher à quelques choses dont il serait incapable de se détacher en moins de 30 secondes. Parti réaliser une quête de plusieurs jours, il attachera Guenièvre à son lit pour lui éviter la tentation de s'enfuir, preuve de l'échec de leur relation. Lorsqu'il reviendra au camp, Arthur aura défait ses hommes et sauvé son épouse : Lancelot sombrera alors dans la détresse.

Notes et références


Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).